LE SERVICE MILITAIRE (11)

Publié le par N.L. Taram

(code recherche : SOUMIL)

Travail, soirées en boite, balades en montagne, pêche, baignades,... Les copains, les copines, les collègues de travail, les services pour l'armée, les lettres pour ma mère,...

"L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive ;

Il coule et nous passons !" (Lamartine)

 

Aorai 1965

 

(piste de l'Aorai)

 

XI - Océanisation d'un petit soldat

 

Je n'ai pas retrouvé mon ami d'enfance, Georges Trémoulet ; j'apprends par un ami commun qu'il est postier à Tubuai. C'est lui qui me retrouvera plus tard.

Ma mère m'envoie mes disques par petit colis ; dans quelques temps, j'aurai reconstitué ma discothèque à Tahiti.

----------o----------

 

Je reprends comme précédemment les lettres écrites à ma mère.

 

Le 03/04/1965

 

"Chère maman,

... depuis le 1er avril, j'ai quitté mon bidonville et j'habite dans un joli "fare" (bungalow tahitien) tout neuf entre le camp et Papeete (en fait, une demi-lune du temps de l'armée américaine, sise chemin de l'hippodrome à Pirae)"

 

 

1965 Pirae 1 

Le 24/04/1965

 

"... Dans une de tes lettres, tu me dis que je suis installé comme un bourgeois, c'est vrai sauf que je vis à la campagne et non dans une ville pleine de monde, de bruit et de véhicules..."

 

Le 2/05/1965

 

"... Le 30 (fête de la légion "Camerone"), j'ai gardé le stand jusqu'à la fermeture à 23 heures..."

(Oh, le menteur ! je suis allé danser aux "Tropiques", dancing en plein air entre Papeete et Faa'a, avec deux amis, José (à ce moment-là civil mais qui travaillait avec moi en 1963 au chantier d'Arue) et Osmani (légionnaire que j'ai retrouvé en 1970 en Nouvelle-Calédonie) et quelques copines. Sur la photo ci-dessous, de gauche à droite, la tante qui surveille ses nièces, (cachée par la tante) celle qui mettra le grappin sur moi quelques jours plus tard et pour toujours, ma pomme, Osmani, une cousine, une autre cousine, José.)

 

 

Camerone 65

 

EUG66-1Le 29/05/1965

 

 

"... Bien sur, je ne regrette pas mon rengagement et ça serait à refaire, je referai pareil. D'ailleurs quelle différence y a-t-il entre l'armée et le civil ; moi, je passe dix heures au camp, mes copains passent huit heures, mais après ils vont faire le marché, la cuisine, etc... finalement, c'est moi qui ait le plus de temps de libre. Quand aux petits ennuis de service, je n'y attache aucune importance, il y a tellement de choses au dessus de ça. L'armée me sert à survivre (boire, manger, dormir) mais la tête est ailleurs. Physiquement, je suis entièrement militaire, mais moralement je suis toujours antimilitariste.... En ce moment, j'ai une jolie vahiné qui ne dit rien quand j'écoute mes disques de blues. Elle travaille le matin et l'après-midi, elle fait le ménage et la cuisine. Mais, bien entendu, ça ne durera pas longtemps (erreur profonde, 47 ans après ça dure toujours !)... Elle est très gentille mais elle a le défaut de ses compagnes : quand on va danser, pas moyen de rentrer avant la fermeture, c'est un coup de 3 heures du matin. Heureusement, elle ne boit pas une goutte d'alcool..."

 

Le 14/06/19651965 Pirae 4

 

 

"... Au sujet "d'être gentil avec les vahinés", pour mon malheur, je suis justement trop gentil et ça pose parfois des problèmes quand les vahinés de mes amis veulent sortir avec moi (tiens donc ?)..."

 

Le 26/06/1965

 

"... Cinq jours de pluies m'ont aussi handicapé pour mes affaires, sans compter la vahiné sur le dos à longueur de journée (sur le dos !!! je pense que ma mère aura compris :-) )

 

1965 Pirae 5Le 17/07/1965

 

"... En ce moment tout va très bien, le moral est au maximum, la santé est bonne, le travail intéressant, les copains sympathiques et la vahiné très gentille (elle craint la concurrence car la ville est envahie par des quantités de danseuses qui viennent des districts de Tahiti et de toutes les autres îles)..."

 

 

Le 01/08/1965

 

"... Bien sur, ici c'est toujours du camping, pas de cuisinière, de machine à laver, de frigidaire, de télévision,... mais il en faut si peu pour vivre et puis avec la "sieste" (hum !) une bonne partie de la journée, il reste peu de temps pour se servir de ces appareils..."

