REFERENDUM (2)

Publié le par N.L. Taram

(code recherche : DEMREF)

LE REFERENDUM EST-IL DEMOCRATIQUE ?

 

mouton-referendum

Définition : Le référendum est une procédure se réclamant des idéaux démocratiques, par laquelle « le corps des citoyens est appelé à exprimer, par une votation populaire, son avis ou sa volonté à l'égard d'une mesure qu'une autre autorité a prise ou envisage de prendre », et qui ne sera suivie d'effet ou adoptée qu'en cas de réponse positive.

 

Commentaire relevé sur le net :

En % combien de français sont-ils vraiment informés de la chose publique ?
En % combien de français ont-ils une formation politique ?
En % combien de français ont-ils la notion même de jugement ?
En % combien de français ont-ils un QI supérieur à 100 ?
etc etc etc
Eh bien tous les français qui ne répondent pas aux critères ci-dessus cela s'appelle une majorité qui gagne un référendum....Bref nous sommes pas sortie de l'auberge... Et les politiciens ont encore de beaux jours devant eux. Heureusement qu'on ne fait pas de referendum sur n'importe quel sujet!!!

Si ce commentaire est ambigu, il pose toutefois une bonne question : Peut-on faire un référendum sur n’importe quoi ?

 

Voici un autre commentaire :

Le référendum est à utiliser pour tout choix engageant la nation sur un temps assez long. Ou sur une question considérée comme suffisamment importante par le peuple lui-même pour avoir su réaliser une pétition conséquente.

 

Voyons les différents référendums en France depuis 1958 :

 

Référendums 1958 à 2005

 

28 septembre 1958 : Projet de constitution de la Ve république, adoption (82,6% de OUI, 19,35% d’abstention).

Je ne m’étendrais pas sur ce point, cela a donné le meilleur et le pire et, surtout, nous avons risqué le pire. Personnellement, j’avais 17 ans et je collais des affiches NON. Je rappellerai que les colonies françaises n’ont eu qu’un choix, le OUI ou l’indépendance immédiate sans la préparation prévue par l’ONU ; cela a été le cas de la Guinée… et ça s’appelle du chantage !

 

Ajouter le 04/06/2016 :

De plus, cela a été le début du pouvoir présidentiel. Ce pouvoir, limité au départ, c'est agravé au cours des décennies suivantes et, surtout, à partir de 2000. Avec le résultat que l'on constate depuis quelques années.

Il est vrai que faire voter un troupeau de mouton n'est pas évident...

 

8 janvier 1961 : Autodétermination en Algérie, adoption (75% de OUI, 26,24% d’abstention).

La question était claire, toutefois de Gaulle en avait fait un plébiscite et certains partis avaient préconisé le NON pour cette  raison.

 

8 avril 1962 : Approbation des accords d’Evian sur l’indépendance de l’Algérie, adoption (90 ,8% de OUI, 24,6% d’abstention).

Voilà une question claire, OUI ou NON à l’indépendance de l’Algérie conformément à ces accords. Toutefois, seuls les électeurs d’Algérie auraient dû être concernés. De plus, le peuple français aurait pu envisager d’autres possibilités….

 

28 octobre 1962 : Election du président de la république au suffrage universel direct, adoption (62,25% de OUI, 25% d’abstention).

Là encore, de Gaulle en avait fait un plébiscite personnel ce qui fausse le résultat. Quatorze départements du Midi ont voté NON. Le Conseil constitutionnel rejettera l’appel formé par le président du sénat, Gaston Monnerville.

 

referendum-196927 avril 1969 : Référendum sur la réforme régionale et du Sénat, rejet (52,41% de NON, 19,85% d’abstention).

Résultat, démission du Général de Gaulle.

Nous avons l’exemple parfait d’un référendum inutile et faux.

De Gaulle a fait savoir qu’en cas de vote négatif, il quittera l’Elysée. Le résultat ne vient pas du choix des électeurs contre la réforme régionale et du Sénat, mais d’un rejet du président de Gaulle. Il faudra attendre la loi du 5 juillet 1972 créant les conseils régionaux et le 2 mars 1982 par la décentralisation créant les « régions », terme consacré par la loi impulsée par Gaston Deferre.

 

Et nous avons toujours le Sénat qui nous coûte cher et ne sert à rien…

 

23 avril 1972 : Élargissement de la CEE aux Royaume-Uni, Irlande, Danemark et Norvège, adoption (66,7% de OUI, 40% d’abstention).

