PAUL GAUGUIN (2)

Publié le par N.L. Taram

Sourire 1

Sourire 18 1

Supplément

Certes le père Viennot est un bon petit garçon sage comme une image d’Epinal, mais ce qu’il est entêté quand il a une marotte dans le céphale, ce qu’il vous rase avec ! C’est rien que de le dire… Et il en a un tas de choses qu’il ne voudrait pas : c’est l’accordéon qui est la cause d’une sorte de danse où le ventre il fait des ronds que le nombril il rentre en dedans du dos. Il voudrait pas aussi que le pauvre monde il se désaltère ; il voudrait pas que les propriétaires aient des fenêtres donnant sur la rivière, parce qu’alors ils pourraient voir les pensionnats de jeunes filles se baigner sans autre costume qu’une moustiquaire : ce qui constituerait un shoking. Il voudrait pas non plus que le jour des Rois, le haricot de la galette puisse être partagé entre souverain et souveraine ce qui finit toujours mal… par un mariage morganatique. Or tout le monde sait que dans le mariage on n’admet pas les gauchers.

C’est que le père Viennot qui est comme on sait sage comme une image d’Epinal, il s’ennuyait de prêcher dans le Temple toujours la même rengaine ce qui endormait la plupart et aurait pu le faire passer pour un Clameutes dans le Désert ; Alorss… il s’est lancé dans la politique sans changer de costume, la belle redingote et le gilet blanc qui l’ont fait passer près des dames pour un homme chic. Dès le début on s’aperçut qu’on avait à faire à un homme d’attaque qui avait son plan comme le général Trochu.

C’est égal, ce qu’il vient de passer la jambe au Roi du commerce de boissons avec la fameuse commission qui va détruire tous les alcools de France et de Navarre. « Dans le sixième dessous le Conseiller Alcool battu par le Conseiller Tempérance », ça fait rien puisqu’il y a compensation et que le conseiller Alcool grâce au capitaux de l’Empereur et au crédit immense que désormais les maisons de Bordeaux y compris la mère Moreau vont lui accorder, va passer de 100ème ordre en sous ordre de la maison Gaspard.

Aussi il fallait le voir se trémousser chez les électeurs  « c’est moi, disait-il, qui suis l’auteur de ce fameux discours qui étonna le monde entier -  Et 3000 voix devaient couronner de succès sa vantardise et la combinaison Impériale – Mais il est une fois dit que l’homme est un animal qui raisonne et les 3000 voix ont viré de bord. C’est pas tout de se gonfler, mais il y a des grenouilles qui en meurent.

Et à propos de tout cela venez chers lecteurs, ici, tout près de moi que je vous dise à l’oreille, tout bas, si bas qu’il n’y a pas plus bas – un Secret. Il paraît comme ça qu’il a dit, Lui, pas le petit, que j’étais un misérable, un de ceux dont Hugo Victor a fait le portrait, et que je le paierai - Tout beau tout beau, un homme averti en vaut quatre qui ne veulent pas se battre ; et puis je suis devenu méfiant depuis le jour où j’ai failli être écrasé par un bœuf gras. Je sais bien que les taureaux ne mettent pas longtemps à couper en 8 un lion du désert (clameutes si l’on veut) mais quand les taureaux ont passé par les ciseaux de Madame Dalila, il n’y a plus rien à craindre et ils ne sont bons qu’à être mangés. Maintenant mettez le sceau sur ce que je viens de vous dire et allez en chœur vous amuser au bal mensuel que donnera peut-être un jour notre Gouverneur quand les figures du cotillon seront arrivées, à moins qu’il ne lui vienne l’idée de reprendre le paquebot pour aller les décommander. Ah ! J’oubliais de vous dire que si vous trouviez encore une institution à démolir il faudrait aller immédiatement en prévenir les autorités afin qu’on mette le grappin dessus.

Autre chose, vous ne saviez peut-être pas que pour raison de santé il était défendu d’élever des cochons dans la ville de Papeete. Au jardin du service administratif c’est la même chose puisque c’est un jardin d’acclimatation, et que les cochons fournissent le vaccin de la peste bubonique.

Paul Gauguin 6.doc

Il y a tout de même des chevaux qui ne comprennent pas l’importance de leur maître, ainsi le cheval du Substitut monsieur Méniel (heureusement de retour parmi nous) se promenait librement sur le beau gazon attenant le jardin du Gouvernement, et, on n’a pas idée de ça, il y a un agent qui l’aurait conduit en fourrière. L’agent trop zélé a reçu son suif,  et puis, et puis... C’est tout.

Tit - Oïl

 

Note : je fais ces transcriptions des écrits de Paul Gauguin d’après de mauvaises photos de manuscrits. Certains mots sont illisibles (en rouge dans le texte), si vous trouvez des erreurs, je vous serais reconnaissant de bien vouloir me les signaler.

