PAUL GAUGUIN (14)

Publié le par N.L. Taram

grand-gauguin-paul 1

Les Guêpes, n° 25, San Francisco, février 1901.

Les Pédants.

-----o-----

grand-gauguin-paulDe l'instruction publique à Tahiti, quelques mots encore - les derniers.

NOUS avons en ce siècle civilisé, progressé etc...

En admettant que cela soit, que vient faire le NOUS en pareil cas écrit orgueilleusement ?

Et on est tenté de dire « Qui cela vous ? » Vous, comme moi, nous ne sommes rien ; quelques études coûteuses, nos humanités une fois terminées, comme la larve devenue papillon, nous apparaissons sur la terre - hommes enfin, vernis, policés des pieds à la tête, causant de tout, hélas de terribles sots pour conclure.

Tout nous vient de l'exception. Dieu seul fait l'homme de génie ; le génie seul fait tourner la terre. Ce qui a fait dire à l'enterrement de Pasteur, à un artiste de valeur : « Combien de temps faudra-t-il à la nature pour refaire un cerveau pareil ? »

Depuis Menés jusqu'à l'ère chrétienne, époque barbare où on ne songeait guère à l'instruction de tout le monde, qu'est devenue l'Egypte ? sinon, dans tout son ensemble, un vaste monument qui fait songer non à des hommes, mais à des géants, à des dieux.

La tour Eiffel serait-elle par hasard un progrès, comparée au temple de Jérusalem ? Mais le vélocipède, l'automobile certes il faut le constater, c'est quelque chose de plus, mais en revanche que de choses en moins, que de secrets perdus dans bien des fabrications. Entre autres, la trempe de l'airain, bien plus dure que nos aciers perfectionnés.Mahana maa

Et en philosophie, Boudha, les philosophes de la Grèce, divin Platon, puis Jésus ; Luther et Calvin sont-ils un progrès ?

Mais NOUS sommes des civilisés hier c'était la flèche et la fronde, aujourd'hui c'est le fusil et le canon. Les hordes barbares se déplaçaient hier à pied et à cheval ; aujourd'hui elles se déplacent en chemin de fer, en navire à vapeur. Qu'y a-t-il donc de changé enfin ? 

Lorsque la société vivra heureuse dans les délices de la paix, jouissant de travaux intellectuels avec la juste répartition du travail et du talent, on pourra dire seulement que c'est une société civilisée.

NOUS sommes les hommes du progrès de la civilisation. Comme les requins en vedette, ils se réveillent le matin en disant « Qui allons-nous manger aujourd'hui ? »

………….. 

Vraiment, ces avocassiers doublés de Don Juan moraliste deviennent d'un pédantisme insupportable et néfaste, et quand ils disent NOUS civilisons, on comprend qu'ils veuillent dire « à nous les pommes de terre, à vous les épluchures. »

…………..

Paul Gauguin

 

«Sous le nom de Patrie, les hommes se déchirent pour des intérêts vils, matériels.»  Paul Gauguin

Publié dans Littérature, Paul Gauguin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christian Penilla y Perella 13/11/2010 06:04



Taram


 


Rien n'a changé sous ce soleil , de Gauguin à nos jours .



N.L. Taram 13/11/2010 06:25



C'est tout a fait cela que je comprends, en lisant bien Gauguin "entre les lignes"...



Christian Penilla y Perella 13/11/2010 05:58



Taram


 


Je connais en ami de trés nombreux élus du territoire et je me rend compte qu'ils se trouvent paralysés par le système . même un génie ne s'en sortiraint pas . Alors comme il n'y a pas de génies
on est mort .


la France avec ce statut de débile a réussi son coup . Mais attention à l'arroseur arrosé .



N.L. Taram 13/11/2010 06:25



J'ai lu le dernier communiqué du Tavini "... ily
a urgence à répondre à l’absurde par l’absurde." Nous avons des chances de gagner car dans le domaine de l'absurde nous sommes forts !



Christian Penilla y Perella 13/11/2010 05:53



Taram


 


Une chose est certaine , l'homme n'est qu'une manifestation de la vie qui aura une durée définie dans le temps , il est appelé à disparaitre comme toutes les diverses manifestations de la vie qui
l'on précédé . Nous serons un jour les dinausauresparmi les dinausores  de l'histoire de la terre .


Une autre sorte de manifestation de la vie nous succèdera pour à son tour disparaitre . Cela a toujours été comme cela sur cette planète terre . 


Une nouvelle vie avec une intelligence similaire à la notre réapparaitra peut être dans le futur , cette vie existe peut être au prés de nous sans que l'on le sache comme ce petit mammifère qui
cotoyait les dinausaures et qui a abouti à l'homme d'aujourd'hui .


