LA REPUBLIQUE DES MARCHANDS

Publié le par N.L. Taram

Après la « République des juges », allons-nous vers la « République des marchands » ?

Qui sont ces personnages qui envoient des ultimatums au pouvoir démocratiquement élu ?

Assistons-nous à une prise du pouvoir par les affairistes ?

Merci Hiro, d’avoir rabattu le caquet de ces prétentieux qui se croient indispensables…

 

 

"Ceux qui prétendent que l'injustice est inévitable oublient qu'elle ne l'est que parce que trop de gens leur ressemblent".

(Jean Rostand. Julien ou Une conscience)

 

Hiro Tefaarere

 

à

Monsieur le Directeur

AGENCE TAHITI PRESSE

 

Dans la presse du jeudi 31 mars 2011, on a pu lire un communiqué des patrons et des syndicats de salariés unis pour bloquer les institutions du Pays avec un ultimatum donné à l'ensemble de la classe politique, alors qu'une motion de défiance venait juste d'être déposée.

 

Le 1er avril l'archidiocèse de Papeete s'est engagé avec les employeurs et les syndicats.

 

Quel est le but de cet ultimatum ? Politique ou apolitique ?

 

Je constate que ses enfants gâtés de la Polynésie « française » (patrons et syndicats) ont décidé de s'ériger en tribunal et en décideur politique « au nom du peuple » alors qu'ils ne détiennent aucun mandat d'élus et n'ont aucune légitimité démocratique.

 

Parmi les signataires communs de cet ultimatum social et économique on peut lire des noms de patrons ; (Christophe PLEE, Daniel PALACZ, Luc TAPETA-SERVONNAT, Titaina BOURNE, Pascal DELANOY, Jean Marc MOCELLIN, Marc RESSINGER, Michaux GAUTHIER, ...) et des syndicats de salariés (Angelo FREBAULT, Cyril LEGAYIC, Lucie TIFFENAT, Ronald TEROROTUA).

 

Si la classe politique du fenua connaît depuis quelques années des situations d'instabilité profonde, il faut reconnaître que ce n'est pas une exclusivité polynésienne puisqu'elle touche aussi d'autres parties du monde et notamment la Nouvelle Calédonie, la Côte d'Ivoire, le Yémen, la Tunisie, l'Egypte, la Grèce, la Libye, le Portugal, les Fidji, le Vanuatu, Wallis et Futuna, les Cook, etc...

 

Il est étonnant en premier lieu de constater que ces deux groupes antinomiques -Patrons et Salariés - s'unissent pour agir ensemble alors même qu'ils sont aussi les principaux responsables de l'effondrement de notre système économique et social et ce depuis l'installation du CEP/CEA, de ce que l'on a qualifié de «rente nucléaire ».

Aujourd'hui ils réclament :

- De proposer sous deux mois un projet de société capable de redresser durablement notre économie.

- De trouver sous 15 jours des financements du budget 2011 y compris celui de la Protection Sociale Généralisée.

 

Or, les signataires du Te Autaeaeraa, sont ces mêmes patrons et syndicalistes ceux la même qui aujourd'hui réclament avec « un ultimatum » que la classe politique répare leurs graves erreurs (à eux) et réclament la prise en charge par le peuple de leurs errements (plus de 25 milliards de F CFP à ce jour). De qui se moquent-ils ?

 

De plus, ils réclament la mise en place des financements du budget 2011 mais pour qui ? Il m’apparaît que c'est plus pour leurs sociétés et leurs privilèges (lancement des marché d'appels d'offres, travaux publics,...) et le paiement de leurs salaires de mise à disposition de leurs syndicats accompagnés d'importantes subventions.

 

En effet, pourquoi ces vieux compagnons de route (patrons et syndicats de salariés) réagissent-ils à la veille de la motion de défiance ? Comment peuvent- ils nous justifier  l'absence de création d'emploi voire la destruction de plus de 6 000 emplois depuis 3 ans  alors que depuis plus de 10 ans ils usent et abusent :

 

- des 25 milliards de F CFP allouées tous les ans, aux investissements du secteur  privé et donc à l'emploi au titre des lois de défiscalisation des investissements tant par l'Etat que par le Pays,

 

- des 20 à 25 milliards de F CFP annuels de crédits liquidés au titre du budget du Pays (Direction de l'Equipement, Education, FPPH, FRPH,...), des Etablissements Publics et des Sociétés d'Economie Mixte,

 

- des 20 milliards de F CFP annuels d'investissement de l'Etat,

 

- des 5 à 7 milliards annuels d'investissement des communes.

 

Soit un total annuel de l'ordre de 75 milliards de F CPP alloué aux entreprises du fenua et à la création d'emplois.

 

Sur 10 ans ce sont plus de 750 milliards de F CFP de justifications que je demande aux entrepreneurs et aux syndicats de salariés qui osent demander aux représentants du peuple de faire ce qu'ils veulent. C'est le monde à l'envers. C'est vrai que depuis plus de 30 ans, ils sont restés complices du système politique local et national, du fait de « l'innocuité des essais nucléaires ».

 

Comment pouvez-vous justifier financièrement que vous disposez annuellement sur le PIB (Produit Intérieur Brut) Polynésien qui se situe à environ 550 milliards de F CFP, de près de 15% d'apports publics qui financent vos activités sans nous en rendre compte !!!