Ce genre de décision est de la compétence du pouvoir législatif. Celui-ci c’est défaussé sur la population. Avions-nous le choix entre ces quatre pays ou devions-nous les accepter tous ensemble ?

 

6 novembre 1988 : Autodétermination de la Nouvelle-Calédonie, adoption (80% de OUI, 63% d’abstention).

Je pense que seul les électeurs calédoniens auraient dû voter, d’où une abstention record de la part des français.

 

20 septembre 1992 : Ratification du traité de Maastricht, adoption (51,04% de OUI, 30,6% d’abstention).

Là encore, ce genre de décision est de la compétence du pouvoir législatif car ils sont les seuls à pouvoir juger de l’intérêt de ce traité. Les députés sont mandatés par les électeurs pour prendre ce genre de responsabilité. Une fois de plus, ils se défaussent…

 

24 septembre 2000 : Réduction de 7 à 5 ans (quinquennat) de la durée du mandat du président de la République, adoption (73,21% de OUI, 69,8% d’abstention).

Par ce projet de loi, nous assistons à un « petit arrangement entre frères ennemis », Lionel Jospin pour le PS et Jacques Chirac pour l’UMP. Chacun d’eux espère remporter les présidentielles afin de profiter de la « vague » pour asseoir une forte majorité à l’assemblée, ensuite. Ils auraient pu, au moins, mettre les législatives avant les présidentielles.

 

UNE HONTE !!!!! L’abstention record le prouve bien…

 

référendum 2005

29 mai 2005 : Ratification du Traité établissant une Constitution pour l’Europe, rejet (54,67% de NON, 30,63% d’abstention).

Combien d’électeurs parmi les 28.985.293 votants, ont lu (et compris !) la fameuse Constitution ?

 

187 pages, 4 parties, environ 130 articles… 6 articles concernant l’association des pays et territoires d’outre-mer (titre IV, partie III), 1 article unique concernant le protocole sur le régime du franc Communauté financière du Pacifique (article 16, A, partie IV). Etant à la retraite, j’ai pris tout mon temps pour l’étudier et en comprendre…. 50%. J’ai relevé quelques contradictions, par exemple : Pour les PTOM « … les restrictions permettant d’accéder aux activités non salariés sont interdites (pour les ressortissants d’un Etat membre) », en bon français « les accès aux activités non salariés sont autorisés »… mais ce titre IV, article III-287, alinéa e) renvoie aux dispositions du titre III, chapitre I, section 2, sous-section 2 qui précisent ces fameuses restrictions mais sous réserve de l’article III-291 et dans le sens de l’article III-142, deuxième alinéa, quoique la section 4, relative aux capitaux et aux paiements, dise l’inverse ; mais on pourra s’en tenir aux principes visés à l’article III-227, paragraphe 2 et… Vous me suivez ? je sais plus où j’en suis !

Seul bon point de ce référendum, j’ai voté pour la première fois à une élection nationale (présidentielle et référendum), car pour la première fois les français « à part » de Polynésie votaient AVANT de connaître les résultats définitifs. Les fois précédentes c’était juste pour nous amuser…

 

Pouvanaa 1958

 

Je ne m’étendrai pas sur un sujet d’actualité qui fait la une des médias de Tahiti :

Le débat entre le haut-commissariat et les partis politiques au sujet d’un éventuel référendum sur l’éducation. Ce référendum étant proposé suite aux « gamineries » concernant l’affectation des stagiaires fonctionnaires d’état.

 

 

Méfions-nous des référendums, l’Histoire nous montre que la démocratie est très souvent mise à mal et que c’est parfois la porte ouverte à la dictature !

Publié dans Politique, Démocratie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Susie 05/06/2012 10:21


C'est grâce à Sylvie-Anne que je m'incruste sur ton blog...tu est son ami et de ce fait...merçi.  Susie.

Susie 01/06/2012 09:10


TARAM,


Avec beaucoup de délicatesse , je me permets une petite intrusion quand à votre commentaire sur la Suisse....Moi qui suis métisse d'origine "française" , travaillant et vivant à leurs cotés...je
puis vous dire sereinement que le fait d'être consultée par référendum montre à quel point ce pays nous donne une sacrée leçon de démocratie...et chaque jour , l'attention qu'ils m'accordent,
 me fait me sentir bien dans ma peau....pourquoi ? , parceque je leur témoigne ma reconaissance du fait de cette liberté dont beaucoup ne comprenne plus la signification....quand à la
question des Minarets , moi qui pense que les religions sont une forme de dictature (le présent et le passé ) nous le démontre à chaque instant , la Suisse est un pays chrétien ....alors , ma
conclusion est la suivante ,  "n'imposons pas aux autres ce que nous n'admettons pas nous même...quand un pays vous acceuille , RESPECTER LE , première leçon de vie. Cordialement.
 Susie.

