LE JARDIN DE SYLVIE-ANNE

Publié le par N.L. Taram

« Le jardin de ce monde ne fleurit que pour un temps » Gandhi

 

Ma  photographe préférée nous a quittés….

 

http://sylvianeg.blogspot.com/search/label/flore%20des%20%C3%AEles?updated-max=2009-12-06T22:37:00-10:00&max-results=20&start=16&by-date=false

 

Dans un jardin à Papenoo, il y a ….

 

L’ami Pierre (un blogueur), m’a invitée dans son fare à Papenoo.
Il habite sur les hauteurs du petit bourg de Papenoo (comme la rivière du même nom), un joli fare avec vue sur mer imprenable.
C’est plutôt un chalet en bois, dans un cocon de verdure et de fleurs.

Le tour du propriétaire fut l’occasion d’une très belle visite botanique.

On commence par les fleurs, que l’épouse de Pierre, entretient avec beaucoup de réussite, Des fleurs énormes !
Pierre est plus souvent attablé devant ses 2 ordi qu’en présence des fleurs ! le bougre, mais comme au-dessus de chaque ordi, c’est vue sur le grand bleu de la côte Est, on peut comprendre. Il a la place du roi !
Toutes ces fleurs font partie de sa vie depuis plus de 40 ans.

Les omniprésents opuhi rouges et roses (heliconia), occupent la place avec une folle élégance.

les oiseaux du paradis sont magnifiques et veloutés au toucher.

Différentes espèces rivalisent de beauté et de couleurs.

Les monettes jaunes restent inodores, malgré leur énormité.

Les hibiscus rouges géants cohabitent à merveille avec les plumbago qui batifolent à leur aise un peu partout.Les roses de porcelaine, ces beautés nacrées, ces rigides mondaines, se cachent dans la haie, les secrètes, pour se protéger du soleil ardent.

Le tiare de Tahiti reste le roi du jardin.

Il est là prêt à cueillir. Pierre me dit que son épouse, peut en cueillir une fleur, quand elle est au volant de sa voiture, juste avant de partir. C'est comme un réflexe naturel. Un tiare à l'oreille et la journée sera plus belle.

Pour les arbres :
Le magnifique banian à l’entrée recouvrait les fare voisins.

8 jours d'élagage furent nécessaires pour le réduire considérablement, mais voila qu'il repart de plus belle, l'arbre sacré.

Un grand ylang-ylang, est couvert de fleurs. C'est le refuge des oiseaux. Un gros pigeon upe vient s'y cacher devant nous.

Le cerisier (les surettes ) cerises de Panama, emplissent l'arbre et tapissent le sol.

On peut les mettre au vinaigre, un peu comme les roupettes à queue en Bretagne. Le régal des oiseaux car la production est très très abondante.

Le carambolier : c'est la fin de la récolte, donc no photo de ses beaux fruits étoilés.
Le pamplemoussier est bien plein ! (crevettes au pamplemousse et au lait de coco ! des régals en perspective)

Les manguiers ne sont pas encore en production, mais cela ne saurait tarder. Pierre a déjà préparé sa longue perche de bambou avec panier de basket au bout, pour la ramasse des demoiselles mangues bien sucrées et juteuses.


Les bananiers (différentes sortes), petites, grosses, à cuire, à cru. Classique ici .

Le pied de rambutan : délicieux ces petits fruits poilus, surtout en confiture. Le rambutan est un arbre intelligent, car dès que les fruits, apparaissent toutes les feuilles tombent. C'est plus facile pour la cueillette !

NDLR : La photo est de Pierre, son rambutan en pleine production. C'est dans 2, ou 3 mois pas avant.

L'arbre à pain (uru) : 2 pieds très fertiles. C'est le premier arbre qui doit être planté dans le jardin, lors de l'achat du terrain.


Il y a aussi le Pommier-cythère (vi-tahiti): le fruit comestible a une forme sphérique à ovale et une couleur verte. Il renferme une très grosse graine portant de nombreux filaments.

Les cocotiers, c'est du "en veux tu, en voilà".


L’arbre aux boules rouges (poison utilisé en teinture, j'attends les explications de Pierre sur cet arbre aux fruits rouges poilus)

J’en oublie sûrement. C'est un jardin d'Eden à Papenoo que j'ai découvert ce samedi.


