La véritable histoire de JESUS, James Tabor

Publié le par N.L. Taram

La Véritable Histoire de JÉSUS
James Tabor

 

Le dos de couverture :
Et si Jésus avait surtout été un révolutionnaire politique ?
Et si l'Eglise chrétienne avait confisqué cette figure historique afin d'élaborer une nouvelle religion sans rapport avec le projet premier du Christ ?
Après vingt-cinq ans de recherche scientifique, James Tabor, spécialiste mondialement reconnu des religions archaïques, retrace ici l'histoire de l'homme Jésus, et contredit sérieusement un certain nombre de dogmes du christianisme.
Il montre comment un mouvement religieux considéré comme dissident à l'époque - le christianisme - a pu s'imposer au détriment du projet initial de Jésus : conduire le peuple juif à sa rédemption politique, sociale et spirituelle. Et il dessine sous nos yeux l'image d'un Christ très humain, l'aîné d'une nombreuse fratrie, à la tête d'une véritable dynastie, rejoignant Jean-Baptiste dans son élan messianique, et enrôlant dans son mouvement ses quatre frères dont trois reprendront le flambeau après sa mort.
Pourquoi et comment ces faits ont-ils été gommés? Best-seller aux Etats-Unis, cette fascinante enquête transforme radicalement notre vision d'un des moments les plus cruciaux de l'Histoire. S'appuyant sur les découvertes archéologiques les plus récentes, le livre événement au centre de toutes les polémiques.
James Tabor dirige le département d'études religieuses à l'université de Caroline-du-Nord, dans la ville de Charlotte. Il y enseigne depuis 1989 après avoir occupé différents postes dans d'autres universités, dont la prestigieuse université catholique Notre-Dame.
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Bernard Cohen

 

Quelques commentaires  de lecteurs sur amazon.fr :

Une approche historique, 7 avril 2008

Ce livre est fascinant... Je le conseille fortement à tous ceux qui sont à la recherche d'éléments historiques concernant Jésus. L'approche est très interressante, fort bien documenté, même si d'après mon humble avis, l'historicité de Jésus ne peut être trouvé en excluant le personnage testamentaire. Néanmois, un travail sérieux et des éléments interressants.
Bien joué M. TABOR

 

Enquête intéressante, 29 juillet 2007

Je suis passionné d'Histoire et je découvre, depuis quelques temps, l'Histoire du premier siècle de notre ère que l'école républicaine et laïque nous avait caché. C'est très regrettable qu'elle ai laissé ce monopole aux églises chrétiennes. Cette enquête scientifique et historique m'éclaire sur l'universalité du message qui va se répandre dans le monde au cours des siècles suivants. Elle me fait connaître ces personnages exceptionnels et très humains dont il m'arrivait de douter de leur existence. Ce livre vient compléter avec justesse mes lectures précédentes (évangiles canoniques et apocryphes...). Je précise que je suis athée. 

 

Fantastique !
On lit ce livre comme un roman ! Et on est fasciné par le personnage de Jésus. Enfin, il paraît vraiment humain !

Publié il y a 11 mois par G. Guibert

Un extrait intéressant, page 320 :

La foi d'Abraham

Redonner sa place historique à la dynastie de Jésus permet également, je crois, d'œuvrer à une meilleure compréhension entre juifs, chrétiens et musulmans. Les persécutions chrétiennes contre les juifs ont évidemment porté atteinte à l'importance de Jésus dans la conception historique du judaïsme puisque, des siècles durant, les juifs ont été pratiquement dans l'impossibilité de penser à lui sans le mettre en rapport avec les exactions commises en son nom. Depuis quelques décennies, et encore aujourd'hui, cette tendance s'est inversée grâce à la reconnaissance grandissante de la « judéité » de Jésus, et aux fructueux efforts des historiens pour le replacer dans tout son contexte historique. Le grand philosophe juif du siècle passé, Martin Buber, a écrit : « Je ne crois pas "en" Jésus mais je crois "avec" lui. Je suis fermement convaincu que la communauté juive, dans le cadre de sa renaissance, finira par reconnaître Jésus non seulement comme une figure importante de son histoire religieuse, mais aussi dans le contexte spécifique d'un développement messianique qui s'étend sur des millénaires, et dont l'objectif final est la rédemption d'Israël et du monde entier. »

Ce que les juifs ont rejeté, en réalité, n'est pas tant Jésus que le dogme chrétien qui l'a rendu égal à Dieu, qui a rejeté la Torah jugée obsolète et qui a repoussé l'alliance divine conclue avec le peuple juif.

