PROJET AQUACOLE

Publié le par N.L. Taram

 

Aquaculture : lettre d’intention pour une joint-venture avec des investisseurs chinois

Tahiti News - 29/11/2012

http://tahitinews.co/index.php/aquaculture-lettre-dintention-dune-joint-venture-avec-les-investisseurs-chinois/

 

Tkehau SA

(Tikehau - Photo Sylvie-Anne Gougeon)

 

Voilà enfin un projet réaliste et réalisable dans un domaine où la Polynésie a de nombreux atouts et surtout un projet intéressant pour l'avenir économique du Pays.

 

D'après Tahiti-infos

Forme : Société Anonyme Simplifiée.

Dénomination : SAS Aquacole Tahiti Nui-Jingmin ocean farm.

Capital : 2 milliards francs CFP.

51 % soit 1.020 millions  détenu par le Pays dont 968,2 en apports fonciers et maritimes.

49% soit 980 millions détenu parJingmin investments.

Jusque là, ce projet tient la route.

 

----------o---------- 

 

Enfin, un communiqué duTavini Huiraatira en date du 03/12/2012 qui vient confirmer les informations lues dans la presse :

 
"Visiblement heureux, le président Oscar Temaru a enfin dévoilé à la presse venue en nombre les résultats très encourageants des accords passés avec la société privée chinoise Jingmin Fisheries Investments Management Limited. Il a lu et signé le contrat, suivi par le directeur général de la société M. Chen Chuan Jin, en présence du consul de la République Populaire de Chine M. Wu Dong. Il a répété les chiffres qui paraissent toujours aussi magiques : 150 milliards investis sur 15 ans, 10 000 emplois pour les Polynésiens !

Le capital social est de 2 milliards, la Polynésie française est actionnaire à hauteur de 51%, son apport consiste essentiellement en espaces maritime, terrestres et d’infrastructures existantes. Le conseil d’administration compte 7 administrateurs, 4 locaux et 3 chinois, son président en sera le directeur général et directeur financier.

Dès la première année, l’investissement de 800 millions verra l’acquisition de navires, la mise en place de 4 fermes, l’écloserie, tour à glace, siège social. L’année suivante le nombre de fermes sera doublé et la mise en place des infrastructures se poursuivra telles que la construction d’un centre de formation et de recherche d’une fabrique d’aliments... Toute la production sera exportée, la Jingming Fisheries s’est spécialisée dans une clientèle haut de gamme estimée à 150 millions de Chinois.

Cette société est également un acteur important dans le domaine de l’agriculture ce qui pourrait se traduire par une autre piste de développement. M. Temaru a toujours fait du secteur primaire le symbole du développement du fenua. « Nous n’aurons plus à importer du ma’a » a encore affirmé le président.

Le développement du secteur primaire a toujours été le combat d’Oscar Temaru. En séance à l’assemblée en 1986, le Tavini Huiraatira comptait 2 élus, il avait prononcé un discours pour le développement d’une filière de pêche au thon. Les autonomistes ricanaient et ont coupé le micro pour ne plus l’entendre, mais il n’avait pas cédé et poursuivi son appel, en vain bien sûr. La Polynésie autonomiste s’est réveillée 15 ans trop tard, a encouragé l’implantation d’un constructeur naval pour sa flottille et finalement s’est tournée vers la Chine pour des bateau de mauvaise qualité qui dorment aux quais. On ricane d’entendre M. Fritch affirmer qu’on aurait pu le faire nous mêmes ! Qu’il se rassure, Temaru a bien sûr informé le Président de la République de ses projets chinois du secteur privé, c’est une compétence du pays.
De même, le leader de Porinetia Ora dresse un tableau noir des conséquences de ce partenariat : pillage des ressources marines, destruction des fonds marins par les chalutiers chinois, sauf que le projet porte uniquement sur l’élevage de poissons, crustacés et coquillages et non la pêche et que les fonds marins dans notre océan, 2000 à 3000 mètres minimum, sont à priori hors de portée des chaluts !
Partout où la délégation sino-polynésienne s’est déplacée, les populations locales, Hao, Fakarava, Huahine, ont été informées et ont dit leur vif intérêt pour les projets et leur souhait que tout aille pour le mieux. Retenons que c’est « une véritable filière intégrée, allant de la production à la commercialisation des produits » qui verra le jour et qui permettra ainsi aux jeunes de ces archipels de vivre sur leur atoll et île comme cadre ou technicien. Une chaîne de production et de commercialisation maîtrisée par cette jeunesse qui pourra l’appliquer à d’autres secteurs à développer dans notre pays.

A la question d’un journaliste qui évoque l’hypothèse qu’il pourrait ne plus être président après les prochaines élections, Temaru a répété son crédo : « Mon souci ce sont ceux qui vivent dans la misère, ce ne sont pas les élections. Je me bats pour mon pays, pas pour les élections. Si un autre gouvernement est en place, ce ne sera plus mon affaire. On aura fait ce qu’on avait à faire en très peu de temps, c’est l’histoire qui nous jugera. ».

