VINCENT VAN GOGH

Publié le par N.L. Taram

autoportrait-de-van-gogh-emile-bernard

 

Le 30 mars 1853
Naissance de Vincent van Gogh

Il étudie le dessin à Anvers, se met à l'aquarelle et commence la peinture à l'huile, en 1882. À Nuenem, dans le presbytère paternel, il travaille à l'extérieur et ses portraits de paysans aboutissent aux Mangeurs de pommes de terre, œuvre majeure qui révèle sa sensibilité inquiète et véhémente. À Paris, il rencontre Camille Pissarro, Henri de Toulouse-Lautrec et Paul Gauguin.

C'est une période très fertile où son art s'oriente vers l'impressionnisme mais l'absinthe et la fatigue aggravent son état mental.

 

Mangeur de pomme de terre

En 1888, il s'installe à Arles, et une nouvelle page de son œuvre va s'ouvrir avec la découverte de la lumière provençale. Il parcourt la région et peint des paysages, des scènes de moissons et des portraits. Parallèlement, Vincent rêve d'une communauté d'artistes unissant fraternellement leurs expériences et leurs recherches : dans la « maison jaune » qu'il a achetée, Gauguin vient le rejoindre dans ce but. Mais les deux hommes s'entendent mal et, à la suite d'une dispute plus violente que les autres, Van Gogh, en proie au délire se mutile l'oreille avant d'aller l'offrir à une prostituée. Il décide alors lui-même d'entrer dans un asile près de Saint-Rémy-de-Provence. Finalement, surveillé par le docteur Paul Gachet, il s'installe à Auvers-sur-Oise et produit pendant deux mois plus de 70 tableaux. Le 27 juillet 1890, il se tire un coup de revolver dans la poitrine et meurt deux jours plus tard, inconnu du grand public.

 

 

la-premiere-fois-que-j-ai-vu-un-tableau-de-Van-Gogh

 

 

La première fois que j’ai vu un tableau de Van Gogh…. C’était sur le couvercle d’un boite de chocolats, à l’époque, il y avait des reproductions de grands maître, je vis donc « Le pont de Langlois ».
h-3-1521517-1241429400

 

Ce texte n’est pas de moi, mais il pourraît l’être… Pour moi, ce fut une boite de biscuits et ce fut un grand choc. Le deuxième choc, c’est quand, avec une amie peintre, nous fîmes une copie de « l’autoportrait à la pipe ». Et le troisième choc, quand je vis pour la première fois des originaux de Van Gogh au Musée d’Orsay.

(code recherche : ARTPEI)

 

 

vincent van gogh mausole 001 2

 

 

 

 

 

 

 

Paul Gauguin écrit dans « Avant et après » :

Quatorze tournesols55

 

 

Or ce jour de décembre, dans la rue Lepic de notre bonne ville de Paris, les piétons se pressent plus que de coutume, sans aucun désir de flâner. Parmi ceux-là un frileux bizarre par son accoutrement se dépêche de gagner le boulevard extérieur. Peau de bique l'enveloppe, bonnet de fourrure, — du lapin sans doute — la barbe rousse hérissée. Tel un bouvier.
Ne soyez pas observateur à demi et malgré le froid ne passez pas votre chemin sans examiner avec soin la main blanche et harmonieuse, l'œil bleu si clair, si l'enfant. C'est un pauvre gueux assurément.
Il se nomme Vincent Van Gogh.
Hâtivement il entre chez un marchand de flèches sauvages, vieille ferraille et tableaux à l'huile à bon marché.
Pauvre artiste ! Tu as donné une parcelle de ton âme en peignant cette toile que tu viens de vendre.
C'est une petite nature morte, des crevettes roses sur un papier rosé.
— Pouvez-vous me donner pour cette toile un peu d'argent pour m'aider à payer mon loyer ?
— Mon Dieu, mon ami, la clientèle devient difficile, elle me demande des Millet bon marché : puis vous savez, ajoute le marchand, votre peinture n'est pas très gaie, la renaissance est aujourd'hui sur le boulevard. Enfin, on dit que vous avez du talent et je veux faire quelque chose pour vous. Tenez, voilà cent sous.
Et la pièce ronde tinta sur le comptoir. Van Gogh prit la pièce sans murmure, remercia le marchand et sortit. Péniblement il remonta la rue Lepic ; arrivé près de son logis, une pauvre, sortie de Saint-Lazare, sourit au peintre, désirant sa clientèle. La belle main blanche sortit du paletot : Van Gogh était un liseur, il pensa à la fille Elisa et sa pièce de 5 francs devint la propriété de la malheureuse. Rapidement comme honteux de sa charité il s'enfuit l'estomac creux.

