Laïcité (1)

Publié le par N.L. Taram

Laicite-titre.JPG

 

Le 9 décembre 1905 fut votée en France la loi de Séparation des Églises et de l'État qui instaura dans notre pays la laïcité institutionnelle.

 

     L'article 2 de cette loi précise :

"L'État ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte."

    

La République assure le libre exercice des cultes et oblige les clergés à devenir des associations comme les autres, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs (article 18 de la loi).

 

Ces associations cultuelles doivent subvenir par leurs propres moyens à leur fonctionnement.      L'article 19 stipule : "

     "Elles ne pourront, sous quelque forme que ce soit, recevoir des subventions de l'État, des départements ou des communes. Ne sont pas considérés comme subventions les sommes allouées aux monuments classés pour réparations." Les monuments classés peuvent en effet être entretenus sur des fonds publics puisqu'ils ne sont pas considérés, en l'occurrence, comme des lieux de cultes mais comme des monuments historiques. Ils font partie du patrimoine national.

 

(Vous pouvez consulter le texte intégral de cette loi de Séparation des Églises et de l'État)

 

La Libre Pensée estime que l'émancipation des personnes a ses meilleures chances dans un cadre laïque. Définissons les termes :

 

cléricalismeCléricalisme

Il y a cléricalisme chaque fois qu'un groupe humain tend à protéger ses avantages en maintenant la population dans une forme de pensée qui l'aliène et en s'appuyant sur des institutions conservatoires.  Les pays dans lesquels les Églises détiennent un pouvoir politique, interviennent dans les institutions, siègent dans les parlements, imposent une loi religieuse, sont notoirement cléricaux mais les pays dont le régime est fondé sur une idéologie contraignante le sont aussi : nazisme et stalinisme étaient cléricaux bien que non religieux !

 

Laïcitélaïcité

Il y a laïcité quand les esprits et les institutions sont libérés du contrôle des clercs.
     Dans les pays laïques, il n'existe pas de religion d'État bénéficiant d'une position privilégiée. En France, toute opinion, toute croyance est protégée contre les ambitions hégémoniques de ses rivales par la laïcité institutionnelle, inscrite dans les textes, garantie par la loi.

     De nombreux pays (d'Europe, notamment) sont tolérants en matière de religion mais seul un petit nombre ont inscrit la laïcité dans leur Constitution (France, Portugal, Mexique...).

 

La liberté de conscience exclut toute contrainte religieuse ou idéologique. L’égalité de droit est incompatible avec la valorisation privilégiée d’une croyance ou de l’athéisme. Il en découle deux systèmes inconciliables. En effet :

 

- SOUS UN RÉGIME CLÉRICAL

Le cléricalisme est une ambition temporelle de domination s’incarnant concrètement dans la captation de la puissance publique. Le clergé s'impose hors des limites d’une communauté de fidèles et prétend faire la loi pour d’autres. On assujettit les règles communes à celles d’une confession particulière.

     Quelques exemples : dans les pays où l'islam est religion d'État s'applique la loi coranique, même aux parties de la population qui appartiennent à une autre confession ou sont athées. Il existe dans la loi de certains pays de l'Union européenne des dispositions contre le blasphème (Italie, Grande-Bretagne...), or celui-ci n'attente pas au croyant, il ne raille que la croyance ! Il est une manifestation de la liberté de conscience et d'expression du blasphémateur.

 

- SOUS UN RÉGIME LAÏQUE

L’idéal laïque n’entre aucunement en contradiction avec les religions comme telles mais avec la volonté d’emprise de leurs clergés.

     La laïcité suppose une distinction de droit entre la vie privée de l’individu et sa dimension publique de citoyen : c’est en tant qu’homme privé, dans sa vie personnelle, que l’homme adopte une conviction spirituelle, religieuse ou non (qu’il peut bien sûr partager avec d’autres tant que l’expression des convictions et des confessions reste compatible avec le droit d’autrui).

     La laïcité, en éradiquant toute préférence confessionnelle de la sphère publique, assure aux religions une liberté et une égalité d’autant plus réelles que nulle d’entre elles ne peut dominer les autres. C'est une garantie d'impartialité.

 

----------o----------Libre Pensée

 

 

Merci pour cet article à la

http://www.librepensee64.ouvaton.org/Htm/laicite.htm

 

(Code source : LIBATH)

Publié dans LIBRE PENSÉE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SAINT ETIENNE Claude 23/04/2011 09:41



Non! J'ignorais cet épisode trop récent pour moi. Il ne repose sur aucun fait probant concernant la religion, intrinsèquement parlant. Pour moi il ne s'agit que d'un simple anniversaire, c'est
tout. Les croyants fêtes la naissance de jésus, pas la dâte ou la bible a été écrite, imprimée ou lue dans la contrée.


Au fait qu'elle arrivée du révérend a été retenue, la première ou le retour après son éviction quelque peu provocatrice de la par des autorités Françaises.


Je me souviens bien de l'évangelisation de la polynésie écrite par ségalen je crois. Beau livre de référence.


Je me pose la question, si au lieu des Anglais évangélistes il s'était trouver dans le bateau des missionnaires catholiques, Boudhistes ou Islamisans. Qu'elle serait la religion actuelle de cette
contrée?


 



N.L. Taram 23/04/2011 10:28



Claude,


Le 5 mars 1797, arrivée des missionnaires de la "London misionnary..." sur le Duff, à leur tête Thomas HAWEIS. Première calamité pour les maohi, le deuxième nous connaissons...


En tapant sous google "arrivée de l'évangile en polynésie" tu trouvera 134.000 réponses.


Bonne lecture


et je t'ai envoyé par mail les documents demandés (8 Mo)


J'avais pas vu la fin de ton commentaire :


Les missionnaires catholiques, virés de Papeete par Pritchard, se sont rattrapés aux Gambier avec le zèle que l'on sait.  L'espagnol Boenechea avait déposé des missionnaires catholiques
à la presqu'île (entre deux passages de Cook), mais après un an d'échec, ils sont rentrés au Pérou. Voir l'excellent article de notre ami Alain Blé (ancien du Clem) :


http://tehoanotenunaa.over-blog.com/article-le-premier-beachcomber-1-56968034.html


http://tehoanotenunaa.over-blog.com/article-le-premier-beachcomber-2-57083230.html


Le bouquin de Segalen c'est "Les immémoriaux", incontournable !!!



SAINT ETIENNE Claude 23/04/2011 09:03



Bravo Taram.


Clair et précis


Religion = Croyance. Il existe plussieures croyances et adorations.


Église = Rassemblement de fidèle d'une religion ou d'une croyance.


 



N.L. Taram 23/04/2011 09:15



Bonjour Claude,


Sais-tu que le vendredi Saint est un jour férié en Polynésie ? Je crois qu'en France, non.


Cela date du début des années 1980, l'église évangélique (protestant) avait obtenu du gouvernement que le 5 mars, date d'arrivée de l'évangile à Tahiti, soit un jour férié. Du coup les
catholiques ont revendiqué un jour férié et ont obtenu le vendredi Saint. Deux jours de plus de congé pour les travailleurs et deux jours de moins pour la production....