LES DEPOTOIRS DE LA FRANCE

Publié le par N.L. Taram

La nouvelle loi nucléaire de Tuheiava

     

LES NOUVELLES du 15/11/2010 - Fenua - Politique

NUCLÉAIRE. Richard Tuheiava a déposé, mercredi 10 novembre au Sénat, une proposition de loi relative au suivi des conséquences environnementales des essais nucléaires en Polynésie française.

 

Le lien >>>>>>  link  

Le site du journal Les Nouvelles a été supprimé, voici la suite du texte de l'article :

 

Mercredi dernier, Richard Tuheiava, sénateur polynésien apparenté au groupe socialiste, a déposé au Sénat une proposition de loi. “C'est historique et la première en ce sens”, déclare l'ancien avocat. La proposition est relative au suivi des conséquences environnementales des essais nucléaires français en Polynésie française. Il porte sur deux points essentiels. Premièrement, le sénateur souhaite la rétrocession des atolls de Moruroa et de Fangataufa dans le domaine public de la Polynésie française. “C'est fondamental. Cela devait être fait dans le cadre de la loi Morin et c'est une omission. La loi Morin ne s'occupe que des personnes et ne traite absolument pas des conséquences environnementales. Outre cela, d'un point de vue sociologique, en Polynésie française on ne distingue pas l'être humain de son écosystème, de son milieu naturel. Il est important que ces terres nous reviennent. C'est un symbole notamment au plan de la réappropriation culturelle et traditionnelle des sites, propice à une résilience au plan social”, a expliqué Richard Tuheiava.
 
 
Prévention des risques. Enfin, la proposition comporte également un volet sécurité et prévention. Cela permettrait notamment de mettre en place un dispositif de prévention des risques pour les populations environnantes comme les atolls de Tureia, Vanavana, Hao, Rikitea plus généralement des Tuamotu Gambier. Richard Tuheiava souhaite prévoir un dispositif de surveillance en concertation avec les autorités de la Polynésie française. Une surveillance radiologique et géo mécanique. “Actuellement, le système de surveillance radiologique et géo-mécanique se fait exclusivement avec Paris. Il n'y a pas de regard du Pays. Et nous, nous souhaitons prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l'environnement”, a déploré le sénateur. Et de poursuivre : “Je pense réellement que le capital confiance est à revoir. Si l'on devait parler du climat de confiance entre Paris et la Polynésie sur la question nucléaire, je crois que Papeete, la Polynésie…ont été d'une certaine manière trompées. Du moins sur un niveau de dangerosité. Aujourd'hui on a des discours, notamment dans la loi Morin, qui ne tiennent pas compte de la réalité du terrain”.
Le sénateur souhaite que les responsables de la société civile aussi bien que les élus arrivent tous à dépasser les contingences des discours officiels “de mensonges ou de déni” pour travailler à la protection des populations. “Il faut que l'on arrive tous ensemble à créer un cadre législatif qui ne posera plus de problème d'interprétation pour se faire. Il faut vraiment que l'on prenne en compte toutes les problématiques environnementales. C'est urgent. Il faudra donc créer une commission de suivi des essais nucléaires qui sera composée certes des ministres chargés de la Défense, de la Santé et de l'Environnement mais aussi du président du gouvernement de la Polynésie, d'un sénateur polynésien, d'un député et des maires des communes concernées. Cela permettra que l'on prenne en compte toutes les dimensions du problème”, conclut le sénateur.
La priorité pour Richard Tuheiava aujourd'hui est de créer un débat autour de cette problématique. Il consultera dans les semaines à venir toutes les autorités administratives ainsi que les élus polynésiens pour notamment réajuster ou amender la proposition de loi qui vient d'être déposée. L'élu espère que ce texte sera étudié en séance à la mi-2011.
JH.
 

 

Loi Tuheiava La proposition de loi complète en fichier PDF, en fin d'article

 

 

Quand on lit les annexes de L’INVENTAIRE NATIONAL DES DECHETS RADIOACTIFS (mise à jour : décembre 2008), on peut se poser la question suivante : Fait-on une bonne affaire en récupérant ce brulôt ?

LES DEPOTOIRS DE LA FRANCE
LES DEPOTOIRS DE LA FRANCE
LES DEPOTOIRS DE LA FRANCE
LES DEPOTOIRS DE LA FRANCE
LES DEPOTOIRS DE LA FRANCE
LES DEPOTOIRS DE LA FRANCE
LES DEPOTOIRS DE LA FRANCE
LES DEPOTOIRS DE LA FRANCE
LES DEPOTOIRS DE LA FRANCE
 Pour lire ces pages de façon plus lisible, cliquez sur le lien suivant :
 
 
Pages 334 à 338 et plus de détails dans les pages suivantes...