N.L. Taram 01/06/2012 10:06



Bonjour Susie et bienvenue sur mon modeste blog.


J'avoue avoir été surpris par ton commentaire, n'ayant écrit ni sur la Suisse, ni sur les minarets. En relisant les commentaires de cet article qui date de septembre 2011, je m'aperçois qu'en
effet un commentaire de Christian Penilla parle de cela... Il ne vient plus sur ce blog, étant fâché avec moi, mais si l'occasion se présente je lui ferais part de ta réponse. Et encore merci
pour ces précisions.



petites gens 12/09/2011 03:53



Ia orana


 


tt le monde


 


Le référendum acte que le peuple détiens le pouvoir souverain, à ce titre, il a toujours raison même et surtout quand il a tort. C'est bien aussi, j'aime assez cette idée.


 


@Christian


 


C'est évident, l'Etat cherche à se défausser du boulet éducation au Fenua, mais bon pas sur qu'il pourra le faire, sauf s'il légifère en ce sens et encore pas sur que le conseil constitutionnel
accepte.


C'est évident aussi? s'il cherche à se défausser c'est essentiellement pour ne plus avoir à casquer pour l'éducation avec le temps. Partout ou l'Etat à procédé à des transferts, il s'est toujours
arrangé pour moins payer au fil des ans.


 


Malgré tout ça, je suis quand même d'avis d'accepter cette charge à la condition express, non négociable d'avoir accès (rémunéré) aux marchés financiers internationnaux de concert avec la France
pour lisser notre trésoererie qui ne représente que 0,016% (remboursé) du volume monétaire mensuelle empruntée par la France pour lisser également sa trésorerie 54 milliards d'€uro mois/12
milliards semaine. + de 6 400 Milliards Fcfp mois.


 


Après y a plus qu'apprécier la réaction des négociateurs de notre Mère Patrie


 


Te aroha ia rahi mauruuru e parahi ana'e



Christian Penilla y Perella 11/09/2011 14:30



Taram


 


Certains prennent la Suisse comme exemple  pour prendre une décision par référendom.


On en vu les résultats: c'est parfois  le meilleur ou parfois  le pire.


Vous vous rappelez l'histoire des minarets ?



Christian Penilla y Perella 11/09/2011 14:23



Taram


 


Comment la population d'un pays peut elle  juger sereinement et en toute
connaissance pour décider si l'enseignement suppérieur de la Polynésie géré et payé par la métropole  peut être transféré au territoire ?


On se moque de nous.


Même pour les plus aguerris et bien informés c'est une lourde responsabilité que de prendre ce genre de décision.


Pour moi, c'est pour la France,  une façon de se débarasser à moyen terme  d'une charge.


Et faire croire à tout le Pacifique que l'Autonomie Interne est une réussite ? Que nous gérons notre pays comme un pays indépendant ? 


Quand on voit ce qui c'est passé au niveau de notre université et ce qui se passe pour notre gestion au niveau du territoire cela ne présage rien de bon.


Que l'on ait d'abord  les hommes qu'il faut ........... 


Et que nos jeunes " goûtent  le maa des autres pays". Ils veulent quoi ces jeunes ? Le beurre, l'argent du beurre et la crémière ! !
!


Qu'ils exigent la réciprocité comme pour les conditions  des expatriés de la métropole, c'est normal .


Qu'ils ailles quelques années  hors du pays gagner en expérience ne peut qu'enrichir notre jeunesse , leurs futurs élèves et  la
Polynésie.



christian Penilla y Perella 11/09/2011 13:50



Taram


 


Le transfert des compétences et des moyens financiers ?


Du temps de Francis Sanford nous en avons fait l'expérience à Faa'a pour les stations de pompage  de l'eau en profondeur  que l'Etat français nous avait
imposé.


La première année ils nous ont remboursé  cent pour cent de la facture d'électricité. La deuxième année ils nous ont remboursé la même somme que l'année précédente alors que la
facture d'électricité avait augmenté et au bout de quelques années ils n'ont plus rien remboursé. 


Dés la première année j'avais fait des réserves au près de l'administrateur de Iles du Vent ( Sartan du Joncher) mais celui ci, devant tout le consei municipal, avait juré que la
France tiendrait ses engagements.


Alors pour le transfert des compétences et des moyens financiers pour l'enseignement suppérieur.........."à d'autres ! ! ! ".