Les damnés de la terre (2)

Publié le par N.L. Taram

Un conseil de lecture pour nos gouvernants et nos élus, j’ai l’impression qu’ils en ont bien besoin. 

  

Damnés de la terreLes damnés de la terre  

Frantz Fanon (auteur), Jean-Paul Sartre et Alice Cherki (préface), Mohammed Harbi (postface)

 

Extrait : Chapitre III – Mésaventures de la conscience nationale (page 160)

……………….

Le peuple qui, des années durant, l'a vu ou entendu parler, qui de loin, dans une sorte de rêve, a suivi les démêlés du leader avec la puissance coloniale, spontanément fait confiance à ce patriote. Avant l'indépendance, le leader incarnait en général les aspirations du peuple : indépendance, libertés politiques, dignité nationale. Mais, au lendemain de l'indépendance, loin d'incarner concrètement les besoins du peuple, loin de se faire le promoteur de la dignité réelle du peuple, celle qui passe par le pain, la terre et la remise du pays entre les mains sacrées du peuple, le leader va révéler sa fonction intime : être le président général de la société de profiteurs impatients de jouir que constitue la bourgeoisie nationale.

En dépit de sa fréquente honnêteté et malgré ses déclarations sincères, le leader est objectivement le défenseur acharné des intérêts aujourd'hui conjugués de la bourgeoisie nationale et des ex-compagnies coloniales. Son honnêteté, qui est une pure disposition de l'âme, s'effrite d'ailleurs progressivement. Le contact avec les masses est tellement irréel que le leader en arrive à se convaincre qu'on en veut à son autorité et qu'on met en doute les services rendus à la patrie. Le leader juge durement l'ingratitude des masses et se range chaque jour un peu plus résolument dans le camp des exploiteurs. Il se transforme alors, en connaissance de cause, en complice de la jeune bourgeoisie qui s'ébroue dans la corruption et la jouissance.

……..Frantz Fanon

Et aussi :

« Le gouvernement national s'il veut être national doit gouverner par le peuple et pour le peuple, pour les déshérités et par les déshérités. Aucun leader quelle que soit sa valeur ne peut se substituer à la volonté populaire et le gouvernement national doit, avant de se préoccuper de prestige international, redonner dignité à chaque citoyen, meubler les cerveaux, emplir les yeux de choses humaines, développer un panorama humain parce qu'habité par des hommes conscients et souverains. »                                        Frantz Fanon

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Erick Monod 07/10/2010 14:34



Pendant mes années mexicaines, ce livre a été ma Bible . Puis la souffrance , la mort ont cessé d'être romantiques  ....et je ne pouvais plus croire au concept " Qu'importe les moyens ,
pourvu que triomphe la Révolution ".


C'est ce que les esprits pervers des " indépendantistes " pronent aujourd'hui en Polynésie :" Qu'importe le drame social et économique qu'entrainerait une rupture avec la France , nous les gras ,
les nantis , les grandes familles , les corrompus , nos fortunes sont déjà à l'abri et sous la couleur du nationalisme , nous voulons la totalité du gateau et du pouvoir "


Pour pouvoir aller parader à la Commission du Pacifique sud, au Forum , vendre ses votes dans les instances internationales ..et donner l'illusion de l'indépendance alors que pas un de ces pays
ne pourraient vivre un jour , développer ses industries ou ses infrastructures, payer ses fonctionnaires sans l'aide et l'assistance permanente des anciennes puissances coloniales .
Je le déplore , naturellement , et l'on peut polémiquer des heures sur ces concéquences de deux siècles de colonialisme ...mais on ne refait par pas l'histoire : on l'étudie, l'analyse et on
essaie de ne pas reproduire les erreurs : c'est ça l'intelligence politique , le bon sens , la responsabilité , la compassion et le réalisme .


Et pas les comportements fumeux , les affirmations indignées, les mensonge permanents , l'avidité , le mépris pour son peuple et son avenir...et tout cela drapé dans un drapeau au rythme d'un
hymne plus pathétique qu'inspiré !!!



N.L. Taram 07/10/2010 18:56



Bonjour Erick,


Merci pour ta visite et pour ton commentaire que j'approuve à 100%.


Faut-il pour autant, baisser les bras et attendre ?


Pas plus tard qu'hier, j'ai répondu ceci à un ami :


J'ai mis les pieds dans le plat, pourtant certains sont mes amis... raison de plus !
Je suis cette route avec eux, je sais qu'elle sera longue et semée d'embûches.
Parfois nous nous tromperons de chemin, mais le devoir de celui qui s'en aperçoit, c'est de le signaler à ses compagnons de route...
Aurais-je la patience d'aller jusqu'au bout ?



sylvie-anne 07/10/2010 12:50



Tu n'as vraiment rien de plus gai à nous proposer Taram ? la sinistrose te guette mon ami . Parles nous plutôt de ta roulotte la Pichounette à Arue, ou de ton beau jardin cote Est, mais de grâce,
lâches leur la grappe aux pantins ! Ne te rends pas malade à cause de ces crétins sans intérêt.


Parles nous littérature polynésienne, toi qui en a des rayons complets.


Amitiés