NOMADISME POLITIQUE

Publié le par N.L. Taram

« Le nomadisme est un mode de vie fondé sur le déplacement… »

 

Le nomadisme politique est moralement condamnable, puisqu'il consiste à trahir ceux-là mêmes qui ont contribué à votre succès et à déserter votre groupe, le plus souvent à la veille d'une échéance importante, le plaçant ainsi dans une situation très difficile.

Mais ce n’est pas la Polynésie qui a l'exclusivité du retournement de veste. C'est plutôt l'Afrique postcoloniale qui semble avoir été longtemps (et encore aujourd'hui) le berceau puis, en quelque sorte, la pépinière du nomadisme politique qui y fleurit sur l'humus d'innombrables partis, grâce à une classe politique qui compte une pléthore de juristes sachant particulièrement bien surfer sur la vague mouvante de la légalité.

Votez TartarinLes "grandes démocraties" n’ont pas échappé au nomadisme politique et encore tout récemment, dans la dernière décennie:

- Au Canada, en 2006, le député David Emerson, élu sous la bannière du Parti Libéral, a fait défection le lendemain du scrutin et a rejoint le Parti Conservateur.

- En France, 22 députés sur 29 ont quitté le Modem de François Bayrou pour s’allier à l’UMP.

Trahison, parjure et forfaiture sont des mots démodés et l'opportunisme prime la fidélité.

 

----------o----------

 

Dans son dernier communiqué « La circonscription unique au Sénat », le TAVINI HUIRAATIRA écrit « … ce qui limite le vagabondage et l’instabilité » en parlant des modifications apportés au « PROJET DE LOI ORGANIQUE relatif au fonctionnement des institutions de la Polynésie française ».

 

En fait, ce vagabondage (ou nomadisme, ou girouette) n’est pas le fait de ceux que la presse désigne fréquemment, c'est-à-dire les élus des circonscriptions éloignées (Marq, Aust, TO, TG), mais des représentants élus sur une liste qui, ensuite, changent de groupe (en particulier aux IDV et ISLV).

Le fait d’avoir une liste unique (pour une circonscription unique) est un réel progrès, toutefois il n’empêchera pas le vagabondage des « girouettes ».

 

Par exemple, les élus actuels de l’assemblée (élections de 2008),

Circonscriptions-PF.JPG 

- Sont souvent traités de girouettes :

*Teina Maraeura…. NON, il est élu sur la liste TE NIU HAU MANAHUNE, il est donc fidèle à ses électeurs (ou l’inverse !)

*Léonie Mataoa….  Idem

*Benoit Kautai… NON, il est élu sur la liste TE HENUA ENATA A TU, il est donc fidèle à ses électeurs

*Joëlle Frébault… Idem

 

- Sont des girouettes :

*Liliane Mariteragi-Mairoto, élue sur la liste TTA-TG, passée au groupe TMMM

*Eléonor Parker, élue sur la liste TTA-IDV, passée au groupe TMMM

*Minarii Galenon, élue sur la liste TAHO-IDV, passée en NI

*Sandra Manutahi Levy-Agami, élue sur la liste TTA-IDV, passée en NI

*Philip Schyle, élu sur la liste TTA-IDV, passé en NI

*Hirohiti Tefaarere, élu sur la liste TTA-IDV, passé au groupe UPLD

*Clarenzt Vernaudon,  idem

*Heifara Izal, élue sur la liste TTA-IDV, passée au groupe TAHO

*Emma Algan, élue sur la liste TTA-IDV, passée au groupe IOTF

*Jean-Christophe Bouissou,  idem

*Teikinui Porlier, idem

*Maina Sage, idem

*Béatrice Vernaudon, idem

*Armelle Merceron, élue sur la liste TAHO, passée au group IOTF

 

Je reste réservé sur le cas suivant : je pense que c’est un coup médiatique et qu’elle rejoindra l’UPLD prochainement de façon à être plus efficace pour ses propositions :

*Sabrina Birk, élue sur la liste UPLD-IDV, passée en NI.

 

Alors, questions :

- Qui sont les girouettes ? 

Ceux qui ont été élus sur une grande liste (TTA, TAHO, UPLD)

- La liste unique pourra-t-elle limiter le nomadisme ?

J’en doute…

- Pourrait-on empêcher les élus de changer de camp ?

NON, car contraire à la liberté individuelle et de toute façon inapplicable

- Quelle solution ?

Une forte majorité sans tomber dans la dérive du « parti unique ».

 

Enfin, je rappelle que, si le système électoral peut favoriser l’instabilité politique, celle-ci est dûe principalement à une crise économique du pays en question.

http://tehoanotenunaa.over-blog.com/article-stabilite-politique-71897182.html

 

Qu’en pensez-vous ?