 Après.
Un jour viendra et je le vois comme s'il était venu.
J'entre à la salle n° 9 de l'hôtel des Ventes le commissaire-priseur vend une collection de tableaux, j'entre. 400 francs les Crevettes roses, 450, 500 francs.
« Allons, Messieurs, cela vaut mieux que cela. »
Personne ne dit mot. Adjugé les Crevettes roses par Vincent Van Gogh.
---------------------------------------------------------------------------------------------------
36147-la-vie-passionnee-de-vincent-van-gogh

 

Un film, le plus beau rôle de Kirk Douglas :

La vie passionnée de Vincent Van gogh
1878. Fils de pasteur, Vincent Van Gogh s'engage dans une congrégation religieuse et quitte sa Hollande natale pour le Borinage, en Belgique, afin de venir en aide aux mineurs, qui vivent dans des conditions pitoyables. En tournée d'inspection après un accident de mine, ses supérieurs lui reprochent de dégrader sa fonction en partageant la misère des gens du cru. Vincent, furieux, les chasse sans ménagement...
Critique :
Fascinante réflexion sur la création artistique, le film de Vincente Minnelli est aussi une reconstitution biographique d’une extraordinaire beauté visuelle.

vincent-van-gogh wheatfield with crows-1 02

Publié dans Arts, Paul Gauguin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Le vourch Yvon 04/04/2010 09:41



Bonjour N.L. Taram ,salut Claude Saint Etienne !


Merci à tous les deux pour vôtre "engagement" et vos commentaires pertinents.


Je n'ai malheureusement pas vôtre "plume",car il y a tant de choses à dire et à crier haut et fort ...Vous le faites si bien !


Encore bon courage  !



N.L. Taram 04/04/2010 09:51



Bonjour Yvon et merci de ta visite.


Tu peux ajouter Christian à tes remerciements...


T'inquiètes pas, nous continuerons tant qu'il nous restera un souffle de vie... et c'est pas demain la veille !



christian Penilla y Perella 31/03/2010 04:55



            Merci internet , merci Wikipédia ! ! ! C'est une mine d'informations , cela va plus vite que de plonger dans ma bibliotèque , il
y a presque tout . Faut pas croire quand même que celà remplace tous mes bouquins accumulés .


     C'est pratique ces gens qui font des recherches pour vous .! ! ! !  



N.L. Taram 31/03/2010 05:12



C'est surtout le roman "Da Vinci code" de Dan Brown qui en a fait tout un chapitre...



christian Penilla y Perella 31/03/2010 03:30



La Vierge au rocher.


Je sais qu'il en existe deux versions conservées dans deux musées différents , un en France et l'autre en Angleterre si je ne me trompe pas . Il y a une version plus claire et plus compréhensible
. Je vais faire des recherches



N.L. Taram 31/03/2010 04:24



Oui, la première version, refusée, est au Louvre, la deuxième, peinte 20 ans après, est à la National Gallrery de Londres. La première a donné lieu à quelques débats....



