PAUL GAUGUIN (19)

Publié le par N.L. Taram

NOA NOA – Pêche aux thons

 

Eiaha-ohipa.JPG…………..

Pendant qu'on mettait tout en ordre, je demandais à un jeune garçon pourquoi tous ces rires et paroles échangées à l'oreille au moment où mes deux thons s'amenaient dans la pirogue. Il refusa de m'expliquer, mais j'insistai connaissant le peu de résistance du Maori, sa faiblesse quand énergiquement on le presse. Il me raconta alors que le poisson pris par l'hameçon à la mâchoire du dessous signifie infidélité de votre vahiné pendant votre absence à la pêche. Je souris, incrédule. Et nous revînmes.

 

……………...

Mille questions. Les incidents de la pêche. Vint l'heure du coucher. Une question me dévorait. A quoi bon? Enfin je la fis :

- Tu as été bien sage?

-Eha...

- Et ton amant d'aujourd'hui était-il bien?

- Aita... Je n'ai pas eu d'amant.

- Tu mens. Le poisson a parlé.

Sa figure prit un aspect qui m'était inconnu. Son front indiquait une prière. Malgré moi je la suivis dans sa foi. Il y a des moments où les avertissements d'en haut sont utiles.

Contraste entre la foi religieuse, superstitieuse de la race et le scepticisme de notre civilisation.

Doucement elle ferma la porte et fit à haute voix sa prière. "Gardez-moi des enchantements de la mauvaise conduite." Ce soir-là je priai presque.

Sa prière finie elle s'approcha de moi résignée et me dit, avec les larmes aux yeux :

- Il faut me battre, beaucoup me frapper.

 

gauguin79

 

Et devant ce visage résigné, ce corps merveilleux, j'eus le souvenir d'une parfaite idole. Que mes mains soient à jamais maudites si elles flagellaient un chef d'œuvre de la création. Ainsi, nue, elle semblait recouverte du vêtement de pureté jaune orangé, le manteau jaune de Bhiksu. Belle fleur dorée dont le noa noa tahitien embaumait, et que j'adorais comme artiste et comme homme.

- Frappe, te dis-je, sinon tu seras longtemps courroucé et tu seras malade.

Je l'embrassai et mes yeux disaient ces paroles de Bouddha :

 

C'est par la douceur qu'il faut vaincre la colère; par le bien qu'il faut vaincre le mal, par la vérité le mensonge.

Hutte--arbres.JPG 

 

Ce fut une nuit tropicale. Le matin arriva, radieux.

Belle-maman nous apporta quelques cocos frais.

Du regard elle interrogeait Tehamana. Elle savait.

Finement, elle me dit :

- Tu as péché hier. Tout s'est bien passé?

Je lui répondis :

- J'espère bientôt recommencer.

…………

 

Paul Gauguin

Publié dans Littérature, Paul Gauguin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christian Penilla y Perella 24/07/2011 21:10



Taram et Saint Etienne Claude.


 


En fin de compte, Paul Gauguin était un épidermique.


 Je m'explique: Il était ultrasensible, la sensibilité à l'état brut. Ce qui explique ses réaction qui pouvaient être extrèmes.


Cela permets de comprendre ses réaction vis à vis d'une socièté pleine d'hypocrisie, de non dits et basée sur la manitulation. Cela explique ses combats justes ou injustes. Il était
entier dans ses réactions et sa détermination.


Il était en fin de compte, comme tout le monde, plus ou moins manipulé par un système. Il est impossible d'échapper complètement au système sauf en vivant seul sur une île déserte coupé
du monde. Encore faut il être capable de s'adapter à cet  isolement étant déja marqué par son histoire antérieure personnelle.


 



N.L. Taram 24/07/2011 21:37



Bonjour Christian,


Gauguin était "vrai", comme Céline et tant d'autres. Seulement voilà, c'est pas très bien vu dans notre société judéo-chrétienne. J'en fait l'expérience assez souvent... 



SAINT ETIENNE Claude 22/07/2011 15:02



Quant à lui seul, le cheminement de l'aveu vaut lui aussi son pesant d'or. Si la narration se trouve être le reflet de ce qui s'est réellement passé dans ce faré cette nuit là... Oui Gauguin est
un être emprunt de compassion, de plus, capable du pardon



christian Penilla y Perella 22/07/2011 11:17



Taram


 


Par ce texte je découvre un Paul Gauguin que je ne connaissait pas.


Comme j'ai déja dit sur ce blog, les génies sont capable du meilleur comme du pire. Que vive le meilleur.



N.L. Taram 22/07/2011 11:59



Bonsoir Christian,


Je le découvre pratiquement en même temps que toi. Je connaissais bien sur son immense talent de peintre, j'ai découvert relativement récemment son talent d'écrivain et maintenant je découvre un
humaniste très sensible. Etonnant de la part d'un homme dont certains écrits étaient violents, sarcastiques, moqueurs, voire injurieux et ensuite lire des phrases comme "C'est par la douceur
qu'il faut vaincre la colère.....", on dirait du Gandhi !!!