 

Abréviations :

AP……… Assemblée de Polynésie

IDV……. Circonscription des Îles-du-vent

ISLV…… Circonscription des Îles-sous-le-vent

MARQ… Circonscription des Marquises

TO……... Circonscription des Tuamotu de l’Ouest

TG….….. Circonscription des Tuamotu de l’est et Gambier

AUST….. Circonscription des Australes

TTA……. Groupe To Tatou Ai’a

TAHO….  Groupe Tahoeraa Huiraatira

UPLD….   Groupe Union Pour La Démocratie

TMMM… Groupe Te Mana o te Mau Motu

IOTF…… Groupe Ia Ora Te Fenua

NI….…… Non Inscrit

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

N.L. Taram 21/05/2011 23:45



Voici le résultat des territoriales 2008 selon "Cointat"






N.L. Taram 21/05/2011 22:16



Bonjour à tous


Les différentes composantes de l’UPLD se sont réjouies des modifications apportées par le Sénat au
projet de loi organique. Je pense qu’ils se contentent de peu !


En effet, la liste unique et la circonscription unique sont un progrès, mais:


 


- Ce projet maintient 57 représentants, cela pour justifier 3 représentants dans les sections Marquises,
Australes, Tuamotu ouest, Tuamotu-Gambier.


- Il propose 33% de prime majoritaire pour l’unique raison que cela soit un diviseur de 3 (ou 3 sièges
pour appliquer 33%).


- Il propose 8 sections, nous savons ce que le "charcutage électoral" veut dire : « diviser pour
régner »...


- Je rappelle que remplacer les circonscriptions par des sections ne changera rien au système "féodal"
(ou "parrain") que nous subissons.


- Il propose "Sont éligibles dans une section, tous les électeurs d’une commune de la section et les
citoyens inscrits au rôle des contributions directes", ce qui veut dire qu'un parti politique qui n'a aucun candidat « inscrit » dans une section est éliminé d'office.


- Il maintient le marchandage dans le dos des électeurs entre les deux tours, ainsi que le changement
d'intitulé et l'ordre de présentation des candidats.


- Il propose que les "dix-neuf sièges sont attribués à la liste qui a obtenu le plus grand nombre de
voix". Prenons un exemple : UPLD arrive en tête, il peut donc avoir un élu aux Marquises même s'il n'a obtenu aucune voix dans cette section. Drôle de démocratie ! Ces 19 sièges devraient être
repartis selon le résultat dans chaque section. Encore une magouille....


 


Je n'ai étudié pour le moment que le premier chapitre, c'est assez fastidieux puisqu'il faut se
rapporter fréquemment au texte original. Une lecture rapide de la suite m'a laissé sceptique....


Je vais faire une simulation à partir des résultats de 2008.


 


 



wakrap 21/05/2011 21:37



Bonjour,


Il me semble partager ton avis. La liste unique n'a à peu près rien à voir avec le nomadisme. C'est de l'électoralisme de bas étage que de présenter un lien entre les deux.


 


D'autre part le nomadisme présente deux variantes : par intérêt personnel ou pour défendre des idées;


En gros on change de camp pour avoir un poste de ministre ou toute position intéressante personnellement, ou bien on change de camp pour défendre des idées auxquelles on est fidèle et que l'on
affiche, comme Sabrina.


Ce deuxième nomadisme est essentiel à la morale, si l'on peut en imaginer une, en démocratie.


La circonscription unique, elle, ne sert qu'à accroitre le pouvoir de la majorité sur la minorité. Le reste n'est que fadaises pour gogos et propos faux culs.


On peut être pour, pour de bonnes raisons comme l'instabilité actuelle, mais ce n'est que ça.



N.L. Taram 21/05/2011 21:54



Bonjour Wakrap,


Je suis d'accord avec toi concernant le cas de Sabrina. Toutefois, je pense que dans la mesure où elle reste fidèle aux principales idées de l'UPLD, elle serait beaucoup efficace pour
défendre ses propres idées à l'intérieur du groupe que dans les non-inscrits (voir Philip Schyle par exemple).


Concernant l'instabilité, le système électoral peut la favoriser mais n'en est pas le vecteur essentiel, lire


http://tehoanotenunaa.over-blog.com/article-stabilite-politique-71897182.html



christian Penilla y Perella 20/05/2011 21:03



Taram


 


Le dindon de la farce est toujours l'électeur payeur.


Le salaire de l'élu est toujours assuré quelque soit la chaise choisie. Le reste tient à la moralité de l'élu. Là il y a problème.



N.L. Taram 20/05/2011 12:24



Pour ceux qui n'aurait pas lu le communiqué du TAVINI HUIRAATIRA du 19 mai 2011, le voici :