LE 8 MAI ?

Publié le par N.L. Taram

(code recherche : BFBBRA)

Hier, je me suis dit « tiens, férié demain, encore un saint à fêter ? » et j’ai donc fait une recherche.

 

D’abord chez Louis-Ferdinand Céline…

…..

Alors, ils mettent leur chapeaux haut de forme et puis ils nous en mettent un bon coup de la gueule comme ça : « Bandes de charognes, c’est la guerre ! qu’ils font. On va les aborder, les saligauds qui sont sur la patrie n°2, et on va leur faire sauter la caisse ! Allez ! Allez !  Y a de tout ce qu’il faut à bord ! Tous en chœur ! Gueulez voir d’abord un bon coup et que ça tremble : « Vive la patrie n°1 ! »

(Extrait de « Voyage au bout de la nuit »)

 

Ah ! C’est l’anniversaire d’une victoire, Georges Brassens a dû fêter cela…

 

La tondue (1964)

 

 

 

 

Les deux oncles (celle-là, je l’ai passée il y a peu, mais voici le texte)

 

 


 

Le commentaire du posteur :

Une leçon de paix par Brassens…

Quand humour, sagesse et génie de cet homme se mêlent, ça donne ce genre de chef-d’œuvre !!!!

 

Mais 1946, c’est aussi les retrouvailles de deux grands musiciens, Django Reinhardt et Stéphane Grappelli  :

 

Django-Reinhardt.jpg

 

Quand il retrouve Django, en 1946, ils jouent et enregistrent spontanément La Marseillaise rebaptisée Echoes of France pour cause d'enregistrement en Angleterre. Cet enregistrement fera scandale, et la matrice sera d'ailleurs détruite… ( ???)

Heureusement quelques personnes sensées ont conservé leur disque

 

 

 

 

Plus tard Stephane Grappelli enfoncera le « clou »…

 

L’internationale

 

 

 

 

Et n’oublions pas le 6 août 1945, Hiroshima et le 9 août 1945, Nagasaki…

 

20hirosh3cercle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

SAINT ETIENNE Claude 09/05/2012 09:22


Bonjour Taram, Nous n'oublions pas ces lendemains de fêtes qui n'en sont pas.


Seul l'arrêt des hostilités peut être fêté par ceux qui portent les armes, eux seuls, leurs proches et familles. Pour les autres, les décideurs(gagnants ou perdants) au lieu de la gloire et de la
fête masquant une prise d'intérêt et d'honneur, l'heure du bilan devrait s'ouvrir. Sur un plateau celui de toutes les souffrances, de la perte de bien aux blessures, puis des morts civils et
militaires, sur l'autre plateau, les arguties ayant nécessité ce gâchis. 

N.L. Taram 09/05/2012 10:03



Bonjour Claude,


La fin d'un drame ne devrait pas être une fête mais plutôt un soulagement et un retour à une vie normale... enfin pour ceux qui survivent !


Je te rappelle, ainsi qu'aux autres lecteurs, l'article "XXème siècle : Siècle de l'horreur"


http://tehoanotenunaa.over-blog.com/article-xxeme-siecle-siecle-de-l-horreur-60659066.html