Seul l'orgueil de l'homme peut lui faire croire le contraire . Un " égo " qui se prends pour Dieu . Dieu qu'il a conçu pour cacher son incurie à raisonner avec bon sens , sans tricher avec la
réalité et la nature .


L'illusion du pouvoir extrème .


Le drame c'est que l'homme a brulé la bougie par les deux bouts grace ou à cause d'une énergie fossile qui a mis des millions d'années à se former .


Si des hommes devaient survivre ce n'est qu'en retournant vers la nature en en usant sans la sur exploiter . Fini les milliard de pilleurs de la nature , de notre planète terre .


Une épidémie incontrôlable comme dans certains élevages de poulets peut il sauver l'espèce humaine ? Peut être .


 



N.L. Taram 13/11/2010 06:21



Ou peut-être pas ! j'ai commencé mon texte en écrivant "Si les humains ne la détruisent pas avant, " 



N.L. Taram 13/11/2010 05:33




Mon cher Christian,



Au sujet des cons
: Tu as dû t'apercevoir qu'il y avait des pointillés entre le début du texte et le dernier paragraphe. En fait, j'ai fait sauter un passage car je craignais de déplaire à certains de mes "amis"
(tu sais, les pseudos intellectuels ?).



Mais à toi je peux bien l'écrire, donc voici le texte censuré :



« Par qui sont nommés ces gens si fiers de leur majorité ?



Repoussés de toutes parts par la colonie, ils sont nommés par des indigènes qu'ils  déclarent barbares, puisqu'ils réclament pour eux des écoles qui
doivent les civiliser, par des pasteurs indigènes qui ne parlent pas un mot de français et à qui nous, contribuables, sommes obligés de donner des subsides tandis qu'ils annoncent en même temps
des recettes annuelles de 17,500 piastres devant aller en croissant.



Ne sentons pas, dès lors, tout le ridicule d'un gouvernement qui s'appuie sur des éléments aussi contraires au bon sens et qui nous force à payer l'école à ceux qui nous conduisent, afin de les
civiliser ? Un pareil désordre ne peut aboutir qu'à une catastrophe financière et morale, une excitation à la haine de la part de l'indigène vis-à-vis de l'Européen, un encouragement à le
dépouiller, sûr de l'impunité. »



Pour en revenir à notre gouvernement actuel, si les précédents n’étaient pas toujours brillants, avec celui-là on est tombé bien bas….



Christian Penilla y Perella 13/11/2010 03:41



Taram


 


Je dois t'avouer que quand j'ai vu le comptage et le comparatif avec c'ess petits signe cela m'a fait penser à ces cimetières où l'on voie ces croix bien alignées partir vers l'horizon .


C'est fort déprimant de voir que la gent qui se dit civilisée n'a pas évolué depuis l'âge des cavernes , ils restent d'énormes brutes sauvages dés qu'ils ont un gourdin en main .


Les bêtes ne sont pas celles que l'on croit .



N.L. Taram 13/11/2010 03:52



Christian,


Je viens de te répondre à ce sujet sur le blog de Charlie...


Voici le lien de l'article que je cite chez Charlie :


http://tehoanotenunaa.over-blog.com/article-notre-planete-est-sauvee-54133484.html



Christian Penilla y Perella 13/11/2010 03:11



Taram


 


Je te trouve bien pessimiste en ce moment !


Est ce le choix de tes article ?


Je panse que les oiseaux n'ont pas déserté ton jardin , que les abeilles et les papillons n'ont pas abandonné  tes fleurs et que le minou de la maison , celui qui fait miaou , ronronne
toujours à la moindre caresse ?


 


Sûr que tout n'est pas rose sous ce soleil mais doit on laisser sa vie dominée par cette ambiance maussade ?


Je ne crois pas , cela serait trop beau pour les " cons " . On ne peut pas leur faire cette concession .


 


 



N.L. Taram 13/11/2010 03:26



En effet, un peu pessimiste... c'est l'histoire des guerres du XXème siècle qui m'a scié le moral. Pourtant c'est des trucs que l'on sait, qu'on a déjà vu, mais quand on se penche dessus, ça file
le vertige.


Quant à s'occuper des "cons", j'ai laissé tomber... ils sont trop nombreux !



Christian Penilla y Perella 13/11/2010 02:56



Taram


 


Notre " ami " Gauguin avait il ce jour là le vin triste sous un crachin sans fin ? C'est à croire .


 


 


 



N.L. Taram 13/11/2010 03:06



Bonjour Christian,


Toujours ambigu l'"ami" Gauguin... Il faut aussi se resituer en 1901 et se rappeler qu'il était seulement employé au journal Les Guêpes. Ses autres écrits sont plus sympathiques.