………..

La suite passionnante sur le livre...

--------------------------------------------------------------------------------------------

Dans la foulée je vous recommande le livre "Le Tombeau de Jésus" de Simcha Jacobovici et Charles Pellegrino ou le film, même titre, même auteurs, réalisé par James Cameron.

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christian Penilla y Perella 19/01/2010 19:29


Le Christ était capable de colère et de violence , par exemple envers  les marchands du temple.


christian Penilla y Perella 19/01/2010 19:26


James TABOR ...............Mont TABOR , Cela ne s'invente pas .
     Mont TABOR  , mont le plus célèbre en Galilée , Israel . Nom prédestiné ! ! ! .


SAINT ETIENNE Claude 19/01/2010 09:07


Bonjour Taram, Nérou oui.... Jésus n'a jamais prôné l'amour de son prochain avec des armes, ses apôtres non plus. Ce n'est pas le but d'une révolution ou les partisans cherchent à renverser un
pouvoir établi contre un autre qui en général n'est qu'une pâle copie du premier.


Taram 19/01/2010 09:39


Bonjour Claude,
J'en suis pas si sur... L'un de ses proches compagnons, Juda l'Iscariote, était un résistant guerrier. Jésus estime d'ailleurs qu'il est le seul capable de mener à bien sa mission, c'est à
dire le sacrifice de sa vie. Dans la volonté de Jésus comme dans celle du Che, il y a une démarche suicidaire.... (hum ! si je continue, je finirai sur un bucher )


SAINT ETIENNE Claude 18/01/2010 12:31



Joseph Saramati (ou darimatti) n'était(déjà) qu'un vil propriétaire qui louait cher sa grotte transformée en tombeau pour l'occasion, et ce, sans état
d'âme. Il était bien réel et vivant nous en avons la preuve il n'est pas une invention spirituelle. Jésus aussi a réellement vécu, maintenant, pourquoi son histoire perso s'est elle
transformée en dogme?


Un type de ce genre, de cette trempe, était certainement attendu dans ce monde sans avenir, pourri non seulement par la corruption, le pognon mais
aussi par ses propres lois. Ne dit on pas qu'il serait le premier communiste et peut être même est-ce pour cela qu'il a subit personnellement toutes ses persécutions...


Je n'ai jamais cru à la partie "fable" mais cette histoire parallèle est tellement belle que si, ultérieurement des imbéciles n'avaient pas décidé d'en
appliqué les préceptes avec leurs rigueurs toutes personnelles, elle serait aujourd'hui connue comme le premier des comtes des milles et une nuits....Hélas, l'histoire des hommes
est passée par là ainsi que son plagiat oriental qui n'est guère mieux....



Taram 18/01/2010 21:19


Bonjour Claude,
Lors d'une conversation avec un jeune collègue, très croyant, j'ai déclaré que si Jésus revenait maintenant, il s'appelerait peut-être "Che Guevara". Il fut d'abord choqué, mais après une
discussion qui dura jusqu'à onze du soir... nous sommes tombés d'accord et devenions amis.


sylvie-anne 18/01/2010 10:35


Cet article m'interroge beaucoup. Ainsi tout ce que les bonnes religieuses du collège et les pères jésuites de mon lycée, à Saint-Nazaire, m'ont inculqué, n'étaient que légendes infondées ? Je m'en
doutais !
Heureusement que la vie m'a prouvé que seul Epicure avait raison.
Comment vivre dans la modernité avec de telles références falsifiées ?
Et pourtant les sectes de tout bord, continuent  de régenter le monde et l'humanité.



Taram 18/01/2010 11:02


Ia ora na Sylvie-Anne,
Attention, James Tabor ne nie pas tout, il se contente de situer le personnage dans un contexte historique, disons moins irréel. En tout cas, grace à lui et quelques autres auteurs et
chercheurs, j'ai découvert un personnage fabuleux, très en avance sur son siècle, visionnaire (j'ai envie de dire "révolutionnaire") qui s'appelait... Jésus de Nazareth !
Dommage que certains de ses successeurs s'égarent et que 350 ans plus tard l'empereur Constantin crée un nouveau dogme (concile de Nicée).
Tu comprendras pourquoi j'ai écrit l'article "j'accuse l'école laîque et républicaine...", j'ai dû attendre l'âge de 60 ans pour connaître le début de notre ére.