LA MUSIQUE SOUVENT ME PREND

Publié le par N.L. Taram

Morton Frog i more

 

La musique 

 

La musique souvent me prend comme une mer !
Vers ma pâle étoile,
Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,
Je mets à la voile ;

La poitrine en avant et les poumons gonflés
Comme de la toile,
J'escalade le dos des flots amoncelés
Que la nuit me voile ;

Je sens vibrer en moi toutes les passions
D'un vaisseau qui souffre ;
Le bon vent, la tempête et ses convulsions

Sur l'immense gouffre
Me bercent. D'autres fois, calme plat, grand miroir
De mon désespoir !

 

Charles BAUDELAIRE (1821-1867) 

----------o----------

 STANDARDS

Keith Jarrett (piano), Gary Peacock (basse), Jack DeJohnette (drums)

“God Bless The Child” – Tokyo, 15 février 1985

 

 

 

"God Bless The Child"

(Dieu bénisse l'enfant)

 Them that's got shall get
Ceux qui ont, auront
Them that's not shall lose
Ceux qui n'ont rien, perdront
So the Bible said and it still is news
Ainsi dit la Bible et c'est toujours vrai.
Mama may have, Papa may have
Maman peut avoir, Papa peut avoir
But God bless the child that's got his own
Mais que Dieu bénisse l'enfant qui se débrouille
That's got his own
Qui se débrouille

 

Yes, the strong gets more.
Oui, le fort se fortifie.
While the weak ones fade.
Alors que le faible se flétrit.
Empty pockets don't ever make the gradeµ.
Les gens aux poches vides, jamais ne sont parvenus à rien.
Mama may have, Papa may have.
Maman peut avoir, Papa peut avoir.
But God bless the child that's got his own
Mais que Dieu bénisse l'enfant qui se débrouille
That's got his own
Qui se débrouille

Money, you've got lots of friends
Avec l'argent tu as beaucoup d'amis.
Crowding round the door.
Qui se bousculent à ta porte.
When you're gone, spending ends.
Quand il n'y en a plus, les dépenses sont terminées.
They don't come no more.
Et les amis ne reviennent plus.
Rich relations give.
Les amis riches te donneront.

Crust of bread and such.
Une croûte de pain ou quelque chose.
You can help yourself.

Tu peux te servir.
But don't take too much.
Mais n'en prends pas trop.
Mama may have, Papa may have
Maman peut avoir, Papa peut avoir
But God bless the child that's got his own
Mais que Dieu bénisse l'enfant qui se débrouille
That's got his own
Qui se débrouille

 

Chanson écrite en une nuit par Billie Holiday et Arthur Herzog au piano.
à la suite d'une dispute avec sa mère, Billie est outrée par ce qu'elle n'a pas voulu lui prêter d'argent alors que elle même était soucieuse du bien être de sa mère (la Duchesse) et du développement de son restaurant.

Billie claqua l'a porte en criant « Que Dieu bénisse l'enfant qui se débrouille »  elle ressassa cette dispute pendant 3 semaines et fini par écrire une chanson.

(code recherche : LITPOE) (code recherche : POEBAU)

Publié dans Musique, Keith Jarrett

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Susie 17/06/2012 22:03


Prenez soin de vous ...mes salutations.Susie.

N.L. Taram 17/06/2012 23:01



Merci Susie,


Je m'y attache...


... et puis, j'ai un devoir de mémoire.


 



Susie 14/06/2012 11:10


J'en oublie les rudiments de la politesse , vous même étiez souffrant , êtes vous en meilleure forme à présent...mes salutations et prompts rétablissements ...Susie. 

N.L. Taram 14/06/2012 11:22



J'ai quelques problèmes cardiaques (normal à 71 ans). En ce moment, j'ai des vertiges dès que je fais un geste brusque comme me baisser. J'évite donc de faire de long trajet en voiture et en
pleine circulation.


... et j'avoue que je supporte mal la souffrance des autres. On ne se refait pas...


 



Susie 14/06/2012 10:54


« Seul le silence est grand, tout le reste est
faiblesse » (Alfred de Vigny).....Merci de n'avoir *rien*dit...je garde le silence.....Susie.

N.L. Taram 14/06/2012 11:10



Bonjour Susie,


et merci de m'avoir compris...


J'espère que tu n'es pas choquée par mon extrait de Pagnol, un peu humoristique. C'est ma façon de me défendre de ma tristesse !
Pierre