La révolution citoyenne (1)

Publié le par N.L. Taram

(code recherche : POLJLM)

Un exemple pour tous y compris la Polynésie….Parti-de-Gauche-copie-1.jpg

Proposé par le Parti de Gauche 34

http://partidegauche34.midiblogs.com/archive/2011/01/27/la-revolution-citoyenne-en-tunisie-un-exemple-pour-tous-par.html?c

 

 

René Revol

  

La Révolution citoyenne en Tunisie : un exemple pour tous à commencer…par la France !

Publié le janvier 24, 2011 par Le blog de rené revol

http://leblogderenerevol.wordpress.com/2011/01/24/la-revolution-citoyenne-en-tunisie-un-exemple-pour-tous-a-commencer%e2%80%a6par-la-france/

 

Dans cette note je vous parle de la révolution  tunisienne, des conséquences concrètes de la politique gouvernementale sur une petite commune comme celle dont je suis le premier magistrat, de la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

………….

 La révolution démocratique tunisienne. D’abord rappelons que le régime dictatorial de Ben Ali était soutenu activement par le gouvernement français comme par les dirigeants socialistes, puisque Ben Ali et son parti étaient membres de l’Internationale Socialiste ! Ceux-ci se répandent en déclaration de soutien au mouvement démocratique tunisien ; ils devraient avoir la décence d’abord de s’excuser d’avoir soutenu Ben Ali. Quant à Madame Alliot-Marie elle devrait démissionner sur le champ si elle voulait sauver l’image de la diplomatie française aux yeux des peuples du monde entier. Je lis dans des journaux que « c’est toute la classe politique française qui a soutenu Ben Ali», cela est faux car l’honneur de la République Française a été sauvé par le combat de solidarité avec les opprimés tunisiens mené depuis des années par le PCF, le Parti de Gauche, le NPA et toutes les organisations de l’autre gauche, auquel il faut ajouter la Ligue des Droits de l’homme et nombre d’associations et de personnalités démocratiques.

Quant à la dynamique des évènements, il ne faut pas oublier la première étape. Face à la crise alimentaire de nombreux pays du Sud sont obligés de subventionner les produits alimentaires de première nécessité pour permettre à leurs peuples de manger à leur faim. Cela a naturellement creusé les déficits budgétaires et donc la dette publique de ces pays. Et que fit le FMI ? Au lieu de soutenir ces pays par une redistribution mondiale des richesses (comme le proposa à l’origine le représentant français lors de la conférence de fondation du FMI en 1944, un certain Mendès-France !), le FMI réclama de ces pays de faire les « réformes structurelles » consistant à privatiser l’économie et à diminuer les subventions publiques alimentaires. C’est la voie dans laquelle s’engagea la Tunisie de Ben Ali et on a vu le directeur du FMI, Dominique Strauss-Kahn, en novembre 2008 féliciter chaleureusement le dictateur pour son excellente politique. Les tunisiens n’oublieront ni Madame Alliot-Marie ni Monsieur Strauss-Kahn ! Face à cette politique de hausse des prix alimentaires consécutives à la diminution des subventions (pendant que la famille Ben Ali s’engraissait honteusement aux yeux de tous), cela faisait des mois que les mouvements de protestation se multipliaient notamment sous l’égide de l’UGT. Manifestations, incidents sur les marchés, grèves sporadiques …tout ce que les médias français ne voulaient pas voir jusqu’à ce qu’un vendeur des rues s’immole par le feu et révèle au grand jour une colère populaire (qu’on avait pu aussi voir à l’œuvre dans les émeutes réprimées en Algérie il y a un mois). J’insiste sur ce point car la révolution démocratique tunisienne mêle étroitement la question politique et la question sociale….Ce que cache à nouveau les commentateurs officiels qui s’émerveillent sur la nouvelle démocratie (après avoir louangé Ben ALI) en évitant de souligner l’exigence populaire d’un changement de politique économique et sociale. Ce qui va directement contre la politique  du FMI. Et déjà cette question est maintenant posée par la rue.

