RETOUR VERS LA FÉODALITÉ

Publié le par N.L. Taram

Le plurilinguisme débattu à l’Assemblée

 

Un projet de loi constitutionnelle permettant la ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires a été déposé le 10 décembre dernier

LES NOUVELLES DE TAHITI

http://www.lesnouvelles.pf/article/lactu-politique/le-plurilinguisme-debattu-a-l%E2%80%99assemblee

(Désolé, le journal LES NOUVELLES n'existe plus) 

----------o---------- 

 

 

NON A LA RATIFICATION DE LA CHARTE DES LANGUES RÉGIONALES ET MINORITAIRES

Fédération Nationale de la Libre Pensée

http://www.fnlp.fr/spip.php?article975

 

langues regionales francaises................

Les arguments d’hier sont toujours valables aujourd’hui

Il faut regarder précisément en quoi consiste ce texte du Conseil de l’Europe, soumis à la ratification des États. La Charte Européenne des Langues Régionales et Minoritaires n’a pas pour but de promouvoir les cultures locales mais de créer des entités administratives sur une base linguistique. Elle oblige à délimiter le territoire des langues pour en faire des entités légales...........

 

La différence des droits

Dans ce cadre, on va bien du « droit à la différence » à « la différence des droits ». La seule évocation de la possibilité d’attribuer une préférence d’embauche à ceux qui pratiquent la langue locale est un facteur de remise en cause du droit égal pour tous............

........................

 

----------o----------

 

  Encore une fois, la charte des langues régionales

Jean-Luc Mélenchon "Pour refonder l'Europe" 

http://europe.jean-luc-melenchon.fr/2013/09/19/encore-une-fois-la-charte-des-langues-regionales/

 

............. Je dois le répéter : le problème que me posent ces articles n’a rien à voir avec la diffusion des langues régionales. Il concerne la nature républicaine des institutions que cette charte entend abroger. En effet, son contenu comme ses origines contredisent plusieurs principes républicains, à commencer par le plus essentiel : le principe d’égalité des citoyens devant la loi et les services publics.............

 

Pour moi, la question n’est pas de savoir si l’on est pour ou contre les langues régionales. Ce serait absurde. Comment peut-on être « contre les langues régionales » ? Qu’est-ce que cela pourrait vouloir dire concrètement ? Abroger les lois existantes qui les protègent ? Je ne l’ai jamais ni demandé ni souhaité. Être contre le bilinguisme ? Pourquoi ? Je suis moi-même bilingue. Encore plus ridicule serait le fait d’être « contre la diversité culturelle ». En réalité, je suis dans la position de celui qui défend cette diversité contre une vision étroitement ethniciste de la diversité en France......

 

Je voudrais enfin souligner qu’il ne saurait être question d’ignorer l’origine de cette charte. Dans le contexte du néo libéralisme triomphant, la différence des droits est un élément essentiel de la guerre de chacun contre tous. Donner des droits et des exclusivités à certains du fait de leur pratique d’une langue est un habile moyen d’instaurer ce droit à géométrie variable et cet empire des lois « locales » dont rêvent les libéraux.

..................

 

----------o----------

 

France anciennes provinces 1789 

 

 

L’Ami du Peuple N° 173 du 26 juillet 1790 (Jean-Paul Marat) 

VRAIS MOYENS POUR QUE LE PEUPLE SOIT LIBRE ET HEUREUX

JEAN-PAUL MARAT (7)

http://0z.fr/XwJiz

 

..................

L'opinion publique était trop soulevée contre les ordres privilégiés ; l'impulsion est donnée ; le législateur ira donc jusqu'au bout ; il achèvera de démolir la forteresse gothique de la féodalité ; mais n'attendez rien de plus et ne vous flattez pas de voir élever sur ses ruines le temple de la liberté.

............

