NUCLÉAIRE, UN MENSONGE FRANÇAIS

Publié le par N.L. Taram

FlyerNumerique-reduit---CopieNucléaire, un mensonge français
Réflexions sur le désarmement nucléaire

 

Un livre de Paul Quilès,
publié aux Editions Charles Léopold Mayer,

38 rue Saint Sabin- 75011 Paris

http://www.eclm.fr/

96 pages, 10€



Pour commander le livre, envoyer un mail à

diffusion@eclm.fr

 

 

 

Ce livre se veut un appel à la réflexion, au débat et à l’action. Certains trouveront probablement la démarche inutile, voire dangereuse. Pensez donc : mettre en cause « le consensus français » sur l’importance de la dissuasion nucléaire, cette « assurance vie », « garantie ultime de notre sécurité » et de nos « intérêts vitaux » !

 

Je me suis efforcé de montrer que le climat qu’entretient l’utilisation de ces termes est démobilisateur, parce qu’il rend le débat sur ce sujet quasiment impossible, en dehors des cercles d’experts, militaires ou civils. L’invocation permanente du prétendu consensus sur l’intérêt de l’armement nucléaire anesthésie les politiques et les commentateurs, si bien que le caractère vital des enjeux en cause n’apparaît plus.

 

Qui s’interroge pour savoir à quoi sert vraiment cette « arme de non emploi » ? Cette justification d’une arme, présentée comme efficace et même « morale », parce qu’elle ne doit pas servir (le non emploi), fait la terrible impasse du cas où elle serait mise en œuvre. Les conséquences terrifiantes ne sont jamais évoquées, pour la bonne raison que les théoriciens de la dissuasion proclament qu’il faut rester flou sur les cibles et sur les effets d’un bombardement nucléaire.

Parce que je crois connaître le sujet, que j’ai eu l’occasion d’aborder à plusieurs reprises dans mes diverses fonctions politiques et parce que j’ai moi-même évolué dans mon approche, je ne peux me satisfaire de ce qui entoure la question de l’armement nucléaire: des silences, des approximations, des contre vérités, des slogans, des arguments d’autorité….qui constituent ce que j’appelle « un mensonge français ».

 

Je suis heureux de constater que de nombreuses voix et, parmi elles, celles de personnalités internationales éminentes, s’élèvent pour défendre l’idée du désarmement nucléaire. J’ai souhaité présenter brièvement en annexe le cadre d’action des mouvements auxquels elles se rattachent. Leurs prises de position et leurs engagements sont un espoir pour les générations à venir, qui ne peuvent se satisfaire d’un héritage qu’elles contestent, comme l’affirment avec pertinence les trois jeunes étudiants qui ont bien voulu préfacer ce livre.

 

Paul Quilès

 

http://paul.quiles.over-blog.com/article-nucleaire-un-mensonge-fran-ais-102916312-comments.html#anchorComment

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

IMTN 16/04/2012 01:23


Taram, peux-tu préciser ta pensée quand tu écris "Beaucoup ont réfléchi depuis, en particulier dans mon pays" ?

N.L. Taram 16/04/2012 01:57



Ia ora na
IMTN,


Tout d’abord par “mon” pays, je veux dire la Polynésie (même si parfois tu en doutes ).


Parmi tous ceux qui sont devenus anti-CEP depuis une dizaine d’années, 90% étaient favorables à sa présence et à ses activités ; Quelques uns
n’hésitaient même pas de nous insulter, voire nous menacer (nous, les anti de l’époque) : des politiciens qui approuvaient, des entrepreneurs ou commerçants qui ont fait fortune, des
travailleurs qui ont bien vécu grâce au CEP. La plupart de ces derniers sont excusables, avaient-ils le choix quand on a la charge d’une famille nombreuse ? Moi-même, j’ai été salarié du CEP
d'octobre 1966 à février 1970 ; je l’ai quitté avec « pertes et fracas » (surtout pertes) avec femme et enfant, en cours, à charge pour partir en Nelle Calédonie. Je reconnais que
c’est une décision difficile à prendre…



J-P Mousset 15/04/2012 16:41


Mr Quiles n'a sans doute pas été suffisament longtemps ministre de la défense pour modifier ce qu'il dénonce aujourd'hui...


 

N.L. Taram 15/04/2012 17:05



Bonjour J-P. et merci de ta visite,


Mr Paul Quilés, ministre de la défense durant 6 mois, cela parait en effet assez court pour modifier le sens de l'Histoire. En plus, c'était il y a 26 ans... Beaucoup ont réflêchi depuis, en
particulier dans mon pays !