BELIBASTE, Henri Gougaud

Publié le par N.L. Taram

(code recherche : HISCAT)


Belibaste-1.jpg
Je profite de la saison des pluies pour alimenter régulièrement ce sujet : LECTURE

Je suis surtout amateur de roman historique, je proposerai donc rarement des romans de fiction quoique j’en ai lu d’excellents.

Aujourd’hui je vous propose « Bélibaste » d’Henri Gougaud.

Bélibaste, dernier évêque cathare à mourir sur le bûcher, pratiquement un siècle après la chute de Montségur.

Ce livre n’est pas une biographie de Guillaume Bélibaste, mais un roman inspiré par la vie du dernier des Parfaits cathares qui vécut en Occitanie au début du XIVème siècle. Ce que l’on sait de la vérité historique y tient une place respectable, mais non exclusive. L’auteur renvoie les amateurs de documents bruts à la source où il puisa lui-même : « Le Registre de l’Inquisition de Jacques Fournier ». Jacques Fournier était le grand inquisiteur de l’époque.

Ce roman m’a fait découvrir les méthodes policières modernes utilisées par l’inquisition, méthodes qui ne seraient pas reniées par le KGB ou la CIA….


Enfin, Henri Gougaud est né à Carcassonne en 1936. Parolier de nombreuses chansons pour Jean Ferrat, Juliette Gréco et Serge Reggiani, auteur d'ouvrage de science-fiction, lauréat de la bourse Gongourt de la nouvelle en 1977, il partage son temps entre les romans et les livres de légendes.

800px-France_aude_villerouge_termenes_chateau.jpgLe château de Villerouge-Termenès, où Belibaste fut brûlé vif 

Dos de la couverture :
HENRI GOUGAUD -  BELIBASTE

« Guillaume Bélibaste est un personnage qui m'a toujours inspiré une profonde affection. Il tua un homme, par colère et malchance, et devint prêcheur hérétique. En cette fin du Moyen Age, les Parfaits cathares n'étaient plus que des errants mystiques, mais la pureté des fous de Dieu les tenait debout. Bélibaste n'eut même pas cette pureté-là. Il fit un jour le serment de ne jamais toucher à une femme, et fut le lendemain parjure et amoureux. Héros malgré lui, il fut un cancre, de l'âme. J'aime cet homme parce que je crois que, si Dieu existe, il est dans les questions et les douleurs des cancres, plus que dans les réponses des sages. »

H. G.

 

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SAINT ETIENNE Claude 25/01/2010 19:26




Matinal Taram aujourd'hui, Bonjour à toi et à tous.


D'autres versions laissent entendre qu'ils ont remis "ce trésor de gens pas riches", à des gens prévus à cet effet, à charge pour eux de le conduire
dans les montagnes situées vers l'Italie.
Originellement porté (selon quelques historiens) par deux cavaliers(donc un qui porte et l'autre en défense) il n'en reste pas moins qu'il ne devait pas être gros ce trésor et représentait très
certainement des objets de cultes sacrés.




Taram 25/01/2010 19:43


Ouais ! il y a des huluberlus qui téléphonent à 7 heures du matin...
En effet, la piste des patarins du Piémond semble la plus plausible. Toutefois, on a retrouvé aucune trace de ce trésor. Il faut savoir aussi, que deux défenseurs de Montségur, réussirent à
s'enfuir par les falaises, entre le moment de la réddition et le bûcher. Il semblerait qu'ils étaient chargés de récupérer le trésor pour l'ammener en Italie.


SAINT ETIENNE Claude 25/01/2010 10:57



Taram,
J'ai oublié de dire qu'après la disparition des Cathares et ce jusqu'à nos jours, la trace des Cathares, laissée dans l'esprit des gens du nord est celle d'un prétendu trésor que tout le
monde cherche et recherche. En Normandie à Gisors petite ville du Vexin Français, un hurluberlu à tellement fouillé qu'il en a saper toutes les fondations du chateau féodal. Des que l'on trouve
quelques pièces, les Cathares sont dans le coup....