 

----------o----------

 

La nouvelle féodalité

Le Blog de Vahine

http://vahineblog.over-blog.com/article-la-nouvelle-feodalite-99472494.html

 

Les évènements économiques et  politiques d'aujourd'hui ont une raison profonde et maintenue cachée : Les  élus du peuple  n'ont plus le pouvoir, mais  font quand même semblant de gouverner. Derrière cette apparence de démocratie, le pouvoir réel est entre les mains de ce que certains appellent pudiquement "les marchés" , mais ce pouvoir caché   possède des visages, les seigneurs de la finance, et un nom, le Capitalisme Financier. 

...........

 

MoyenAge

 

Lire aussi >>>>  POEMES OCCITANS

 

Publié dans Société

Commenter cet article

SAINT ETIENNE Claude 28/01/2014 13:59


quégékça jouie benrrien acetnot kédugadesiaux ouquè


En Normand




Quatre à cinq langues dominent le monde, les deux les plus employées dans le monde, sont l' Anglais et le Français.


En plus de sa langue maternelle il est bon d'en connaitre une de ces deux là en plus, ce que font la plus grande partie des pays qui obligent ainsi une seconde langue en général l'Anglais, c'est
un acquis sur lequel il ne faut pas revenir.


Apprendre un patois ou un dialecte fusse t-il élevé au rang de langue ne doit être fait qu'au détriment d'une autre activité moins nécessaire, sport, dessin, danse...



Hors j'ai vu des émissions ou ce n'est pas le cas, tous les cours sont en langue choisie même les maths la géo et l'histoire.



Que vont devenir ces gamins quand ils seront faits hommes? Actuellement ce sont des jouets voire des marionnettes dans les mains de leurs parents et d'hommes politiques givrés ou intéressés par
le glanage de voix. 



Je ne regrette pas d'avoir appris le Français, mes études ne m'ont pas permis d'avoir une seconde langue, mais quand "je vois" que pour dire de la neige à quelques cent kilomètres on ne dit pas
la même chose. Juste un petit exemple sur deux mots simples


Pays de Caux de la né


Pays d'Auge de la na



Dans l'Eure des Gadèles, en Seine Maritime des caillons, dans le pays d'Auge des Gu'vaux dans l'Orne des bourrins, nous sommes seulement en Normandie alors qu'en Français on dit simplement des
chevaux.



Au vu de ses importantes colonies, (Françaises, Espagnoles, Chinoises, Italienne) l' Amérique serait elle ce qu'elle est si plusieurs langues y étaient en vigueur. Non bien sur, c'est bien
l'Anglais (cela aurait pu être le Français) une seule langue fédère et assure la cohésion du nord au sud qu'on se le dise.

N.L. Taram 28/01/2014 18:05



Bonjour Claude,


même si on peut avoir des avis différents sur quelques passages des articles que j'ai proposés à la lecture, nous sommes d'accord que le français (pour nous faisant partie de l'ensemble français)
est la langue fédératrice. Officialiser les langues régionales, patois et dialectes ne pourrait que rompre la "cohésion du nord au sud", comme tu l'as écrit. De ma jeunesse à Montpellier, je n'ai
pas souvenir de copains, amis, voisins ou parents qui parlaient l'occitan (peut-être ma mère, mais celui du Lot). A ce sujet d'ailleurs, je pourrais citer le mot "petit enfant" qui à Marseille se
dit "Pitchoun", à Montpellier "Pitchot" et à Cahors "Pétiot" et je ne parle pas des Hautes Pyrénées, de la Gascogne, de l'Auvergne,.... Lors de mes recherches sur les cathares, j'ai étudié
l'occitan et j'ai eu beaucoup de mal avec le patois de l'Ariège ; lire ma page sur les "Poèmes occitans" >>>


http://0z.fr/MV53Q


En ce qui me concerne, je ne parle et n'écris que le français. Je me défendais bien en espagnol, mais l'ayant peu pratiqué à Tahiti, j'ai beaucoup perdu. Je ne parle ni l'occitan de mon pays
d'origine, ni le tahitien de mon pays d'adoption, serais-je un "paria" en plus d'être un émigré ?