Pour visionner ce fichier PDF plein écran, cliquez sur les liens suivant >>   Proposition de loi nucléaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Didier MOREAUX 12/06/2017 18:12

Je déterre ce post , et je pense qu' il ne faut pas exagérer non plus , il fallait établir notre dissuasion nucléaire et il fallait bien le faire quelque part , ces attolls perdus et inhabités étaient bien choisi , ça ne génait personne à l' époque , Mais bien sûr comme tout bon français , quand il faut choisir un endroit , que ce soit pour une décharge publique , un centre de stockage de déchets , une usine dangereuse , on crie , pas chez moi , chez l' autre , c' est bien .
Il en est de même pour l' électricité , on sait que 80 % de l' électricité Française est d' origine nucléaire et une grande majorité de gens disent qu'il faut arrêter cela , mais quand on leur demande de faire une liste des appareils électriques qu'ils possèdent et d 'en jeter la moitié , ça ne marche plus , tu penses , plus de chauffe eau , plus de chauffage électrique , plus de cuisson sur la plaque , , plus de télé , plus de smartphone , plus de manette de jeu , plus d' ordinateur , Alors , avant de jeter tout en l' air , soyons justes et logiques .

N.L. Taram 12/06/2017 21:48

C'était une loi qui avait été déposée par notre sénateur Richard Tuheiava, indépendantiste que j'avais surnommé "sénateur-menteur". Cette loi avait finalement été votée par le sénat et je n'avais qu'une crainte : c'est qu'elle soit approuvée par l'assemblée. Heureusement, les élections législatives étant proches, elle n'a pu être votée. Le sénateur se rendant compte de l'erreur (la rétrocession des sites) a laissé tomber son projet après les élections.

SAINT ETIENNE Claude 19/11/2010 09:57



Christian, on a tous à apprendre, c'est donc aussi utile que nécessaire. Et puis, toute chose possède de multiples facettes il est bon de les connaîtrent pour en amener la discution faute d'être
dans l'erreur.



Christian Penilla y Perella 18/11/2010 21:05



Saint Etienne Claude


 


Ta remarque est pertinante . Ces atolls sont contaminés pour pas seulement des milliers d'années mais de millions d'années .


Il ne faut pas oublier aussi que ces atolls font partie des garde a manger de la Polynésie et qu'ils sont perdus à jamais . Quand à dire qu'ils n'appartenaient à personne il faut être d'une
mentalité colionaliste comme certains responsables de l'Etat français pous se permettre des positions pareilles . C'est ce qui s'est passé pour mettre la main sur ces atolls .La rhétorique de
l'Etat français , c'est qu'ils étaient déserts et n'appartenaient à personne . Sauf que régulièrement on y faisait du coprah .


Il ne faut pas oublier que la terre était le pivot de la vie des polynésien , en premier pour les généalogies  . Le symbole d'enterrer le placenta était et est toujours un acte fort de notre
lien avec le " fenua " , notre terre . Mot " fenua " galvaudé à notre époque . Mot employé n'importe comment .


Chez les polynésiens la terre appartenait au clan , à tout le monde . malheureusement cela a bien changé et pose aujourd'hui beaucoup de problèmes dans la société polynésienne . Ce n'est plus
compatible avec le modèle européen qui se met en place depuis plusieurs décennies .


Claude , je profite de ce blog pour mieux te faire connaître mon pays .


 



SAINT ETIENNE Claude 18/11/2010 13:41



Est-ce vraiment une nécéssité que de vouloir récupérer des bouts d'atolls qui ne servent et ne serviront à rien, et ce jamais. De plus contaminés et menacés d'écroulement. Quand ce raz de marée
arrivera, qui sera le responsable?    Le propriétaire pour sur, qui paiera pour les dégats occasionnés (raz de marée, pollution irradiante engendrée par les gaz des explosions
jusqu'alors confinés et qui inévitablement seront libérés et remonteront en surface tels de nouveaux essais.



N.L. Taram 18/11/2010 19:37



Bonjour Claude,


En effet, on peut se poser la question malgré toutes les réserves qu'il a ajouté dans son projet de loi.


Si cela était possible, je demanderai à la France de faire prendre en remorque ces deux îles pour les ramener dans la baie des Anges (histoire de faire plaisir au maire de Nice  )