NOUVEAU STATUT

Publié le par N.L. Taram

Je viens de recevoir le dernier JOPF (Journal Officiel de Polynésie Française) et j’apprends que depuis le 20 février, nous avons un nouveau statut.

Excusez-moi pour l’impression, je n’ai pas pu faire mieux suite à un problème d’imprimante.

Merci Gilles de m’avoir envoyé ce JO…

 

Messager de Tahiti 1

 Messager de Tahiti 2Messager de Tahiti 3

 

Il est intéressant de noter qu’à cette époque les sénateurs ne votaient pas au scrutin secret (voir le dernier alinéa de l’article 8). Il serait peut-être bon d’appliquer la  même méthode chez nous… cela éviterait des surprises et les électeurs lambda sauraient si leurs élus sont de parole.

Quoique :

Le 26 janvier 1852 M. Narcisse Vieillard fut appelé à siéger au Sénat. Le 7 novembre suivant, lors du vote sur le rétablissement de l'empire, il fut le seul sénateur qui vota contre; il prit désormais peu de part aux débats de la Chambre haute, et se retira peu à peu de la scène politique.

 

« 7 novembre 1852 – Le sénat, à l’unanimité moins une voix, celle du républicain Vieillard, vote une sénatus-consulte proposant que le rétablissement de la dignité impériale soit soumis à un plébiscite » (Alain Decaux, André Castelot).

 

Les républicains ont résisté et proposaient même de bannir Louis-Napoléon (futur Napoléon III ou Napoléon le petit) à NUKU-HIVA.

Publié dans Histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SAINT ETIENNE Claude 22/04/2011 10:39



Bonjour Taram, merci pour le:


"les républicains proposaient de bannir Louis-Napoléon à NUKU-HIVA aux Marquises."


J'avais lu bien sur mais je pensais que c'était localement... Donc, dans le contexte je dois comprendre qu'en France on envisageait d'envoyer Baldinguet aux antipodes? De par les faits, on
connaissait donc déjà NUKU-HIVA, assez bien pour que cet endroit vienne clairement à l'esprit. Cerrtainement pas en bien car je suppose que les républicains qui n'aimaient pas particulièrement
cet empereur, outre le fait qu'ils désiraient mettre des kilomètres entre eux et lui, toutefois ne désiraient pas non plus l'envoyer au paradis.



N.L. Taram 22/04/2011 13:04



Bonjour Claude,


J'ai lu cela chez Decaux et Castelot. En fait, ils écrivent : "... de promettre de faire fusiller Louis-Napoléon à Vincennes ou de le bannir à Nouka-Hiva" (j'ai respecté l'orthographe).
Finalement c'est Napoléon III qui déportera les meneurs républicains à Cayenne.


Je te recommande "Histoire de la France et des français" de Decaux et Castelot, 13 volumes, un régal ! édité en 1973.



SAINT ETIENNE Claude 21/04/2011 13:04



Bonjour à tous. Encore une histoire des Jules qui faisaient sieger Saint Louis sous un chêne et affublaient Napoléon III des pires sobriquets. Plus sérieusement, les historiens actuels accordent
un grand crédit aux actions de ce neveu de l'empereur (le grand). Il ne serait pas ce qui s'est et se dit encore, mais plutôt une sorte de stratège du temps. Sa seule erreur ne serait que la
guerre du Mexique. La défaite de Sedan que lui impute Zola dans la débâcle n'est pas de son fait mais bien de celle de ses généraux sans stratégie et fortement gonflés de préséances. Sur un champ
de bataille cela ne pardonne pas. L'empereur était malade "maladie de la pierre" pendant cette bataille et n'est que très peu intervenu.


Beau document, merci et mes excuses à tous pour cette sortie du contexte....



N.L. Taram 21/04/2011 21:03



Bonjour Claude,


Merci Claude pour ces précisions historiques. Bien sur, j'ai publié ce document, d'abord, parce qu'il a paru sur le "Messager de Tahiti", ensuite c'était un nouveau statut (en ce moment nous
discutons de la 4ème modif en 7 ans), ensuite il m'a semblé que les sénateurs ne votaient pas au scrutin secret (c'est une modif que j'avais proposée) et, dernière touche, les républicains
proposaient de bannir Louis-Napoléon à NUKU-HIVA aux Marquises.