SETIL Aéroports : La vérité !

Publié le par N.L. Taram

 Un débat vient de s'ouvrir entre deux candidats aux élections législatives concernant l'Aéroport de Tahiti.

En effet, deux ans après, la filiale ADT du groupe EGIS continue à squatter l'aéroport de Tahit-Faa'a. J'en profite pour ressortir l'article "SETIL Aéroports : La vérité !" du 10 mai 2010 et rajouter quelques pièces importantes.

----------o----------

 

Aroport 62 L’AEROPORT DE TAHITI

Souhaité par les tahitiens, voulu par de Gaulle pour les raisons que l’on sait, l’aéroport de Tahiti est inauguré le 5 mai 1961 par Robert Lecourt, ministre d’état, et le gouverneur Grimald. La piste mesure 3.416 mètres de long et 45 mètres de large, la largeur totale de la bande remblayée est de 150 mètres.

Les travaux de construction des bâtiments d’accueil ne débuteront qu’à la mi 1963 et seront opérationnels en 1964. En 1966, un PC militaire s’installe à l’aérodrome de Faa’a.

 S.E.T.I.L. : La Société d'Équipement de Tahiti et des Iles a vocation d'étudier pour les collectivités locales, pour les autorités administratives et pour des groupes privés, des projets sous tous leurs aspects économiques, financiers, techniques, d'en assurer la réalisation, d'en contrôler l'exécution et même de gérer l'ouvrage fini. La S.E.T.I.L., créée en novembre 1961, s'est d'abord appelée la S.E.P.O.F. (Société d'Équipement de la Polynésie Française). C'est une création de la Société Centrale pour l'Équipement du Territoire (S.C.E.T.), elle-même émanation de la très officielle Caisse des Dépôts et Consignations. Mais son conseil d'administration comprend des représentants locaux des collectivités et des intérêts privés. On retrouve à la présidence le maire de Papeete, Alfred Poroi.

                   aeroga12

La SETIL existe maintenant depuis près d’un demi-siècle et représente
l’une des plus anciennes entreprises de Polynésie encore en activité.

En 2001, elle devient « SETIL Aéroports » à objet social exclusivement aéroportuaire. Société d’Economie Mixte Locale au capital de 27.805.500 FCP  /    233.000 Euro réparti de la façon suivante :

      Territoire de la Polynésie Française                           56.81%

      Agence Française de Développement                        16.42%

      Caisse des Dépôts et Consignations                          16.07%

       Banque Socredo                                                        6.91%

       Commune de Papeete                                                 2.40%

       Chambre de Commerce, d’Industrie, des

       Services et des Métiers                       0.82%                                  

      Chambre d’Agriculture et de la Pêche lagonaire          0.54%

      Société Centrale pour l’Equipement du Territoire         0.02%

 Setil aéroports

SETIL AEROPORTS L’EXPLOITANT  AEROPORTUAIRE

http://www.tahiti-aeroport.pf/articles.php?id=92

Depuis 1966, l’exploitation de l’aéroport de Tahiti-Faa’a par la SETIL pour le compte de l’Etat, est organisée dans le cadre d’une convention dite de concession, passée entre l’Etat concédant et la SETIL concessionnaire.

La convention de concession est aux risques et périls de l’Etat depuis sa signature en 1966.

Sa durée trentenaire a expiré en 1996 et n’a, jusqu’à ce jour, pas été remplacée par une nouvelle convention de longue durée.

Depuis 1996, l’exploitation de la concession par la SETIL est soumise à une série d’Autorisation d’Occupation Temporaire du domaine public délivrée par l’Etat dont la dernière phase transitoire trouvera son échéance le 31 mars 2010.

En 2001, une évolution des statuts de la société spécialise la SETIL Aéroports dans la gestion exclusive aéroportuaire.

La SETIL Aéroports est l’exploitant aéroportuaire de 6 plates-formes

4 pour le compte de l’Etat : Tahiti-Faa’a depuis 1966, Huahine depuis 1979, Bora Bora depuis 1972, Raiatea depuis 1972, Rangiroa depuis 1998

2 pour le compte du Territoire : Huahine depuis 1979,  Moorea depuis 1979

2008 : la maîtrise des activités et des opérations aéroportuaires
est reconnue par une certification de l’aéroport de Tahiti-Faa’a valide jusqu’en 2013.

L’aéroport de Tahiti-Faa’a est parmi les premiers aéroports sur le plan national à obtenir cette certification aéroportuaire de niveau international.

                Aéroport actuel 3

         Ainsi, l’histoire de l’aéroport de Tahiti-Faa’a est constitutive de l’identité polynésienne et représente un symbole d’entrée dans la modernité particulièrement puissant.

