PAUL GAUGUIN (16)

Publié le par N.L. Taram

Les Guêpes, n° 15, 12 avril 1900.

 

TERRE DÉLICIEUSE

-----o-----

 

Délice relevé de je ne sais quelle horreur sacrée que je devine vers l'immémorial Autrefois, odeur de joie que je respire dans le présent ; et cette joie et cette horreur condensées dans les ténèbres parfumées et profondes de la forêt où les sèves perpétuelles célèbrent, loin de tous regards une tête énorme de luxuriance ; et cette horreur et cette joie incarnées dans l'Eve puissante fille dorée de ce Soleil et de ce Sol, qui mêle les parfums du Santal et de toutes les fleurs à ceux de sa fière animalité.

Adam et EveLa vie quotidienne, en attitudes pittoresques et gaies dans la beauté de leur nécessité, varie sur ce thème de charme inquiet.

La vie s'éveille, au matin, dans la belle humeur de la Terre et du Soleil, comme elle s'était endormie, en riant. Le Plaisir est la seule affaire, et le travail lui même se fait plaisir ; d'exercer sa force, de montrer son adresse, d'obliger un ami. La Sagesse aussi doit être un jeu, jeu de vieillards, aux veillées et la fantaisie sans doute aussi d'avoir peur, de rien, jeu de femmes.

Près de la case en bois de bourao la forêt commence, la fraîcheur et des hommes et des femmes, Tane, Vahine sont là, groupés épars, affairés, reposant déjà, buvant, bavardant, et le rire voltige. L'heure de la sieste a passé, l'heure longue de morne incendie où la vie vaincue déserte l'île enchantée. Avec le crépuscule qui tombe, de partout sourd une agitation d'immense volière dans les demi-ténèbres que la lune cisèle. On danse, on chante ; les hommes accroupis au pied des arbres, les femmes dans l'espace libre, comme dévêtues de blanc, et les dernières clartés du jour les poursuivent, se jouant autour d'elles. Ils chantent : elles miment, selon le rythme des chants, au geste de leurs jambes, de leurs bras l'amour qu'elles invitent et qui va venir avec la nuit. ............

......... Avec la nuit lourde pourtant du vol des démons, des mauvais génies, des esprits, des morts, les TUPAPAU qui tout à l'heure se dresseront, les lèvres blêmes et les yeux phosphorescents, près de la couche où les cauchemars ne laissent pas seules les fillettes tôt nubiles.

Paul Gauguin- Manao tupapau

----------o----------

 

Publié dans Littérature, Paul Gauguin

Commenter cet article

Christian Penilla y Perella 03/01/2011 06:08



Les requins auraient dû bouffer ce Honoré Laval , il est ignoble. Le colonialiste dans toute sa splendeur, dans toute son horreur.


Comme l'a répliqué JC.M , un de mes cousins germain il n'y a pas si long temps: C'est bien dommage qu'un de mes ancètres n'est pas bouffé ton ancètre.


 


Qand à Paul Gauguin cela ressemble à un film où on se demande comment les gens vivent sans jamais travailler.


C"est extraordinaire comme l'homme fabrique des mondes comme ils rèvent. Cela explique pourquoi en 1934 quand ma mère a découvert la France le peu de gens qui avaient entendu parler de
Tahiti pensaient que l'on y vivait d'amour et d'eau fraiche. Ils étaient étonnés qu'il fallait travailler aux champs et faire la pèche comme en Europe. Que la terre y était aussi basse que en
France.



N.L. Taram 03/01/2011 09:46



Christian,


Alors là, non, je ne suis pas d'accord !


Les requins n'ont pas mérité ça....


Et au sujet du travail : "Choisissez un métier que vous aimez et vous n'aurez plus à travailler un
seul jour de votre vie" (Confucius)