LA PAIX SOCIALE

Publié le par N.L. Taram

Enfin un communiqué du parti TO TATOU AI’A, il était temps, le précédent datait du 8 décembre 2010 et il s’était trompé de cible.

 

TTA 1

 

Communiqué de presse du 28/01/11 - Rétablir la vérité des chiffres pour préserver la paix sociale

 

Dans la presse d'aujourd'hui, nos concitoyens ont pu prendre connaissance de l'ultimatum lancé par certaines centrales syndicales dans le cadre des discussions budgétaires.

 

Si cette réaction peut se comprendre, il convient malgré tout de rappeler quelques vérités qui permettront de mieux agir par la suite et d’éviter toute réaction épidermique hâtive.

 

Dénoncer une hausse des impôts sans entrer dans le détail c'est occulter une partie de la réalité.

 

En effet, il faut que la population sache que la grande majorité des augmentations de taxes telle que prévue par le gouvernement devait servir a financer la protection sociale généralisée et donc servir à aider les plus démunis d'entre nous, une vraie priorité pour le gouvernement.

 

De même, il est important de préciser que l'effort le plus important devait effet effectué, selon la volonté du gouvernement, par ceux qui disposaient de capacités suffisantes pour engager cet effort et non par les salariés. Le gouvernement s’est refusé à augmenter la CST des salariés.

 

Devaient par ailleurs être augmentées les taxes sur l'alcool, le tabac et les boissons sucrées ; autant de produits dont on sait pertinemment que leur consommation excessive et les conséquences néfastes qui y sont liées pèsent lourdement sur le déficit de la PSG.

 

Ces mesures paraissent d’un bon sens et d’un pragmatisme certain et ne reflètent en rien une simple volonté de trouver des recettes faciles en alourdissant la pression fiscale en cette période difficile économiquement.

 

D’ailleurs, ces mesures fiscales viennent en complément d'un effort de réductions importantes des dépenses publiques, et notamment des dépenses des ministères : -6% pour 2011, dans la continuité des importantes réductions réalisées en 2010.

 

***

Aussi, il convient, en ces temps de crise et de doutes profonds de la population quant a l'avenir du pays, de faire preuve d’un grand sens des responsabilités et surtout de pédagogie envers nos concitoyens pour éviter de rompre une paix sociale nécessaire a la relance de notre Economie.

.

----------o----------

 

Tica-2.jpgS’il vous plait, mesdames et messieurs les élus et syndicalistes, faites ce que vous voulez mais surtout conservez la paix sociale dans notre pays…

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Léon Tautu Céran Jérusalémy 01/02/2011 01:28



Parmi les premiers à avoir adhéré à "Polinetia to tatou Ai'A", permettez-moi de douter de la sincérité de ce communiqué!


En effet, je voudrais rappeler, pour le cas ou l'on ait oublié, que la situation d'après 2008 est bien la responsabilité de son président qui n'a pas su prendre son mal en patience et qui a
préféré soudoyer certains élus (justine et Yip) afin d'asseoir sa majorité de circonstance.


La suite nous la connaissons, et il est inutile de rejeter la pierre sur les autres élus qui l'ont quitté, et cette hémorragie devrait faire réfléchir ceux qui continuentà le soutenir!


La seule chose de bien qu'il devrait faire serait de démissionner et de se remettre en cause!


Attention, sans accorder une victoire définitive à l'équipe de Patrice Jamet, nous le saurons dimanche prochain; une chose est certaine, on n'en peut plus de ces élus et je reste persuadé qu'il y
aura de grandes surprises aux prochaines élections que je souhaite la plus proche possible!


Ia vai te here e te aroha!



N.L. Taram 01/02/2011 01:49



Ia ora na Tautu,


Entièrement d'accord pour la responsabilité de l'après 2008... quoique le soudoyement d'élus ne soit pas une nouveauté (souvenons-nous de Bohl et Ratinassamy, mais à cette époque la population
n'hésitait pas à occuper l'assemblée).


Et d'accord aussi pour des élections le plus tôt possible. J'ai même proposé la démission volontaire des 57 représentants, mais le statut 2004/7 ne prévoyant pas de minimum, il suffit d'un
seul qui refuse.....



Christian Penilla y Perella 29/01/2011 04:43



Taram


 


Responsables syndicalistes qui ont bien profité du système Flosse.



N.L. Taram 29/01/2011 04:51



et qui aimeraient bien que ça continue.


Nous avons quitté la direction de la CSIP en 1985/86. Ensuite, il y a eu un SG, assez cool, pendant un  ou deux ans... et depuis plus de 20 ans, c'est le même qui dirige !



Christian Penilla y Perella 29/01/2011 03:38



Taram


 


Je croirais en leur bonne foi quand ils auront supprimé les sucettes, mis de l'ordre dans les Sem ou même supprimer certaines Sem.


Alléger les ministères et supprimer tous les avantages d'un montant scandaleux;


Le reste est du Bla Bla.


Attention au virus sauteurs qui contaminent le pourtour méditérranéen, ils sont contagieux.


Notre monde politicien et affairiste n'est pas à l'abri.






N.L. Taram 29/01/2011 04:08



Christian,


Personnellement, je préfère ce genre de blabla aux discours de certains responsables syndicalistes, corrompus jusqu'à la moelle, mis en examen pour emploi fictif, qui d'un seul coup se réveillent
pour menacer d'une révolution à la tunisienne.


(Décidément la Tunisie est à la mode en ce moment)