Mais comment traduire la quiétude de ce lieu, où toutes les fleurs et les arbres s’entrecroisent harmonieusement et de manière si naturelle et sauvage ?

Comment partager les odeurs parfumées, les cris des coqs qui coursent les poules jusque dans les hautes branches des manguiers, le bruit des cocos qui tombent lourdement sur le sol ?
Impossible ! (même avec des clips vidéo).
Les bruits du jardin participent de sa vie et de ses couleurs. C'est la vie du jardin, différente à chaque heure de la journée.

Les deux chats et les deux chiens (petits minus), m’ont ignorée, et ont continué leurs jeux dans les recoins du fare et dans le jardin. Je préfère, car avec les années mon "allergie chat" s'accroît, hélas.

Je ne sais pas, du fare ou du jardin, lequel est dans l’autre, tellement l’osmose est parfaite ?

Est-ce le jardin qui a poussé autour du fare, ou le fare qui a poussé au milieu du jardin ?
Avec toutes les fenêtres ouvertes, les deux communiquent si étroitement. Théorie des ensembles, mais ensembles inséparables.

L'endroit est bercé par le bruit éternel des grosses vagues de la plage de sable noir, régal des surfeurs, qui remonte son doux murmure jusque dans les hauteurs.
Au bout d’une heure je ne l’entendais plus, déjà habituée sans doute. Je me sentais adoptée par ces lieux verdoyants et si pacifiquement agréables.
C’est certainement pour cette raison que Pierre et sa famille y résident depuis plus de 22 ans.

 

 

Sylvie-Anne, à bientôt…



Publié dans Souvenirs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Stéphane L (29) 28/06/2012 22:19


bonjour Pierre,


merci pour cet hommage à Sylvie Anne.


Son blog qui reste coi...quelle tristesse, et pourtant elle pparlait peu de ses soucis de santé.


merci


Stéphane


breton de naissance, polynésien dans l'âme


 

Susie 17/06/2012 21:04


La mort n'est rien,


je suis seulement passé, dans la pièce à côté.


 


Je suis moi. Vous êtes vous.


Ce que j'étais pour vous, je le suis toujours.


 


Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné,


parlez-moi comme vous l'avez toujours fait.


N'employez pas un ton différent,


ne prenez pas un air solennel ou triste.


Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.


 


Priez, souriez,


pensez à moi,


priez pour moi.


 


Que mon nom soit prononcé à la maison


comme il l'a toujours été,


sans emphase d'aucune sorte,


sans une trace d'ombre.


 


La vie signifie tout ce qu'elle a toujours été.


Le fil n'est pas coupé.


Pourquoi serais-je hors de vos pensées,


simplement parce que je suis hors de votre vue ?


Je ne suis pas loin, juste de l'autre côté du chemin.......





A bientôt , Sylvie Anne .....Susie.

laurence 16/06/2012 18:40


Bonjour Pierre,


Elle m'avait parle de vous c'est ainsi que j'ai pu decouvrir votre blog si interessant.Je ne savais pas qu'elle a disparu, j'ai essaye de l'apeller il y a quelques jours.


C'est vraiment triste aujourd'hui, merci d'avoir mis un message sur votre blog.


Laurence 


Londres


 

SAINT ETIENNE Claude 16/06/2012 13:43


Bonjour Taram,


Une disparition qui me laisse sans bras. Bien que Taram, mais...


Je ne vois jamais la faucheuse s'approcher, ni pour mes proches ni pour mes connaissances virtuelles. Elle est partie avant que je n'ai eu le temps de faire ami ami avec elle, nous avions eu une
petite différence intellectuelle, un petit rien, une bêtise, moi vieux jeu et entêté, elle, partante et trop vive pour moi. Je n'ai pas fait le premier pas et maintenant le regrette. Cela ne nous
empêchait pas de communiquer sur les blogs. Repose en paix et soi assurée que je me délecterai toujours sur ton blog que hélas je n'ai pas eu le temps d'exploité à fond malgré tes sujets
multiples et variés. Si tu l'acceptes, bises, et à plus tard.

Le Vourch Yvon 16/06/2012 12:35


Je ne vous connaissais pas mais je n'ai lu que du bien de vous par Pierre et autres Jafrédo sur le site que nous avons en commun .


Toutes mes condoléances à vos enfants et amis(es)