 

L'image que j'utiliserai pour qualifier l'action de ces patrons et de ces syndicats desalariés avec leur ultimatum, est celui d'une famille avec un père de famille (le patron), sa femme (le syndicaliste) et leurs 3 enfants qui viennent à la CPS réclamer leurs allocations familiales et leurs aides diverses pour assurer leurs dépensesélémentaires (alimentation et habillement) et leur dépenses sociales (logement, santé, éducation) en jurant qu'ils n'ont aucune dépense superficielle (voyages, achat d'alcool...).

 

Devant le désespoir de cette famille, les aides sociales sont payées rapidement par laCPS. Mais après une enquête réalisée par la CPS et les services sociaux, auprès des voisins et de la famille, la cruelle vérité est découverte ; l'argent des allocationsfamiliales et des aides sociales a été utilisé par le père et la mère pour payer un voyage d'agrément en couple en abusant sans retenue des conventions de détaxation des alcools mais en abandonnant leurs 3 enfants aux oncles et tantes avec un sac de riz, un sac de sucre, et 3 boites de corneed beef....

 

Mesdames et Messieurs les patrons et syndicalistes c'est ensemble que nous relèverons le Pays mais cela passe aussi par la fin de vos privilèges et de vos passes droits. Notre société est abreuvée de cynisme. Elle a besoin d'éthique et de responsables courageux, imaginatifs, audacieux et rigoureux.

 

Cela passe par :

- la fin des marges arrières,

- la fin des monopoles et des abus de positions dominantes

- la sanction de vos clauses contractuelles abusives, etc...

- la fin des mises à disposition et des subventions à ces syndicats de salariés...

payées par le peuple à « ces patrons et ces syndicalistes » qui continuent de menacer de bloquer le Pays et ses institutions. ..

 

Je vous propose de dialoguer en toute transparence et devant tous les médias du pays, et de tout mettre à plat sur le plan économique et fiscal comme je l'ai proposé dans mon rapport à l'assemblée de Polynésie française au titre de la commission d'enquête des marges et des prix qui a été adopté par 47 représentants de l'assemblée de Polynésie française en février 2009, après des investigations approfondies et étalées sur 6 mois, et comme il l'a été demandé au titre des états généraux de 2010.

 

Pour la classe politique

qui se bat pour le peuple qui l'a élu

TE AROHA IA RAHI

Hiro Tafaarere 5

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

wakrap 11/04/2011 13:35



Bonjour,


 


Je rentre juste de métropole et je lis tout ceci, en plein décalage horaire.


Non, là, Hiro se plante en grande largeur, et il vaut pas mieux que ceux qu'il attaque.


Tout d'abord, son argumentation est un ad populum, affirmant qu'ailleurs aussi c'est le bordel en citant une dizaine de pays, donc les problèmes de la polynésie ne viennent pas de sa classe
politique. On croit rêver.


Et tout le reste de son papier est basé sur le non sequitur qui en résulte. Tout le reste de son propos est donc du bullshit.


Il continue aussi dans la suite en apportant d'autres éléments suivant le même procédé. 


Par exemple les 75 milliards "d'aide" annuelle aux entreprises; Mais ces 75 milliards de soit-disant aide, ne sont que 75 milliard d'impôts arbitrairement volés aux contribuables, et dépensés par
des politiques corrompus et affairistes auprès d'entreprises qui ne valent pas mieux.


Et le plus magnifique, c'est de lire que ces entreprises disposent de 75 milliards sans en rendre compte? C'est à dire que les hommes politiques qui signent des contrats avec ces entreprises sont
à ce point analphabètes qu'ils ne lisent pas ce qu'ils signent, que si c'est pour faire des travaux par exemple, ils ne vérifient pas que les travaux sont réalisés...


 


On croit rêver, là.


Ce que j'écris ne disculpe en rien les entreprises, mais le discours de hiro est complètement à côté de la plaque, c'est de la politique en ce qu'elle a de plus minable, tout comme les
entreprises quand elle utilisent des arguments aussi nuls pour tenter de continuer à bénéficier de rentes de situation, de monopoles réglementaires et autres hérésies économiques.


 


Je rapelle que la CPS est un monople imposé par la classe poltique, et que les conséquences de sa gestion, ainsi que son mode de gestion, sont directement liés à sa situation réglementaire.



N.L. Taram 11/04/2011 20:35



Bonjour Wakrap,


C'est bien ces gens là qui sont visés : ceux qui ont profité, qui profitent et qui veulent encore profiter...



christian Penilla y Perella 10/04/2011 03:04



Taram


 


Cela va plus loin que la république , c'est la civilisation des marchands. En premier les marchands, en second les marchands et pour terminer le marchands . Ils ont un Dieu, le
fric.


Aprés eux, le déluge.



N.L. Taram 10/04/2011 03:18



Christian,


"Chassons les marchands du temple..."



christian Penilla y Perella 10/04/2011 02:59



Taram


 


Je l'ai parcouru mais je n'en ferais pas d'autre usage pas par respect du torchon;



christian Penilla y Perella 10/04/2011 00:37



Taram


 


Hier un torchon local tournait Hiro Tefarere au ridicule et aujourd'hui il prétend qu'il fait rire tout le monde.


Un jours tous ces gouinfreurs risquent de rire jaune.


Plus le temps passe plus la précarité s'installe , plus cela sera violent.



N.L. Taram 10/04/2011 01:45



Christian,


Je n'avais pas lu. Faut dire que je ne fais pas les poubelles...



Penilla y Perella Christian 09/04/2011 21:22



Taram, bonjour.


 


Je ne suis pas souvent d'accord avec Hiro Tefarere mais mais là je suis d'accord avec lui à cent pour cent. Encore que l'on peut y rajouter des pages.


 


 



N.L. Taram 09/04/2011 21:31



Christian,


même chose pour moi...