PERNETTE DU GUILLET

Publié le par N.L. Taram

De la poésie, présentée par Christian Savel :

Pernette du Guillet (1520-1545)

Elle est membre de «l’école lyonnaise», dont le chef de file est Maurice Scève. L'amour fantasmé (et réciproque), qu'elle nourrit pour lui, a largement inspiré sa poésie. Son style nuancé, peut paraître fade et mièvre si on le compare à celui, réaliste et affirmé, de Louise Labé. On ne connaît peu de chose d'elle. Ses poèmes ont été publiés par son mari sous le titre de «Rymes de gentille et vertueuse dame».

 

Rymes

 

Qui dira ma robe fourrée Girolamo Ferrabosco
De la belle pluie dorée
Qui Daphnés enclose ébranla :
Je ne sais rien moins, que cela.

Qui dira qu'à plusieurs je tends
Pour en avoir mon passetemps,
Prenant mon plaisir çà, et là :
Je ne sais rien moins, que cela.

Qui dira que t'ai révélé
Le feu long temps en moi celé
Pour en toi voir si force il a :
Je ne sais rien moins, que cela.

Qui dira que, d'ardeur commune
Qui les jeunes gens importune,
De toi je veux... et puis holà !
Je ne sais rien moins, que cela.

Mais qui dira que la Vertu,
Dont tu es richement vêtu,
En ton amour m'étincela :
Je ne sais rien mieux, que cela.

Mais qui dira que d'amour sainte
Chastement au coeur suis atteinte,
Qui mon honneur onc ne foula :
Je ne sais rien mieux, que cela.

(Chanson VII)

 

La nuit était pour moi si très-obscure
Que Terre et Ciel elle m'obscurcissait,
Tant qu'à Midi de discerner figure
N'avais pouvoir - qui fort me marrissait :

Mais quand je vis que l'aube apparaissait
En couleurs mille et diverse, et sereine
Je me trouvai de liesse si pleine -
Voyant déjà la clarté à la ronde -
Que commençai louer à voix hautaine
Celui qui fit pour moi ce Jour au Monde.

(Epigrammes I-XXV)

 

(Portrait d'une courtisane, Giralomo Ferrabosco ( ? - 1775), Musée des Offices, Florence, SCALA)

 

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SAINT ETIENNE Claude 19/03/2011 07:44



Après les avions renifleurs au dessus des mers, maintenant les cables sous-marins?


Peut être un nettoyage de l'équipe qui n'a plus d'appuis au pouvoir central, l'ancien ami est en retraite et lui même "entendu".


2011 serait elle une année de justice?


Ne sachant pas mettre de photos sur ton blog je t'expédie par un autre moyen, un article de presse photographié qui ne détonnera pas dans nos échanges



N.L. Taram 19/03/2011 07:55



C'est pas tout à fait cela...


Mais revenons à Pernette, c'est plus agréable.



SAINT ETIENNE Claude 19/03/2011 07:01



Une beauté de quinze ans enfantine



Une beauté de quinze ans enfantine,
Un or frisé de maint crêpe annelet,
Un front de rose, un teint damoiselet,
Un ris qui l’âme aux Astres achemine ;

Une vertu de telle beauté digne,
Un col de neige, une gorge de lait,
Un cœur jà mûr en un sein verdelet,
En Dame humaine une beauté divine ;

Un œil puissant de faire jours les nuits,
Une main douce à forcer les ennuis,
Qui tient ma vie en ses doigts enfermée ;

Avec un chant découpé doucement
Or’ d’un souris, or’ d’un gémissement,
De tels sorciers ma raison fut charmée.
Les Amours de Cassandre (1552)


N.L. Taram 19/03/2011 07:20



Bonjour Claude,


Merci pour ce poème, cela fait du bien dans la noirceur politique actuelle : notre président Tong Sang vient d'être mis en examen dans l'affaire du cable sous-marin internet. Les seuls qui sont
sortis blanchis, c'est les deux leaders indépendantistes, Oscar Temaru et Jacqui Drollet (Il y a 7 mises en examen depuis 3 jours).


Que cherche le pouvoir central ???