LE TEMPS DES PROMESSES (2)

Publié le par N.L. Taram

Bonjour ami PK0, nous sommes sur la même longueur d’onde…

(enfin presque !)

PK0 

Le billet d'Humeur du PKO de la cathédrale



Nous voici en campagne électorale… avec toutes les promesses traditionnelles qui y sont liées.

 

À longueur de temps, nous nous plaignons de nos hommes politiques : « tous les mêmes » « tous des menteurs », « ils ne pensent qu’à eux et aux leurs »… au point de penser que pour être un homme politique il faut être malhonnête.
Nos hommes politiques sont-ils plus malhonnêtes que nous ? Plus intéressés que nous ? Ou alors sont-ils simplement ce que nous attendons d’eux ? Voire ce que nous sommes ?


En lisant les journaux ces derniers jours, il est frappant de voir l’unanimité des réponses quant au positionnement des partis locaux pour tel ou tel candidat à la présidentielle : « Nous nous positionnerons en fonction du programme des candidats pour la Polynésie… en fonction de ce qui nous sera promis… en fonction de ce que nous pourrons obtenir… » Ce qui motive, ce ne sont pas les valeurs fondamentales qui pourraient être défendu mais notre intérêt personnel…


Et il faut bien reconnaître que pour la plupart d’entre nous, le choix que nous faisons n’est pas d’abord en fonction d’une philosophie de l’homme, de sa dignité, mais en fonction de ce que je pourrai en tirer… du bien-être matériel qui m’est garantie…
Or que sert à l’homme de gagner la terre entière s’il vient à perdre son âme ? Il y a quelques temps encore, les choix des électeurs, les débats de nos hommes politiques tournaient autour de thèmes fondamentaux, humanistes…


Aujourd’hui, l’essentiel de nos préoccupations, relayés par les discours politiques tourne autour de nous-mêmes, de nos avantages et des risques à les perdre… !
Et si l’on s’ouvrait à l’autre ?
Et si l’on croyait en l’autre ?

Cela ne changerait-il pas la donne ?

 

----------o----------

 

……

Non, ce n'est pas pour Dieu que je suis parti,

Mais pour fuir les hommes,

Leurs dogmes, leurs lois, leurs valeurs,

Leurs traditions, leurs idées,

Autant que leurs bruits et leurs complaintes.

J'ai choisi la solitude pour ne plus les voir vendre leur âme contre ce qui est moins précieux et moins noble.

……..

KHALIL GIBRAN : ORAGES (Extrait du chapitre « L’orage »)

 

Publié dans Société

Commenter cet article