Mais il y a plus important. Le mouvement est souvent décrit par les médias comme l’explosion d’une foule en colère ; c’est la vision qu’ont les élites des mouvements populaires. Ceux qui ont suivi heure par heure cette insurrection populaire, notamment sur le net, les réseaux sociaux…ont pu constater la capacité d’auto-organisation dans les quartiers populaires comme chez les jeunes et les étudiants. Un peuple éduqué et conscient, imprégné d’une culture laïque, instruit du passé révolutionnaire français, où les femmes ont réalisé de nombreuses conquêtes, ce peuple a été capable d’isoler le pouvoir et ses forces de répression et de chasser le dictateur. C’est une révolution citoyenne. Et on voit depuis jeudi que la mise en place du nouveau gouvernement ne passe pas et le peuple après avoir dit « Ben Ali dégages ! » ajoute désormais « RCD dégages ! » et tous ceux qui auront été liés au régime vont être balayés d’une manière ou d’une autre. On voit bien cependant les manœuvres des puissances impérialistes (le discrédit de la France laisse la place aux USA pour cette besogne) pour essayer d’établir un nouvel ordre compatible avec leur domination. Mais l’exigence d’une Assemblée Constituante grandit de plus en plus ouvertement dans les manifestations. Des dizaines de milliers de tunisiens se rassemblent ce weekend de villes en villes pour marcher sur Tunis et les enseignants du primaire défient le pouvoir en se mettant en grève illimitée lundi jour de la reprise des cours.

Jaures.jpgTous les peuples sont attentifs et tournent les yeux vers le modèle de la révolution citoyenne tunisienne. Naturellement, les peuples voisins  du Maghreb, du Makrech et du moyen orient. Mais ne limitons pas nos regards comme le font les médias. Car les tunisiens donnent des idées à tous les peuples européens, à commencer par les Français. 

  

à suivre...

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

N.L. Taram 28/01/2011 22:14



Bonjour à tous,


Je souhaite que le débat porte uniquement sur les problèmes actuels de la Polynésie. Certes, la situation en Tunisie parait préoccupante, mais
cela ne nous concerne pas et mon manque de connaissance de ses sujets ne me permettrait pas d’intervenir.


Merci pour vos interventions qui m’encouragent à continuer la tenue de ce blog.






mihi 28/01/2011 09:49



bonjour pierre,


c'est drôle depuis un mois je voulais te demander ce que tu attendais pour ouvrir ce sujet  la tunisie, l'égypte ect bougent et nous alors on fait quoi ? nous avons les mêmes problèmes
qu'eux : jeunesse éduquée mais sans travail, paupérisation de notre société. bravo pour cette initiative,


et au fait que devient notre "radio cocotier"? çà manque !



N.L. Taram 28/01/2011 10:11



Bonjour Mihi,


J'ai beaucoup de plaisir à te lire, cela fait si longtemps...


Tahiti Radio Cocotier s'est tu fin avril 2010... avec le décés de notre ami Papapenu. Savais-tu qu'il était paralysé depuis 25 ans suite à un accident de voiture ? Je ne l'ai jamais
rencontré, mais mon épouse l'avait connu enfant à Raiatea... parfois un peu filou, mais si sympathique...


Pour la Tunisie, l'Egypte et même la France, c'est des sujets que j'évite car je connais mal leur situation. J'ai trouvé cet article intéressant afin de provoquer un peu nos élus qui
roupillent... mais ce n'est pas la première fois et c'est assez décourageant.


Enfin, pourquoi je passe souvent des articles du Parti de Gauche, anarchiste, libertaire, ... C'est les seuls qui m'autorisent à copier leurs textes, sans copyright, droits d'auteurs,
reproduction interdite ou sous condition, etc...


J'ai passé une journée à étudier la loi Hadopi et ses annexes, les blogs et forums dans mon style vont petit à petit disparaîitre.


Amitiés



SAINT ETIENNE Claude 28/01/2011 09:29



l’honneur de la République Française a été sauvé par le combat de solidarité avec les opprimés tunisiens
mené depuis des années par le PCF, le Parti de Gauche, le NPA et toutes les organisations de l’autre gauche, auquel il faut ajouter la Ligue des Droits de l’homme et nombre d’associations et de
personnalités démocratiques.


Je m'inquiète quand même que despuis des années des 
partis ou organisations Françaises, fourbissent en sourdine et à l'étranger, des actes de rebellion qui après seront mis sur le compte d'une révolution spontanée du peuple. Il est grand temps que
chacun se mêle de ses affaires . Le peuple sait ce qu'il a  à faire. Et  ces groupuscules ne sont ni plus ni moins que des foutteurs de M.....



N.L. Taram 28/01/2011 10:17



Bonjour Claude,


Il y a un problème de fond pour ton deuxième paragraphe, je ne sais pas d'où ça vient. Les lecteurs devront surligné ce passage pour le lire.


Comme je le signale dans mon profil, colonne de droite, je ne partage pas toujours et entièrement les opinions exprimées par ces textes. Comme je l'écris à Mihi, ci-dessous, je maitrise mal
ces sujets et je recherche avant tout un lien avec nos problèmes en Polynésie.


Le terme de révolution revient souvent dans les commentaires et les discussions locales ces temps derniers. Faut-il en passer par là ???