Car : 3 493

 

J'ai toujours pensé que la Polynésie avait des atouts pour la recherche scientifique Fakahina 9et les expérimentations (en évitant le nucléaire, évidemment).

J'ai déjà la confirmation de certains points du contrat passé avec Jingmin Fisheries Investments Management Limited, par le communiqué du Tavini. Est-il possible d'avoir plus de détails et, même, la copie du contrat ?

 

 Après une lecture de ces premiers éléments, je note quand même deux grosses erreurs au départ (enfin, c'est mon avis) :

  

 - "51% du capital détenu par le Pays", il eut été préférable de trouver des investisseurs privés voire locaux ; ce genre d'affaire doit rester du domaine du privé, nous avons trop de mauvais exemples à ce sujet ; de plus ces investisseurs auraient pu bénéficier d'une défiscalisation beaucoup plus utile que celle des constructions immobilières.

 

 - "... son apport consiste essentiellement en espaces maritimes, terrestres et d'infrastructures existantes", outre le fait que je ne pense pas que l'on puisse vendre des espaces maritimes, je trouve INADMISSIBLE que le pays vende des espaces terrestres, c'est à dire du domaine public ; ces espaces peuvent être loués à la société en question.

 

 Tout cela mérite débat quand nous aurons plus de détails...

 

----------o----------

 

Il est vrai que les essais précédents n'ont pas été concluants :

"... L’aquaculture lagonaire ou à terre devait progressivement répondre à la demande locale. Un projet d’envergure – la ferme aquacole d’Haopa - suscitait beaucoup d’espoir, un investissement de 4,5 milliards de F CFP (37,7 M€) devant assurer 174 emplois de reconversion à Hao (archipel des Tuamotu).

Mais, force est de constater que les résultats en 2007 sont loin d’être ceux qui avaient été annoncés. Le secteur de la pêche est en crise, l’aquaculture végète, et les chances de sortie de crise du secteur hauturier semblent devenir de plus en plus minces."

 

Rappelons le projet Haopa :

" Au départ, il s’agissait d’un projet aquacole comprenant trois volets : une ferme de grossissement de thons, une pêcherie et une ferme d’élevage de poissons de récifs. Le promoteur du projet était une société dénommée HAOPA, réunissant des professionnels français et japonais qui chiffraient les investissements (navires de pêche, cages de grossissement etc..) à 37,7 M €, soit 4,5 milliards de F CFP dont 18 pour la pêcherie, 15 pour la ferme de thons et 4,1 pour la ferme de poissons récifaux. Le projet s’inscrivait dans les objectifs économiques de la Polynésie française, et celle-ci se proposait de mettre à disposition de la société des terrains qui venaient de lui être transférés par le ministère de la Défense. Un arrêté du 26 décembre 2002 a autorisé la réalisation de cet investissement qui devait permettre de créer 174 emplois en Polynésie française. Depuis, des autorisations d’engagement ont été régulièrement votées par tous les gouvernements successifs."

(Extrait du rapport de la Chambre Territoriale des Comptes du 30 juin 2008)

Publié dans Economie PF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Loic le breton 01/02/2013 04:14


bonjour,


as tu vu sur tahiti-infos?


on y parle d'un petit dossier qui parait dans le nouvel obs,sur la guerre du pacifique.


on parle aussi de redeploiement de l'armee en polynesie

N.L. Taram 01/02/2013 05:29



Bonjour Loïc,


Oui, j'ai vu l'article de tahiti-infos et le lien sur le nouvelobs, mais je reste très prudent avec les élucubrations des journaux parisiens. Que n'écriraient-ils pas pour vendre du papier ?


Au sujet de projet aquacole, on m'a gentiment demandé de patienter, des explications plus précises sur ce joint-venture devraient être publiées prochainement. Wait and see...



loïc le breton 26/01/2013 04:54


oui bien sur tu peux publier mon article 

Loïc le breton 26/01/2013 04:21


Bonjour,


ayant lu votre article, étant pêcheur en Bretagne j'ai envie de réagir, non pas pour sortir ma
science ni influencer qui que ce soit, mais juste pour prévenir de ce qui est possible.


Le chalut de fond ne peut effectivement pas se pratiquer en Polynésie pour la simple et bonne
raison qu'il faut mettre a l'eau 2,5 a 3 fois plus de câble que de fond, et que chercher des poissons a 3000 mètres j'ai quelques doutes sur la rentabilité de l'affaire :)


Par contre le chalut pélagique serait de circonstance, comme il est pratiqué sur la pêche aux
thons germons sur la façade atlantique de la France dans des ports comme le Croisic ou Lorient.


Ce chalut est trainé le plus souvent par deux bateaux pour trainer un filet plus grand.


J'ai travaillé sur un navire de la sorte, et c'est deux cents tonnes de poisson pour 6H de
traine pour un navire de 90 mètres et 60 hommes à bord. De tels navire en Polynésie et thons, requins, dauphins, tortue tout y passe. Imaginez un
chalut trainé par 2 bateaux.


La guerre du thon ne fait que commencer et l'enjeu qui se trame ici n'est pas absolument pas le
développement de la Polynésie mais belle et bien le contrôle total du Pacifique sud et équatorial.


