LE SERVICE MILITAIRE (12)

Publié le par N.L. Taram

Je reprends le classement des lettres à ma mère pendant mon service militaire qui a quand même duré 5 ans. Surprenant pour un gars qui n'est pas très militariste (même pas du tout) ;  mais que ne ferait-on pas par amour ?

La  suite risque de devenir "routine" mais je relève quelques impressions et quelques anecdotes notables.

 

"J'aime mieux une pensée fausse qu'une routine vraie" (Émile Chartier dit Alain)

 

 

Rade Papeete

 

XII - Routine et prise de conscience

 

Je deviens un petit employé modèle : boulot, vespa, dodo... et sorties nocturnes moins fréquentes. Ma vahine travaille, elle a un solex, elle s'occupe du fare. Le fare est à Pirae, chemin de l'hippodrome à un kilomètre du camp d'Arue. Tous les midis, si je ne suis pas de service, je viens manger et ... au fare.

 

NEW-28

 

----------o----------

 

Je reprends comme précédemment les lettres écrites à ma mère.

 

Le 02/09/1965

 

"Chère maman,

... les copains ont profité de mon absence pour me siffler le pastis, mais c'est de bonne guerre.  Le pastis étant interdit à Tahiti, nous avons récupérer des extraits sur un bateau de Marseille et nous le faisons soit avec du gin, de la vodka ou du rhum blanc. Il est excellent et ne nous revient pas cher (la bouteille de rhum blanc coutant 600 francs français (anciens francs)..."

 

Le 14/09/1965

 

Je demande à ma mère de m'envoyer mes disques par petits colis mensuels...

 

Lettre 14 08 1965

 

 

Le 13/10/1965

 

"... Ici, j'ai ce qu'il me faut et je ne manque de rien (à part de la pintade et du rosé celleneuvois, bien sur !)... Mon colocataire étant parti travailler à Hao, j'ai loué sa part du "Faré" à un copain nouvellement libéré et travaillant comme civil au C.E.P. ; c'est un grand amateur de "chanteurs de blues" et un excellent guitariste (Jean-Paul, si tu me lis, téléphones-moi)...

 

JP Vauche1JP Vauche2 

... Mon rêve, après l'armée, c'est de travailler dans un district de Tahiti ou dans une île où il n'y a pas le CEP..."

 

Le 21/10/1965

 

"... Les difficultés au travail viennent du fait que mon lieutenant chef de service est parti et que son remplaçant n'est pas encore arrivé, alors les autres en profitent pour semer la pagaille chez nous. Toujours la même histoire..."

 

Arue1966Le 26/10/1965

 

"... Pour moi l'armée, c'est 1.500 engins et véhicules à comptabiliser quotidiennement ; pour mon chef de section, c'est un peu de poussière sur les armoires de la chambre dont je suis responsable..."

 

 

 

 

Le 16/11/1965

 

"... Je me demande ce que feraient les français s'ils savaient où passe leur pognon..." (sans commentaires)

 

 

Le 07/12/1965

 

"... Dimanche dernier, il y avait des élections : petits drapeaux, robes blanches et grand chapeaux de paille, tout le folklore, quoi ! Moi, pour pas manquer à la tradition, je suis allé à la pêche. Résultats : pas de poisson, 80% des voix pour 2 Gaulle, 30% d'abstentions.

Dans ta dernière lettre, tu me parlais de "choucroute" et de "petit colis de remède". Faute de remède, j'accepterais bien de la choucroute dans un bocal, ainsi que : pintades, pâté de grives, saucisson aux poivre, civet de lapin, etc... Je ne cracherai pas non plus sur quelques bonnes bouteilles de "coteaux celleneuvois" (ces coteaux que j'ai maintes fois parcourus et sur lesquels je retournerai un jour pour ne plus les quitter)..."  ("Quand rêverai-je hélas, de mon petit village, / Fumer la cheminée...", une larme...)

 

Celleneuve1 (1950)

 

             (Celleneuve 1950, ma maison natale 2ème à partir de la droite) 

 

Le 14/12/1965

 

"... Demain, on a la visite de quelques généraux qui viennent se balader à Tahiti avec le pognon des contribuables. La semaine dernière, c'était 2 colonels. Enfin ce qui me console, c'est de voir que certains en profitent et que tout n'est pas gaspillé..."

 

 

Le 28/12/1965 (ma dernière lettre de 1965, j'hésite mais je vais quand même vous la passer en entier)

 

"... Tout d'abord Noël, pour moi des congés comme les autres qui se sont passés assez tristement.