Taram 25/01/2010 19:01


Bonjour Claude,
Idem pour Rennes-le-Chateau. Ce qui est plus plausible, étant donné que ce village se trouve à une cinquantaine de kilomètres de Montségur. Prévenus de l'imminence du siège de Montségur, les deux
chevaliers chargés d'aller planquer les quelques biens de la communauté, ont fait l'aller et retour dans la journée...


SAINT ETIENNE Claude 25/01/2010 10:41



Bonjour Taram, Les souvenirs reviennent après coup, c'est le deuxième livre que j'ai lu(après la célèbre Catherine de Médicis).
J'ai mis en doute ce que je lisais tellement cette histoire était folle, j'ai vérifié la véracité des faits avec les moyens de l'époque(la toile étant inexistante). Depuis je vérifie toujours
avant de faire une lecture car je ne désire pas mettre en mémoire de fausses interprétations des faits historiques, d'atrocités ou de mensonges supposés, les faits réels se suffisent à eux
même....Je viens de terminer le voyage de Magellan en deux tomes, là aussi il y a a redire sur les méthodes employées par ces conquistadors servant à la fois leur roi et leur pape.


Dans le cas qui nous concerne, celui des Albigeois, l'ironie du sort a voulu que le pape porte le nom d' "innocent"......



SAINT ETIENNE Claude 25/01/2010 08:39



Au XIIème, les seigneurs du sud étaient intellectuellement plus ouverts que leurs pendants nordiques guerriers et sectaires quant à
leur religion.

Le monde était dirigé par le pape aidé de prélats aussi ventripotent que de mœurs dépravés qui se déplaçaient sur des
civières portées à dos d'homme, précédés d'esclave qui les ventaient avec des plumes d'autruche. Devant tous ces ors et ce faste que devenait, aux yeux des croyants purs, le martyr du
christ?


Ces hommes simples, pauvres, vivant dans des contrées rudes à la survie toute relative que pensaient ils eux, fervent croyants,
lorsqu'ils voyaient ces directeurs de conscience aux mœurs douteuses?


Une sensibilisation se fit pour un ordre nouveau et pur, leurs nouveaux maîtres, "les parfaits", étaient des leurs et de toutes
extractions, pauvre ou riche.


Certains nobles, les comtes et vicomtes de Toulouse ou Carcassonne, sans épouser clairement le catharisme désiraient seulement
voir revenir le clergé au plus près de ses ouailles...


Innocent III, en pape intransigeant donna tous pouvoirs à Pierre de Castelnau qui leva la fameuse croisade contre les
Albigeois, fut l'artisan de l'excommunication de Raymond VI comte de Toulouse et de l'arrivée du féroce Simon de Montfort, guerrier aux manières fortes.


Le catharisme fut le premier livre d'histoire que j'ai lu, que de surprises pour l'homme non averti que j'étais... Après avoir lu
ça, je ne suis pas surpris au fil de mes lectures historiques, par les mauvais actes ou exactions commises par l'homme.




Taram 25/01/2010 09:58


Bonjour Claude,
Merci d'avoir réussi à résumer cette histoire en quelques lignes... Une histoire, une conquête, une colonisation, une croisade qui dura plus d'un siècle et qui est passée aux oubliettes par
l'Histoire officielle. J'en avais une vague idée (Croisade contre les albigeois, habitants d'Albi ???), mais j'ai découvert, lors de mes vacances en France en 1997, dans une boutique du village
d'Assas, un vieux livre de 1905, écrit par Louis Gaussen "Montségur, roche tragique". C'est à partir de ce jour-là que j'ai étudié ce sujet et découvert l'histoire du pays de mes ancêtres.
Il n'y a pas qu'à Tahiti
Que le crime fleurit,
Nous au païs, aussi l'on a
De beaux assassinats.
(d'après Gorges Brassens)