 

 

Le 08/08/1965EUG66-3

 

"... A propos de ma prime d'éloignement, le ministère des armées m'a écrit, il a décidé de me reprendre ce que j'ai touché en trop la dernière fois, ce qui fait que je ne toucherai pas la 1ère fraction cette fois-ci. Je ne leur en veux pas, il faut bien qu'ils rattrapent les milliards gaspillés ici. J'ai justement la loi programme pour 65/70 sous les yeux, je te recopie quelques chiffres :

- Armes nucléaires....................  16 milliards

- Expérimentations...................     3,4 milliards

- Mirage IV...............................     3 milliards

- Sous-marin ........................      1,6 milliards

- Engins et fusées.....................     2,2 milliards

- Chars .....................................     2 milliards

- Véhicules, avions ..................     6 milliards

- Matériels marine....................     4 milliards

Le tout en NF bien sur et sans compter les dépenses militaires courantes..."

(Je commence à savoir qu'il est question de base nucléaire)

 

 

Anniversaire.jpgLe 17/08/1965

 

"... Si tu as des ennuis financiers, vends les vignes car pour moi ça ne m'intéresse pas. Je n'ai pas de raison pour profiter du travail de mes prédécesseurs, nous devons partir à 0, voilà la base de la société..."

 

Le 22/08/1965

 

"... Ces serviettes (genre celle que je t'ai laissée) sont importées pour les foyers de l'armée. Dans ta prochaine lettre, dis-moi si tu veux, malgré tout, ces serviettes qui sont importées ou des pièces de tissus "pareo" dont il existe une infinité de modèles..."

 

Je parle à ma mère de mon intention éventuelle de prendre un emploi civil à Tahiti mais après un congé en France.

 

à suivre, mais plus tard ....

Publié dans Souvenirs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

schenckbecher pierre(pitchounette!!) 03/11/2012 09:32


unimmense bonjour a MR Carabasse.....je me delecte de votre blog,car avec 4ans de plus,j'ai vecu les memes (dé)aventures,sauf que moi je n'ai pas eu la meme finalité.le passage de la vahiné qui
habite le quartier au-dessus de la SOC,je l'ai connue(certe pas la meme!!!)mais j'y ai laissé qqlqs monnyet des effets militaires..........dans ma fuite!!!!!!


un plaisir aussi de revoir Madame......que de souvenirs!!!!!amitiés

N.L. Taram 03/11/2012 10:38



Bonjour Pierre, merci de ta visite et de ton commentaire, c'est toujours encourageant...


C'est en classant et relisant les lettres que j'avais adressées à ma mère que j'ai eu envie d'écrire (des ami(e)s m'y ont même encouragé). Je dois avouer que la lecture de certains passages m'ont
parfois ému. Je n'ai publié que de courts extraits pour seulement deux ans, je pourrai écrire un livre si j'en avais le courage... Il y a aussi quelques erreurs d'apréciation et je m'aperçois
qu'au bout de deux ans, mes avis ont parfois changé.


Bonne retraite et le bonjour à Madame



martin jacques 01/11/2012 09:07


parle pour toi. peux tu demander à alain corre d'entrais en contact avec moi ,j'aimerai savoir  si c'est lui auquel je pense? qu'en à toi il pour noél  un petit paquet de viagra
te serai le bienvenu  ah ah ah     jacques

martin jacques 31/10/2012 23:10


tu n'étais à la traine loin du tout. mais de là,a crier sur les toits que ton copain s'appelle jacques martin sachant que cela allais perturber toutes les vahinés du coinavec le secret espoir
d'agrandir ta collection.cela ne me derange pas,mais laisse m'en pour quant je débarquerai.serieux j'ai un signature alain corre.celui que je connais est une veritable armoire normande. est-ce
lui   merci   jacques

N.L. Taram 01/11/2012 00:34



Vu nos âges, les vahine n'ont rien à craindre...


 



CORRE ALAIN 31/10/2012 18:42


il manque quand même quelques détails croustillants dans tes soirées nocturnes. c'est vraie quelles vont jusqu'aux lueurs du jour et ça na pas vraiment changé.


 

N.L. Taram 31/10/2012 20:27



Bonjour Alain,


J'évite les dérapages mais certaines insinuations sont évidentes. Et puis, comme tu dis, ça n'a pas vraiment changé. En plus, les gens dont je parle sont proches de moi (imagines qu'un gamin de
45 ans vienne me voir en disant "bonjour papa"... cela me ferait plaisir, mais quel choc  )



clabaux 31/10/2012 17:29


Plus tard ? Dommage, j'attendais chaque jour tes souvenirs et tes photos. Mais bon, après toutes ces sorties tu as bien le droit de te reposer  peu ...

N.L. Taram 31/10/2012 20:21



Bonjour Jacques,


Hé oui, une pose, je suis arrivé à la fin des lettres triées et puis la suite devient un peu routine (malgré quelques dérives dont je n'ose pas trop parler).


D'autres sujets amusants m'attendent, par exemple la politique



martin jacques 31/10/2012 14:18


mon cochon ! non seulement tu es parti sans dire au revoir,mais en plus tu me fais saliver avec tes charmantes vahinè,tu aurais pu me tenir au courrant plus tot,enfoirè

N.L. Taram 31/10/2012 20:16



Salut Jacques,


Si je me souviens bien, j'étais plutôt à la traine par rapport à vous, bande de petits lascars , rappelles-toi nos
vacances à Salle-Curan ou à Barèges...


Fallait bien que je me rattrape... hé, hé !!