Le 24, le colonel avait décrété présence obligatoire de tous les militaires jusqu'à minuit ; tu parles ! cela a été assez mal reçu surtout de la part des s/officiers qui ont leur famille et leurs enfants ici. Bien sur, plusieurs ne sont pas venus, mais ça a jeté un froid. Nous, nous étions consignés du matin jusqu'à minuit, moi comme je ne travaillais pas l'après-midi, je suis sorti à midi, revenu à 22 heures et retourné chez moi à minuit (en plus, chez moi, il y avait "maman Noël", mais je ne le raconte pas à ma mère). Le 25, congé ---> pluie toute la journée, je suis resté au lit (avec maman Noël ) et j'ai écouté des disques ; j'ai mangé un ail avec un crouton de pain et du sel (je tiens cela de mon grand-père du Lot). Le 26, de garde au port du matin 7 h au lundi matin 7 h, , l'après-midi il a fait beau, je me suis baigné dans le port. Voilà le programme pas tellement marrant.

 

Garde Fare Ute2

 

 

En plus de ça, le soir de Noël, j'ai été obligé de me mettre en tenue de sortie militaire ; c'était la première fois que je m'y mettais depuis que je suis revenu à l'armée : pantalon trop grand, chemise usée, épaulettes, écussons et fourragère empruntés à un ami qui était à l'infirmerie et galons absents parce qu'introuvables. Comme cadeau de Noël de la légion, surprise... une tenue de sortie en tergal (moi qui ne la mets jamais!). Sur le moment, je pensais la retailler pour en faire une chemise manches courtes et un short pour le travail (la seule tenue militaire que je mets quotidiennement). Puis ce matin, un gars m'a proposé de me l'échanger contre une montre qu'il avait eue comme cadeau, j'ai accepté. C'est une joli montre fabriquée sous patronage légion à Puyloubier (maison de retraite de la légion), 19 rubis, 2 ans de garantie. Je vais essayer de la changer au Foyer... "

 

 

Ahonu 65 

 Plus qu'un an à tirer (et 3 ou 4 épisodes de mon service militaire).

 

à suivre ....

Publié dans Souvenirs

Commenter cet article

Gérard JOYON 28/11/2012 23:52


Pierrot  il est 23 h45  ce 28 novembre 2012.


Depuis ce matin je suis sur le forum et autres  médias .


Toujours pour ce nucléaire   .Des heures et des heures par jour.


Alors  il est presque      déjà.....tard ,


je me mets à relire tes histoires .


Elles sont     merveilleuses .


Je me replonge  dans cette période.


Je te    lis, je revois le pays là bas, le FENUA.


Certes, nous ne vivions pas l'éloignement de la même façon .


Toi tu avais ta mère ,et moi j'étais  déjà  papa.  Un papa loin  très loin.


Le soir de ce fait,  nous n'avions ni les mêmes pensées,  ni les mêmes soucis.


Je revois à travers tes photos, mes soldats, mes légionnaires .


Je ressens cette humidité .


Je ressens   ces magiques   odeurs.


Je reprends aussi tes morceaux de musique et parcours ton blog.


J'ai besoin de m'évader   de ce dur combat contre cet ETAT   menteur.


C'est tout  .......


.Merci Pierre.


Gérard JOYON 


 

N.L. Taram 29/11/2012 00:51



Bonjour Gérard et merci pour ton commentaire.


Cela me fait extrêmement plaisir, j'ai l'impression d'être encore un peu utile. Il y a aussi quelques anciens qui me suivent sur Facebook ou m'écrivent personnellement.


Pour ton combat contre le nucléaire destructif, je te félicite... mais penses à lever le pied de temps en temps, sinon on désespère. Moi, je me suis mis en congé de mon parti pour quelques mois,
histoire de voir venir et de faire le tri dans ma mémoire.


J'avoue que je prends, maintenant, plus de plaisir à raconter mes souvenirs ou montrer ma collection de chapeaux que de parler des âneries de nos gouvernants... quoique !!!


Amitiés



SAINT ETIENNE Claude 25/11/2012 10:05


Bonjour Taram, à nos âges avancés certains virages se font sur le porno nous c'est la cuisine. En effet, pourquoi ne pas ouvrir une rubrique recettes gastronomiques et de nos terroirs tant il y a
de bonnes choses à connaître...


Je rattraperai le train en marche car tu sais, dans quelques jours j'abandonne cette place à un jeune, chez moi si j'ai bien un ordi il n'est pas relié, ce qui sera fait après quelques gros
travaux jusqu'alors remisés aux calendes grecques. Et
puis tu sais...  J'ai la page sur l' Amérique à terminer.


Ceci est peut être le dernier message avant quelques mois, tout au moins l'un des derniers de l'année car il me reste 29 jours avant la cessation d'activité.