Publié dans Littérature, Paul Gauguin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christian Penilla y Perella 21/06/2010 21:55



Taram


 


      Et si " beau ", " beau " n'était que " bang " , "bang " , la détonnation des deux pistolets des deux entagonistes qui se battraient au duel .


     C'était courant à l'époque pour " laver son honneur " de se battre au duel . mon grand père maternel a à l'époque réglé certains problèmes d'honneur au pistolet .


. Pour quoi  " un homme averti en vaut quatre " ?


Chacun des adversaires avertis en valant deux les deux font automatiquement quatre  ( Expression : Un homme averti en vaut deux )


..................................................................................................................


 


Cela me rappelle l'histoire d'un pont infranchissable .


  C'était le pont avec l'avertissement : Danger , le pont ne supporte qu'une personne à la fois .


      Un homme averti en vaut deux .


 


 



christian Penilla y Perella 21/06/2010 20:48



Taram


 


Enigme non résolue . ( si la mot BEAU est celui écrit par Gauguin )


Tout BEAU ,tout BEAU, un homme averti en vaut quatre  ( pourquoi pas deux ? ) qui ne veulent pas se battre .


      A l'époque les règlements de compte au duel étaient courants . Le mot HONNEUR avait un sens . Mon grand père maternel en faisait usage pour sauver son honneur ( au
pistolet ) .


"Tout beau , tout beau " par hazard est ce pas  une expression ? Que pourrait elle évoquer ?


   Je donne ma langue au chat !



christian Penilla y Perella 21/06/2010 09:50



Taram


EUREKA  ! ! !  j'ai fini par trouver .


Dans le dictionnaire le LITTRE  (pronc. littré ) . Figuré et populaire : Réprimande .


     Exemple : Donner un suif à quequ'un .



christian Penilla y Perella 21/06/2010 08:57



C'est beau les langues . Les langues cela vit .


.....................................................................................................................


       Le texte si dessus de Gauguin traduit l'atmosphère d'une époque . C'est dans la " GUEPE " ( le fameux journal )  qu'il s'est le plus exprimé et déchaîné
.  Malheureusement il faillit mettre le pays à feu et à sang en montant les différentes ethnies les unes contre les autres  . Ma famille maternelle pouvait en parler . Il a
laissé de funestes traces . Dans cet homme il y a eu le meilleur et le pire .Son combat contre l'administration française , certains colons et certains religieux était justifié
. Ne prenons que le meilleur sans toute fois ne pas oublier le pire . C'est l'avis d'un polynésien . Je suis loin d'être le seul de cet avis .     Parlez de Gauguin en
Polynésie et beaucoup de polynésiens s'enflamment encore de nos jours , certaines plaies ne sont pas encore refermées . 



christian Penilla y Perella 21/06/2010 08:36



Bramer : crier , chanter


Clamar , bramar .......le brame du cerf .



Taram 21/06/2010 07:25



Bonjour Christian,


Quand nous étions écoliers et que nous avions fait une bêtise, on disait "il va y avoir du suif !", c'est à dire "on va se faire engueuler !"



sylvie-anne 21/06/2010 06:51



Très bien cette évocation de Gauguin écrivain, ce que peu connaissent.


J'ai lu Noa Noa , comme tu me l'avais conseillé. J'ai adoré. 



christian Penilla y Perella 21/06/2010 06:22



En anglais clamorous : bruyant , tapageur ( clameurs ) . Qui des cousins à copié l'autre ? c'est plutôt des racines latines communes .  



N.L. Taram 21/06/2010 06:44



Je viens de penser à la grotte de la Clamousse qui se trouve près du village de mes ancêtres paternels, Saint Jean de Fos, dans les gorges de l'Hérault. Le nom ancien était "la clamousa" (la
hurleuse). Vérification dans mon dictionnaire français/occitan : crier a plusieurs traductions dont "clamar". Par contre hurler, c'est "bramar"...


Origine latine évidente.



christian Penilla y Perella 21/06/2010 06:03



       Le mot " clameute  "n'est dans aucun de mes dictionnaires ou encyclopédie de Français par contre j'ai découvert que en partant par
 l'anglais on découvrait ce mot français donc  ce serait bien un mot français qui voudrait dire : bruyant , tapageur , turbulent , criard par exemple : le correspondant anglais
serait dans l'usage de cette phrase : noisy chase : chasse bruyante ( clameute égale bruyante ) c'est la traduction de ce mot ( 1 )


        Il est possible que je me plante mais le vieux français utilisait le mot " clam " pour bruyant et pour une convocation en justice encore à l'époque de
Paul Gauguin .


 


   ( 1 ) chasse , dans le sens de chasse au gibier )