LA TYRANNIE DES MEDIAS

Publié le par N.L. Taram

 

http://www.librepensee64.ouvaton.org/Htm/medias.htm

 

Logo LP64La télévision, le plus populaire des médias, présente  un caractère profondément antidémocratique. Agissant de manière malhonnête et diffuse, elle cache à la majorité des téléspectateurs l'immense capacité de nuisance des journalistes du petit écran.

  La télévision aujourd'hui, c'est le règne du non-dit, du mensonge par omission et la dictature de l'audimat qui soumet les émissions aux annonceurs publicitaires. La télévision n'offre désormais plus au public des journaux, des œuvres de fiction, des documentaires lui permettant de s'informer, de se distraire et de s'instruire. Par une inversion perverse des valeurs qu'elle devrait véhiculer, elle offre des consommateurs aux publicistes ! Le spectateur n'utilise pas la télévision, il est utilisé par elle. Les programmes (leur contenu, leur découpage, leur horaire, leur durée...) sont conçus en fonction des spots publicitaires.

     Un média qui, par principe, vit sous la contrainte de la fugacité de l'image finit par "cacher en montrant" (en rendant l'information insignifiante), en valorisant l'urgence au détriment de la réflexion, en proposant de faux débats, une information-marchandise et les journalistes-vedettes du petit écran passent leur temps à ne rien nous apprendre, à se congratuler mutuellement et à faire leur autopromotion. Ces arrivistes qui n'informent plus, n'instruisent plus, profitent quotidiennement de la publicité gratuite que leur offrent leurs comparses (le journaliste X invite le journaliste Y qui présente son dernier roman - car ils écrivent des romans ! - ou le livre dans lequel Y parle justement de... X).

Selon l'annonce d'un événement ou sa passation sous silence, la place qui lui est assignée dans le journal ("une", page intérieure, emplacement de l'article, taille....), le titre qui lui est donné, le style du rédacteur, etc., il y a déjà, et inévitablement, prise de parti. En étant mis en forme, le fait est aussi mis en scène. Il subit un éclairage qui oriente la vision du lecteur.Médias

 

Le sociologue Pierre Bourdieu a signalé la préférence qu'ont les journalistes de la télévision pour les faits qu'il qualifie d'"omnibus". Dépourvus d'enjeu, ne divisant personne, ils intéressent tout le monde. Intentionnellement choisis pour leur futilité, ils permettent d'écarter "les informations pertinentes que devrait posséder le citoyen pour exercer ses droits démocratiques" (Sur la télévision / Pierre Bourdieu. - Liber éditions). La même critique peut s'adresser à la presse écrite chez laquelle de nombreuses rédactions ne publient que de l'insignifiant ou du spectaculaire (c'est-à-dire encore une fois de l'insignifiant car le spectaculaire ne présente que l'aspect superficiel des choses, il enrobe du vide). Contraintes de faire de la vente, elles visent l'information à consensus mou mais démontrent par là-même leur soumission idéologique aux lois du commerce. Entre choisir de contribuer à éduquer le citoyen ou d'augmenter leur chiffre d'affaire, elles n'hésitent jamais. On ne s'étonnera pas de la place systématiquement réservée à l'horoscope dans les quotidiens. Devise : vendre d'abord, donner à réfléchir ensuite, s'il reste de la place et dans les limites de l'inoffensif, du convenu et du lénifiant. Rien qui permette l'exercice d'une pensée libre... 

 

Libre Pensée

 

   Merci pour cet article

 

----------o----------

Relevé sur http://www.worldometers.info/fr/

ce jour jeudi 20 janvier 2010 à 24:00 heures de Tahiti

 

Médias :

-52.421 Nouveaux titres publiés cette année

-23.783.063 Tirages de journaux aujourd’hui

-24.999 Téléviseurs vendus dans le monde entier aujourd’hui

 

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christian Penilla y Perella 21/01/2011 19:53



Taram


 


Maintenant je sais ce que c'est un paradis. Naturellement tout étant relatif.


 


Un paradis c'est un monde qui n'est pas Kafkaien ! ! ! !


Un monde où il fait bon vivre où l'on n'est pas trop submergé parle " modernisme ", juste la dose de modernisme qu'il faut, un modernisme qui ne vous rende pas esclave du
modernisme.


Nous avions un bon climat, une nature généreuse, des relations humaines apaisées avec des petites dérives qui nous faisaient apprécier les bons moments, en fin de compte une qualité de
vie trés appréciables.


Dans ce cas en Polynésie nous vivions au paradis avant l'arrivée du CEA et du CEP.


 


Ceux à qui cela ne plaierait pas c'est leur problème.


Nous avions plus de chance que beaucoup d'autres qui , ou luttaient contre le chaud ou le froid . Ou luttaient contre le trop d'eau , les moussons ou la sécheresse en Asie ou en
Afrique.


Relativement ,et bien souvent, nous vivions dans un petit paradis, Kafka, nous en passions bien.






SAINT ETIENNE Claude 21/01/2011 13:03



Je n'entre pas dans le débat, j'approuve bien sûr vos réactions mais nous en avons déjà discuté. Entendu au poste radio(comme on dit) lors du passage d'un responsable de la programmation,
interrogé sur les bouleversements de la nouvelle année.