En attendant continue ton blog de qualité et amitié à tes lecteurs

N.L. Taram 25/11/2012 11:38



Bonjour Claude,


Je réponds tardivement car j'ai eu mes enfants, conjoints et petits-enfants (qui sont grands) toute la journée. Ils viennent de rentrer chez eux.


Pour la chronique culinaire, je vais y réflêchir ; j'ai aussi l'intention de parler  et montrer les chapeaux et les robes de ma dame ; chroniques valables aussi pour le forum des cobayes.
J'ai pensé aux chapeaux car pour débarasser une petite table pour ma petite fille, j'ai dû déplacer 6 chapeaux et il y en a le triple sur les étagères et les murs....


Tardes pas trop à te connecter, internet est devenu le rendez-vous des retraités comme l'était avant le bistro... Quand ma ligne a été coupée pendant 15 jours, j'ai utilisé une clé wifi G3, c'est
limité mais ça dépanne.



Pierre Carabasse 24/11/2012 20:50


Je précise que notre ami Claude Albagnac a fait une petite erreur en écrivant "... ou un verre de vin rouge". Bien sur, il faut lire "... ET un verre de vin rouge"


à votre santé !



Georges de Moorea 24/11/2012 20:37


Bonjour Pierre,


Une fois encore je me régale de tes récits surtout lorsque tu parles du pain à l’ail ; comme c’est l’heure
du petit déjeuner cela va faire partie du menu.


..Tu parles de Jean-Paul ton colocataire, c’est bien J.P. Vauche, dit Viet pour ces origines .Quand dans
l’article tu dis "Jean-Paul téléphones moi", c’est écrit récemment ?


Amitiés a toute la famille, à bientôt, Georges


 

N.L. Taram 24/11/2012 20:42



Bonjour Georges de Moorea,


Je me doutais que mon clin d'œil sur le pain à l'ail attirerait des commentaires.


Dans chaque lettre, je ne prends qu'une ou deux phrases mais il est souvent question de "bouffe" avec, je
cite : mon ami Georges, originaire du Gers... Guy, originaire de Madagascar et ayant séjourné longtemps à Sète et Jean-Paul, originaire du Laos qui nous cuisinait des plats laotiens
"super excellents".


Concernant Jean-Paul Vauche, je ne l'ai pas revu depuis la période où il travaillait comme peintre en
lettres avec Boudouani dans un atelier situé derrière le petit snack à côté de la clinique Cardella. Il habitait à Paea mais ne figure pas dans l'annuaire.


"Jean-Paul, téléphones moi", c'est écrit d'hier : les notes écrites en
italique et en bleu sont des annotations que je fais actuellement en relisant et copiant les lettres d'époque.


Je dois te dire que je suis parfois ému et troublé en relisant ces lettres. Dommage, je n'ai pas gardé les
lettres que je recevais de ma mère...


Amitiés, Pierre



SAINT ETIENNE Claude 24/11/2012 14:43


Bonjour Taram, en effet en Normandie le pain aillé est fait de la même manière jusqu'à l'ail frotté, il est est en général destiné aux soupes, oignons ou poisson. Ici le raisin et le melon sont
remplacés par la pomme et la pomme à toutes les sauces, dessert, entrées et légumes comme avec le boudin noir (humm....).


Sans oublier les 4 heures pour les gamins, tartine beurrée avec des pommes mais attention pas celles du commerce toujours fades ou sans goût.

N.L. Taram 24/11/2012 19:57



Bonjour Claude,


je te remercie pour ces détails culinaires. Je pense que l'ail est utilisé un peu partout en France ; par exemple, on fait griller à la poêle de petites tranches de pain, ensuite frottées à l'ail
pour la fondue savoyarde. Ma mère étant une cuisinière réputée (venue à Montpellier pour travailler dans un restau réputé), nous parlons souvent de recettes de cuisine dans nos lettres.


Vais-je ouvrir une chronique "Cuisine" ?



Claude Albagnac 24/11/2012 09:59


Bonjour Pierre,


Le crouton de pain avec de l'ail.
Dans l'hexagone et dans le Lot et encore chez mes soeurs nous appelons cela:
LA FROTTE
Recette: prendre une flûte de bon pain de campagne, couper de grands morceaux les vider de leur mie les mettre à griller, sans les noircir.
Frotter avec de l'ail (fort), frotter contre du lard (fumé ou pas), soupoudrer de gros sel.
Déguster avec des raisins ou du melon ou un verre de vin rouge
Bon appétit...

N.L. Taram 24/11/2012 10:05



Bonjour Claude et merci pour cette recette traditionnelle.


Outre mes compatriotes polynésiens, cela va intéresser mes amis "francs" qui ne connaitraient pas encore les saveurs culinaires de leur colonie occitane...