PAUL GAUGUIN (5)

Publié le par N.L. Taram

OVIRI Paul Gauguin

OVIRI Ecrits d’un sauvage

Quatrième de couverture

" Je suis un grand artiste et je le sais. C'est parce que je le suis que j'ai tellement enduré de souffrances. Pour poursuivre ma voie, sinon je me considérerai comme un brigand. Ce que je suis du reste pour beaucoup de personnes (...) Ce qui me chagrine le plus c'est moins la misère que les empêchements perpétuels à mon art que je ne puis faire comme je le sens (...) Je sais depuis longtemps ce que je fais et pourquoi je le fais. Mon centre artistique est dans mon cerveau et pas ailleurs et je suis fort parce que je ne suis jamais dérouté par les autres et que je fais ce qui est en moi. "

 

Daniel Hommage a Gauguin

Lettre à Daniel de Monfreid – îles Marquises, Octobre 1902

(...) Quand vous recevrez cette lettre, vous aurez déjà probablement lu, si toutefois le Mercure l'a publié, l'article de contre-critique que j'ai envoyé. Je pense que cela ne vous aura pas déplu, car je me suis efforcé de prouver que les peintres en aucun cas n'ont besoin de l'appui et de l'instruction des hommes de lettres.

Je me suis efforcé aussi de lutter contre tous ces partis s'établissant à chaque époque en dogmes, et qui déroutent non seulement les peintres, mais encore le public d'amateurs. (...) Vous connaissez depuis longtemps ce que j'ai voulu établir : le droit de tout oser : mes capacités (et les difficultés pécuniaires pour vivre étant trop grandes pour une pareille tâche) n'ont pas donné un grand résultat, mais cependant la machine est lancée. Le public ne me doit rien puisque mon œuvre picturale n'est que relativement bonne, mais les peintres qui, aujourd'hui, profitent de cette liberté, me doivent quelque chose.

Il est vrai que beaucoup s'imaginent que cela s’est fait tout seul. D'ailleurs je ne leur demande rien et ma conscience suffit à me récompenser.

Lettre à Daniel de Monfreid – îles Marquises, Février 1903

(...) J'ai reçu une lettre de Fontainas qui me dit que le Mercure n'a pas voulu insérer mon écrit. J'en avais le pressentiment. Tous les mêmes, ils veulent bien critiquer les peintres, mais ils n'aiment pas que les peintres viennent démontrer leur imbécillité. (...)

......................................................

Le Sourire, septembre 1899 (extrait)

Plusieurs sentinelles rangées contre le mur. Au dessus sur la chaux blanche se détache en noir l’inscription : Liberté, Egalité, Fraternité. Liberté, oui. Egalité, pas beaucoup. Fraternité, pas du tout.

Publié dans Littérature, Paul Gauguin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christian Penilla y Perella 12/07/2010 06:36



Taram


 


         A ce régime là dés notre naissance on nous mettra autour de la ceinture un " air bag " et une puce électronique sous la peau comme les chiens et
les chats . Pour " l'air bag "plus de chute dangereuse en grimpant aux arbres , en vèlo , en moto ou en voiture ; Pour  la puce électronique cela permettra de nous pister , on y
trouvera un moyen de supprimer la carte d'identité , cela servira de passeport etc , etc .


        Je n'invente rien des expériences on déja été faites il y a quelques années en Angleterre pour que parents et enseignants pistent les enfants .


        L'anglais qui a proposé ce système c'est déja fait mettre une puce dans le bras .


        Pour l'air bag individuel permanent cela existe déja à titre expérimental je pense depuis deux ans . Tu ressenbles quand cela ce déclanche au robot qui
c'est posé sur mars .


        Pour vivre dans un monde super protégé .



christian Penilla y Perella 11/07/2010 05:52



taram


Au départ : 


  A vouloir trop protéger les gens contre eux même on est pris par une dérive liberticide . Cela va de soi . On ne fait que pondre des règlements et des lois pour nous protéger . Cela fait
partie de l'assistant pervers .


   Cela c'est passé à Tahiti il y a quelques années . Des jeunes militaires français se baignaient à Motu one , piste de Faa'a côté mer . L'un d'eux c'est tué en plongeant , il n'avait
pas vu que l'eau était peu profonde à cet endroit là . Des métropolitains ont sérieusement proposé le plus sérieusement du monde que la bouée de sauvetage soit obligatoire pour se baigner . Ce
qui est triste c'est que ce n'est pas une plaisanterie .


   C'est le chemin le plus insidieux de règlements liberticides .



N.L. Taram 11/07/2010 06:15



Christian,


le marchand de bouée n'est pas de ton avis...



christian Penilla y Perella 10/07/2010 12:11



Taram


 


  Il y a quelques mois un de ses amis métropolitain faisait remarquer à monsieur  O.......T.........Trés connu en Polynésie et pour cause ! ! ! .


Tu vois sur ce fronton il faut lire : Liberté : point . Egalité :point . Fraternité : point . Je ne l'invente pas .  



N.L. Taram 10/07/2010 17:16



Christian,


Pour Liberté, c'est un peu exagéré.... Quoique, si j'en crois les échos qui arrivent jusqu'à moi, il semblerait que le gouvernement français soit de plus en plus liberticide. Mais j'en doute !