La chine ne respectent les règles nulle part dans le monde ,  pourquoi elle le ferait en Polynésie.


Sa montée en puissance n'est basé que, sur la corruption, la contrefaçon, la pollution et tout
cela sans le moindre respect de la vie humaine.


Bien qu'il n'est pas eu de noyés, la Polynésie en a subit l'exemple avec ses thoniers "made in
china".


Sur ce je souhaite bon vent a la Polynésie.

N.L. Taram 26/01/2013 04:50



Bonjour Loïc le breton et merci pour ton commentaire.


Édifiant ! Cela confirme la discussion que je viens d'avoir, il y a pas plus d'une
heure.


Puis-je publier ton commentaire ? J'ai l'intention de remonter mon article en page 1 et
d'ajouter ton texte que je pourrai diffuser localement. Il est temps d'avoir des éléments sérieux car le contrat définitif doit être signé en février avec la société chinoise.



clabaux 09/12/2012 22:26


Bonjour et merci Pierre,


Je l'avais oublié celui-là, tellement que son nom ne me revient pas. En fait il a raté le coche avec les thons : on fait beaucoup mieux avec la perle pour se faire payer grassement des
conseils connus de tout un chacun ...


Comme quoi la Polynésie a encore de quoi satisfaire les aiglefins (bon, d'accord, ce n'est pas du thon ) et les aigrefins !


 

N.L. Taram 09/12/2012 23:11



Pourtant son ex-épouse savait faire cracher les financiers...



clabaux 09/12/2012 18:04


J'ai pu ouvrir et j'ai bien lu.


Toute la partie concernant la pêche traditionnelle résume bien les causes de l'échec en oubliant un peu le facteur humain : pas facile de trouver ici des gens volontaires pour
s'absenter de longs moments comme dans quelques (rares) régions de France.


Pour l'"élevage" qui se voit particulièrement réduit, si je comprends bien, c'est un bête problème de provenance des fonds non élucidé qui stoppe le projet. Plutôt fort de plancton de
la part des promoteurs.


Bon j'ai lu rapidement ...

N.L. Taram 09/12/2012 18:16



Bonjour Jacques,


Concernant l'élevage des thons, le spécialiste qui a séjourné en Polynésie (avec la paye en conséquanse) était pourtant un "vrai" spécialiste, maire de Sarlat qui, comme tout le monde le sait, a
pour spécialité l'élevage des.... oies et des canards.



Etetera 09/12/2012 16:33


Pour avoir plus de détails, j'ai interpellé Sabrina sur FB et Moetai (Fanotia pour ceux qui ont l'habitude de converser avec lui) a apporté plusieurs réponses qui t'intéresseront. Es-tu sur FB ou
veux-tu que je t'en fasse copie pour te les envoyer sur ton adresse électronique ?

N.L. Taram 09/12/2012 18:10



Bonjour Etetera et merci pour ta démarche. Tu peux m'envoyer ces renseignements sur mon adresse email habituelle. Après lecture je pourrais publier cela et, éventuellement, rectifier mes avis sur
ce sujet.



clabaux 06/12/2012 03:48


Bonjour,


Un projet intéressant mais bien nébuleux. Voilà qui aurait mérité un débat à l'Assemblée ...


Quand j'étais à HAO (quité en 2000 après 3 années de séjour), on commençait à parler d'élevage. Certains rapports de faisabilité que j'ai lus à l'époque semblaient tenir la route, les promoteurs
rencontrés étaient convaincants et je me demandais s'il ne fallait pas prévoir à court terme une modification des options du CETAD ... Et puis, presque immédiatement le
silence ... avant ce retour sur le devant de la scène.


 

N.L. Taram 06/12/2012 04:17



Bonjour Jacques,


au sujet de la ferme aquacole d'Haopa (Hao), je te recommande la lecture du rapport de la CTC, édifiant !! Voici le lien (si tu ne peux pas l'atteindre, je peux t'envoyer ce rapport par
mail)


http://www.ccomptes.fr/fr/Publications/Publications/Collectivite-d-outre-mer-Polynesie-francaise-Peche-et-Aquaculture-Polynesie-francaise



CORRE ALAIN 05/12/2012 05:38


MERCI POUR CE SUJET QUI COMME TU AS PU LE LIRE DANS LA PRESSE INFORMATIQUE A SOULEVE DES DIZAINES DE COMMENTAIRES.


CROIS TU QUE L'ON AURA DES DETAILS PLUTARD?


AFFAIRE A SUIVRE DE TRES PRES


ALAIN

N.L. Taram 05/12/2012 06:02



Bonjour Alain,


Depuis la parution du 1er article sur Tahiti-infos, j'ai demandé, outre la confirmation, des détails à mes amis mieux placés que moi. J'ai obtenu la confirmation de ce projet par le communiqué du
Tavini et depuis, plus rien. J'ai donc décidé de publier mes impressions cet après-midi.


Bien sur, je pense que des projets d'investissement de ce genre sont intéressants pour notre indépendance ÉCONOMIQUE. Mais, là encore, je vois quelques erreurs au démarrage...