         L’aéroport international est la matérialisation du passage de l’ère du coprah à l’atome. Cette infrastructure est le sas d’entrée dans la modernité avec son corollaire, la société de l’hyper consommation qui s’est violemment confrontée aux modèles traditionnels d’une société polynésienne jadis harmonieuse et équilibrée basée sur les valeurs communautaires qui peu à peu s’éloignent.

         Mais l’aéroport international de Tahiti Faa’a représente aussi l’entrée dans la richesse du monde, le moyen de désenclaver les îles polynésiennes, de mettre fin à l’isolement et l’éloignement, de compenser les désavantages de l’insularité.

         L’aéroport de Tahiti Faa’a, surtout depuis la fin du CEP, l’un des seuls outils - avec le port autonome - qui permet de développer l’économie polynésienne, et qui génère  des ressources propres.

         L’aéroport de Tahiti Faa’a est l’une des principales portes d’entrée de la ressource touristique.

         Aussi le gestionnaire de l’aéroport doit être partie prenante du défi à relever et posséder les leviers nécessaires pour impulser une politique de développement sur le long terme.

 

Aéroport bandeau

 

Indicateurs financiers de 2007 :

                                                            Total                   TAHITI-FAA’A

Chiffres d’affaires ……………2.598 M FCFP ………. 1.675 MFCFP

Résultat brut d’exploitation …….468 M FCFP……….     830 MFCFP

Investissements ………………...200 M FCFP

 

Fiche Signalétique :

Emprise au sol    138 ha

Une piste longue de 3 415 mètres et large de 45 mètres, ouvert H24

Aérogare principale

Surface       16 000 m2

Parking gros porteurs   04

Banque d’enregistrement        21

Parc automobile payant          560 places

Terminal domestique 1

Surface       2 300 m2

Banque d’enregistrement         06

Terminal domestique 2

Surface       720 m2

Banque d’enregistrement         01

Aérogare fret      3 350 m2

 

Nombre d’Organismes présents :

Compagnies aériennes régulières       8

Compagnies aériennes charters          1

Assistant aéroportuaire   1

Restaurant    1

Self service/Snack Bars/Restauration rapide        6

Transitaires           9

Pétroliers      1

Commerces et services  14

Loueurs de voitures        5

Banque – Agence de change     2

Office des postes et télécommunications     1

Aéro-club et Organismes de formation        6

Prestataires divers           4

Représentant compagnie aérienne      1

 

Evolution annuelle des chiffres clés (A+D+1T)* à Tahiti-Faa’a :

Setil-1.JPGSetil 2

2010 L’AVENIR DES CONCESSIONS

 

En 2010, l’activité de la SETIL Aéroports sera démembrée :

 

-         Les concessions d’Etat : Tahiti Faa’a, Bora Bora, Raiatea et Rangiroa seront gérées par Aéroport de Tahiti, dont l’actionnaire de référence est EGIS

-         Les concessions du Pays : Moorea et Huahine continueront à être gérées par la SETIL Aéroports

 

Pourquoi la SETIL n’est elle pas retenue pour poursuivre la gestion des plateformes d’Etat?

Principalement à cause de la faiblesse de ses capitaux propres et deuxièmement la SETIL n’apparaît pas suffisamment bancable aux yeux du concédant.

 

POURTANT UN PROJET SERIEUX EXISTE DE LA PART DE LA SETIL Aéroport !!!!!

La convention signé le 13 janvier 2010 entre monsieur le secrétaire d’Etat aux transports, Dominique BUSSEREAU et monsieur le Président de la Polynésie française, Gaston TONG SANG, est-elle légale ?

Voir la loi statutaire 2004-2007, la loi n° 2004-809 du 13 août 2004, le décret n°2005-1070 du 24 août 2005,…..

Dans la mesure où elle fait intervenir l’Etat dans un domaine de compétence exclusivement réservée à la Polynésie française par la loi statuaire, la convention est illégale et inconstitutionnelle car elle viole non seulement le partage de compétence mais également le droit que réserve la Constitution à la Polynésie française, d’exercer ses compétences.

De plus il y a lieu de s’interroger sur l’octroi de cette concession sans appel d’offre au seul motif que la loi sur la mise en concurrence en matière de délégation de service public est non applicable en Polynésie.

 

Et voilà comment la France, à son profit, détiendra la plateforme internationale de Tahiti Faa’a.

 

 

Nouvelle pièce : 

 

TF-protocole-BUSSEREAU-GTS-1.jpgTF-protocole-BUSSEREAU-GTS-2.jpg

TF-protocole-BUSSEREAU-GTS-3.jpg

TF-protocole-BUSSEREAU-GTS-4.jpg

Lire aussi :

AEROPORT DE TAHITI FAA'A

MISE AU POINT DE LA SETIL-AEROPORTS

Publié dans Economie PF

Commenter cet article

Clovis Simard 08/06/2012 21:25


Blog(fermaton.over-blog.com),No-30. - THÉORÈME DE LA MODERNITÉ. - L'auto-référence et vérité