LE SOUPER

Publié le par N.L. Taram

Le souper

Pour les amateurs d’Histoire avec un grand H et, pourquoi pas, de cinéma…

LE SOUPER

Réalisateur : Edouard Molinaro

Amazon.fr

Invitez-vous à la table de Talleyrand et de Fouché, dans une France transie après la défaite de Waterloo ! Les excellents Claude Rich et Claude Brasseur reprennent respectivement les rôles de Talleyrand et Fouché, qui leur avaient déjà valu un triomphe sur les planches, dans la pièce de Jean-Claude Brisville. Joute verbale brillantissime entre deux hommes que tout oppose – naissance, esprit, façon d'être, une opposition qui se perçoit jusque dans la façon de boire le cognac – et qui, pour un soir, doivent s'entendre ("C'est vous et moi, ou bien ni l'un ni l'autre") pour décider du destin de la France, Le Souper bénéfice d'une interprétation de très haut niveau et d'une photographie exceptionnelle. On se croirait réellement dans un palais péniblement éclairé au début du XIXe siècle. Des entretiens avec l'auteur, le réalisateur, le producteur et les deux comédiens principaux viennent judicieusement compléter ce DVD. --GM Talleyrand

Description

France, 6 juillet 1815. Alors que le peuple se pose de sombres questions sur son avenir après la défaite de Waterloo, deux hommes soupent à huis clos, Talleyrand et Fouché. Ils vont se livrer a un duel verbal dont l'enjeu est l'avenir de leur pays.

-------------------------------------

Quelques commentaires sur http://www.amazon.fr/souper-Claude-Brasseur/dp/B003AJFK4Y/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=dvd&qid=1280790114&sr=1-1

Charles-Maurice de Talleyrand

Joseph Fouché

FOUCHE

 

Divan

 (Versailles, France)

Deux des plus grands acteurs du cinéma français nous interprètent avec talent l'adaptation d'une pièce de théatre qui met en scene la rencontre en juillet 1815 entre Joseph FOUCHE et Charles-Maurice de TALLEYRAND après la chute de l'Empereur Napoléon I défait à Waterloo. Quel régime pour la France de demain ? La joute peut alors commencer et les masques vont tomber... On savoure chaque réplique, un duel de mots des plus cinglant et un jeu d'acteur que l'on admire. Laissez-vous séduire...

Un client

Deux très grands acteurs pour servir un texte excellent. On assiste à une joute oratoire où émotion et violence font leur apparition, malgré la distance et l'incompréhension qui existent entre les deux personnages. Un huis clos tellement bien fait qu'on en oublie que c'était une pièce de théâtre à l'origine. Je le recommande à tous les amateurs d'Histoire et même aux autres!

 

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SAINT ETIENNE Claude 04/08/2010 16:00



Bonjour Taram,J'ai, je me remémore seulement maintenant, j'ai déjà vu un débat de ce type entre Danton et Robespierre. Rien à voir avec la réalité semble
t-il. J'ai été terriblement déçu.


Talleyrand était plus diplomate et retors, Fouché madré voire malin. A Lyon, il était loin de la capitale, il avait peur à son retour d'être largué
par le comité. Il lui fallait suivre les ordres et même les devancer pour toujours se maintenir dans le peloton de tête et  d'un autre coté il lui fallait éviter que cela se retourne contre
lui à son retour. Il faut croire qu'il s'y est bien pris car ayant l'ordre de raser la ville de Lyon il ne le fera pas, mais en contrepartie il inventera un mode de tuerie en série qui lui vaudra
le nom de mitrailleur du Lyonnais et suprême intelligence quand le vent tournera il mettra ces boucheries sur le dos de son compagnon d'armes qui lui sera guillotiné. Il reliait les boulets de
canon entre eux à l'aide de chaine et fauchait ainsi les contre révolutionnaires supposés. Dans le tas, sans préambule ou vaguement jugés, par dizaine à la fois... Cet homme la, devint
ministre de la sécurité...



christian Penilla y Perella 04/08/2010 11:57



Clau et Taram


 


Le Joker : Il c'est venté à une époque de terroriser les terroristes .



SAINT ETIENNE Claude 03/08/2010 14:39



Les deux plus grands salopards de la révolution. Fouché un assassin qui a eu tous les honneurs et l'argent, devenu chef de la police il désertera par
peur et gagnera les armées ennemies d'ou il se fera viré. Pouah!  Triste et vil personnage.... Il a du finir seul, pauvre et perclus de douleur, si je me souviens bien, il doit même être
enterré assis dans ce qui était alors le comté de Nice ou il s'était réfugié (pas encore Français).


 


Talleyrand le défroqué, celui qui a fait une messe pour l'acceptation du nouveau calendrier républicain. Celui qui a magouillé toute sa vie y
compris avec les Américains  pour la vente de la Louisiane et pour ses pots de vin. L'empereur disait de lui "vous êtes de la merde dans un bas de soie".


 


En admettant qu'ils se soient rencontrés sur ce sujet. N'ayant aucun enregistrement, cd ou autres pièces en notre possession. Ce qui est dit dans ce
film, y compris les rhétoriques, ne sont que les fruits de l' imagination des auteurs, 200 après les événements, donc orientés aussi bien dans les emportements, qu'édulcorés sur le
fond....


Avec la qualité d'orateur des comédiens à l'affiche, J'ai peur que cette fiction soit acceptée par les spectateurs comme réelle.



N.L. Taram 03/08/2010 21:27



Bonjour Claude,


Pas du tout déçu par ta réponse, je connais bien cette période de l'histoire et Fauché aurait du terminer à la guillotine à la fin de la terreur
(Lyon en a gardé le souvenir). Quant à Talleyrand, il disait "j'ai peut-être servi tout les régimes, mais j'ai avant tout servi la France"... belle hypocrisie du "diable boiteux".


Pour l'article sur le film, tu remarqueras que je l'ai classé dans la catégorie "Arts" et non "Histoire".