- Cette année moins de films, d'émissions de culture de documentaires, de variétés et de débats mais presque tous les jours, deux épisodes d'une série fiction Américaine, pourquoi?


- Parce que cette série nous a été demandée par les téléspectateurs.


Menteur, Comment un téléspectateur lambda(la majorité) peut il faire la demande d'un produit qu'il ignore et ne sait même pas qu'il existe. En 70 personne n'a demandé à avoir la série colombo,
c'était un choix (heureux) des programmateurs qui prenaient la responsabilité de bien ou mal faire, sans se retrancher derrière une hypothétique demande de la base.


Voilà pour la programmation et  des responsables, alors pour ce qui est  de l'honnêteté des informations....


 



N.L. Taram 21/01/2011 19:47



Bonjour Claude et merci pour ton commentaire.


Pour quelqu'un qui n'entre pas dans le débat, je crois que l'exemple que tu donnes, est clair...



Christian Penilla y Perella 21/01/2011 00:29



Chers amis


 


Je vais résumer, nous sommes déja entré dans un monde à la Franz KAFKA et de celui de Georges ORWELL , son film 1984.



N.L. Taram 21/01/2011 01:31



Bonjour Christian,


Amateur d'Histoire (grand H), je crois que le monde kafkaïen a toujours existé, par contre les méthodes ont changé (heureusement pour l'inquisition !) :


La coutume de trinquer vient du Moyen Âge.
À cette époque, les empoisonnements par la boisson étaient courants. Par
précaution, les gens qui vidaient leur verre ensemble s’échangeaient un peu
de breuvage juste avant de boire. Par la suite, on se contenta simplement de
cogner les verres pour échanger du liquide par éclaboussure. Aujourd’hui
encore, on dit qu’il ne faut pas commencer à boire avant d’avoir trinqué, et
qu’il faut se regarder dans les yeux en trinquant, ce qui est un signe de
confiance.


Pour Georges Orwell, j'ai toujours son livre en attente, je l'ai pas encore commençé....



wakrap 20/01/2011 22:06



Hadopi est peu de choses para rapport aux monstres en cours de réalisations


http://www.alterinfo.net/Projet-de-loi-Loppsi-2-sur-Internet-Filtrage-fichage-et-piratage-a-tous-les-etages_a41607.html


http://h16free.com/2010/12/15/6084-viol-dinternet-par-letat-la-france-montre-le-chemin



N.L. Taram 20/01/2011 23:26



Merci Wakrap pour ces liens, je les rajoute à mon dossier.


Je vais les lire à tête reposée. Je viens de les parcourir rapidement et je n'ai pas vraiment vu de "monstres", quoique la porte est ouverte... et surtout que va en faire le pouvoir ??



wakrap 20/01/2011 19:28



Bonjour Taram,


 


J'aurais envie de dire  : et alors?


La télé, les journaux, en particulier en France ne sont pas payés par leurs lecteurs mais par l'Etat et les annonceurs. C'est là le problème, mais ce n'est que leur problème, ils crèvent peu à
peu et c'est tant mieux.


Mais on s'en fout, y a le net et j'ai 1000 fois plus appris en 10 ans sur le net que en 40 ans avant à l'école et à la la télé et dans les journaux.


 


Les think tank de tous bords produisnet beaucoup lus et beaucoup mieux pour leurs lecteurs, via le net et des revues non subventionnées. Ca suffit amplement dans une société.


Par contre, tu pourrais peut être faire un article de lien sur le fait que les Etats sont en train de tenter par tous les moyens de museler le net, car là , c'est le lecteur que l'on cherche à
séduire et non l'Etat ou des annonceurs.


Que la masse soit inculte et abreuvée est un problème démocratique et tu sais ce que je pense de la démocratie, donc je m'en tamponne.



N.L. Taram 20/01/2011 21:43



Bonjour Wakrap,


Je suis entièrement d'accord avec toi. Il y a longtemps que je n'achète plus les journaux, je me contente des titres et résumés sur le net. Pour la télé, fini depuis 3/4 ans, je regarde parfois
le flash info TNTV de midi quand j'attends un évènement de la matinée (Tahiti Presse n'étant pas rapide à ce sujet). Comme toi j'apprends beaucoup plus sur le net qu'ailleurs, ce qui m'a
poussé à ouvrir un blog.


Concernant l'état qui essaye de museler le net, voici ce que j'ai écrit sur un autre forum :


" Hier je me suis coltiné la loi HADOPI et tout ses méandres,
pas clair du tout.
Cela va devenir de plus en plus compliqué pour les blogueurs et les responsables de forums. ils seront à la merci du moindre procédurier. Dans quelques temps, il ne nous restera que les médias
Bouygues, Hersant,... ou cultiver son jardin ! "


Je me suis relevé la nuit dernière à 1h du matin pour écrire à ce sujet, puis faute d'inspiration j'ai recopié ce texte de la Libre Pensée (site qui m'a autorisé à puiser chez eux sans réserve).


En jun dernier j'avais déjà passé un article la-dessus dont une pétition :


http://tehoanotenunaa.over-blog.com/article-l-etat-censure-52156793.html


Voir aussi le site suivant, j'attends leur accord pour publier ce texte :


http://www.webmaster-hub.com/publication/Droit-d-auteur-et-site-web-2e.html