christian Penilla y Perella 30/03/2010 22:08



En 1973 , j'ai découvert cinq pays européens dont la France . Un an avant ce voyage ,ma préparation a été de découvrir tous ces pays par les livres . Pour la France j'ai choisi le louvre pour
tout ce qui était peinture . J'ai donc commandé une quinzaine d'ouvrages de reproduction de peintures de tableaux exposés dans ce musée . L'histoire des tableaux et l'histoire des peintres et les
commentaires y affairant . Cela m'a permis de découvrir plus profondément un monde que l'on ne cotoie pas normalement , cela m'a ouvert un univers que je n'avais fait que survoler . Cela m'a
éduqué à une nouvelle discipline , le milieu de la peinture . milieu que j'avais cotoyé déja à Tahiti mais à l'échelle de notre petite polynésie . Là on découvre ce que c'est que " des goûts
et des couleurs "


   Petite parenthèse : Surprise en découvrant " Mona Lisa " La Joconde , ce tableau dont on parles tant dans le monde  est .................si petit en taille ,



Taram 30/03/2010 22:45



Mona Lisa, le tableau le plus médiatisé... heureusement Léonard de Vinci a fait mieux. Mais toujours une certaine ambiguïté, Je pense à "La vierge aux rochers" refusé par ses commanditaires, la
congrégation des soeurs du ....



christian Penilla y Perella 30/03/2010 21:46



              Je pense que ce qui compte c'est ce que l'on éprouve , si on aime on se régale , si on n'aime pas on rejette . On
peut apprendre à aimer , apprendre à découvrir , mais il faut rejetter ce que l'on veut vous imposer même avec mille arguments . Il faut se méfier des modes  où de ceux qui créaient des
modes . Fuir les usines à gogo qui sont en réalité des pompes à fric . Ces gens qui se permettent de penser pour vous et vous imposer leurs choix comme s'ils venaient de vous même .


 En plus dans la vie nous avons des périodes où l'on est attiré plus par ceci ou par cela . Ces périodes il faut les vivre pleinement , au diable l'avis des autres . Je ne veux pas dire
qu'il ne faut pas écouter les autres mais il ne faut pas les suivre aveuglément . Tout aborder aves l'esprit critique .  



SAINT ETIENNE Claude 29/03/2010 10:22


Non non désolé, je préfère du John Constable. Dans l'impressionnisme du Monnet avec les nymphéas (par opposition aux tournesols) ou du renoir avec ses
portraits et ses scènes de vie de tous les jours notamment les guinguettes


N.L. Taram 29/03/2010 10:44


Ah ! "tout les goûts sont dans la nature". Bien sur, j'apprecie Monnet et Renoir (j'ai vraiment découvert ce dernier à Orsay), mais mon penchant va plutôt vers le fauvisme, Vlamink, Cezanne,
Matisse et, bien sur, Gauguin. J'avais quelque mal avec Gauguin avant de quitter la France, il me surprenait. Après quelques mois à Tahiti, j'étais conquis par Gauguin....
et Tahiti évidemment !


SAINT ETIENNE Claude 29/03/2010 08:38


Je ne prise pas son oeuvre mais ne demande qu'à comprendre...


N.L. Taram 29/03/2010 08:53


Mais il n'y a rien à comprendre, c'est uniquement des impressions (d'où "impressionisme"). Je pourrais écrire une page sur "l'autoportrait à la pipe", j'y ai travaillé dessus pendant une semaine.
Quant au cheminement entre le "Pont de Langlois" et les "Oliviers", c'est tout un roman. Je te recommande le film avec Kirk Douglas...


christian Penilla y Perella 29/03/2010 01:31


           Van Gogh est pour moi un mélange de naturalisme trés classique au départ pour être plus impréssionniste par la suite . Dans un livre
j'ai la reproduction presque totale de ses tableauix . Ce qui est trés visible c'est l'évolution de sa peinture qui au départ donne un sentiment d'un être paisible et qui progressivement devient
toumenté .......jusqu'à la folie .
       Je viens d'aller sur Wikipédia , l'article sur Van Gogh est excellent , tout y est dit .