VOITURE ELECTRIQUE

Publié le par N.L. Taram

Un échange de courrier avec Claude Saint Etienne au sujet des voitures électriques et de quelques souvenirs….

 

 

Bonjour Pierre, d'après HISTORIA

 

A quand remonte la première voiture électrique?

Simple, à la dernière guerre me direz vous. Et bien non, faux et archi faux.

A l'autre alors? Non encore perdu.

220px-Jamais contenteSur véhicule électrique, la barre fatidique des 100 km/h (105, 88) a été franchie par la "jamais contente" le 29 avril 1899. Camille Jénatzy au volant, 700 kg de batteries pour 2 moteurs électriques et un poids total de 1 500 kg.

Un an auparavant(1898) lors de la course PARIS/ROUEN, quatre concurrents sur 100 inscrits se sont faits recalés. Il s'agissait de faire au moins 50 km en 3 heures et les voitures électriques n'avaient pas cette performance.

En réalité les mauvaises odeurs du pétrole incitaient les constructeurs à se tourner vers un mode moins pollueur (déjà). C'est donc en 1881 que Gustave Trouvé et J. Raffard ont pour la première fois fait rouler des prototypes à l'électricité.

En 1886 Panhard et Levassor sortent une voiture à l'essence de pétrole, en réponse Krieger et Jantaud optent pour l’électricité. En 1896 une course organisée par l'automobile club de l'ouest donne pour vainqueur la fée électricité au motif "Il semble désormais acquis (...) Que le fiacre à moteur à essence de pétrole ne saurait constituer un système d'exploitation de voitures dans une grande ville". Certes pas un jury visionnaire, mais nous n'étions qu'aux balbutiements de cette industrie naissante.

A la même époque en Amérique, sur une Torpédo électrique, Baker peu rassuré est attaché à son siège, il pulvérise le record de Jénatzy, 120 Km/h.

Première ceinture de sécurité?

Propre et prometteuse cette énergie galvanise les investisseurs, dans le monde des capitales se rallient à ce mode de transport. En France Charles Mildé passe à la construction en série de fourgons roulant à 20 km/h sur 50 kilomètres. La poste en commandera quinze.Industrie electrique 1899 autocab electrique

Hélas les handicaps sont plus difficiles à franchir qu'avec l'essence de pétrole, on peut augmenter le volume du réservoir pour le confort d'une autonomie et d'une vitesse sans cesse repoussée, les stations essence se développent sur le territoire, les routes se tracent. Aux USA Ford l'a bien compris, il sait que cette énergie est difficilement stockable et qu'à un moment donné il faudra faire le choix entre batteries ou voyageurs, donc aucune amélioration possible au long terme. En riposte il invente un bicylindre à essence, le succès n'est pas au rendez-vous.

La publicité avec Donald Duck, le cinéma et la T.S.F. le tout allié aux investissements de Rokfeller font qu'en 1914, la Détroit Electric (filiale de l'Edison Electric) produit 4 700 voitures...

1914 c'est aussi la guerre. Les stratèges de chaque camp ont des préoccupations de longévité, de long terme, d'autonomie, de ravitaillement et de performance, ceci ajouter à l'apparition des cycles fera que l'électricité sera jugée moins adaptable aux besoins nouveaux. Plus tard le krach boursier de 1929 entraînera avec lui la Détroit Electric donc l'arrêt en série des voitures électriques.

En 31 pour faire plaisir à son fils Bugatti élabora un type 52 électrifiée.

Au second conflit mondial, les rationnements de carburant remettent au goût du jour l'électricité, en Angleterre 6 000 véhicules de se type sont en circulation tandis qu'en France on construit des voiturettes et ce, jusqu'à l'interdiction de la production par les autorités, vers la fin 1942.

Viennent ensuite la fin de toutes privations, l'ouverture des robinets de pétrole, la découverte de grandes réserves. L'électricité n'est plus au goût du jour jusqu'au premier choc pétrolier en 73 et depuis on en parle un peu, actuellement quelques équipementiers en proposent au moins un modèle à performance limitée, peut être que la nécessité environnementale fera franchir le pas aux investisseurs actuels pour le moins timorés.

Je me suis laissé dire que dans les années 50, une Dyna-Panhard coque alu, chargée de 500 kg de batteries a, avec une moyenne de 100 km/h, effectué un trajet de 500 km. Info ou Intox?

 

 

 

Bonjour Claude,

 

Texte intéressant.

Le problème, c'est qu'il faut toujours de l'énergie fossile* au départ pour fabriquer de l'électricité afin de charger les batteries et en plus, il y a des pertes d'énergie entre les deux...

 

Montpellier 1946 

Montpellier en 1946 - On distingue en bas à droite un tramway électrique. Il fut supprimé et les rails enlevés quelques années plus tard... pour refaire des lignes de tramway en 2000 à coup de quelques dizaines de milliards FCFP.

Source http://www.rolandjolivet.com et http://murviellesmontpellier.centerblog.net/

 

......

Nous sommes venus habiter à la rue Chaptal à Montpellier en 1945.

Un peu plus bas, rue Chaptal, il y avait le dépôt des "Economats" (épicerie à succursale multiple). Les camions de livraison, plateau ou couvert, étaient électriques. Ils avaient un stock de batteries sous le plateau. Bien sur quelques années après ce système était abandonné.

A côté il y avait un limonadier, les livraisons étaient effectuées avec des plateaux à roues et pneus tirés par un cheval.

Dans une autre rue, il y avait une étable avec une vingtaine de vaches et, à côté, un maréchal-ferrant, où je m'arrêtais tout les jours en rentrant du lycée, tout cela en pleine ville. Ces deux derniers artisans existaient encore quand j'ai quitté Montpellier en 1961.... Mais quand je suis revenu pour la première fois à Montpellier en 1981, l’étable était devenue une superette, le maréchal-ferrant un garage et la remise**, où un maraicher venait vendre ses produits à même le sol, à deux pas de ma maison familiale, était devenu une salle de jeux vidéos.

 

* à l'époque que cite Claude.

** remise : local au rez-de-chaussée des anciennes maisons.

 

 

Publié dans Souvenirs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

corre alain 19/07/2011 19:31



coté tram strasbourg a fait de meme



N.L. Taram 19/07/2011 22:15



Bonjour Alain,


Le projet d'un tram à Tahiti a plusieurs fois été proposé. Je cite un ministre "... Malgré son coût évalué entre 3 à 4 milliards Fcfp le kilomètre, ce moyen de transport semble le mieux convenir
à Tahiti". J'ai étudié le dossier de la première ligne de tram de Montpellier en 2000, coût environ 40 milliards Fcfp.


Un peu trop cher pour nous...



SAINT ETIENNE Claude 18/07/2011 11:22



Très intéressant ces observations de Christian.


En 31 lors de l'expo coloniale une desserte était encore assurée par une petite dizaine de bus électrique.


Je ne pense pas que tous les équipementiers de l'automobile soient concernés. Optiques, sellerie, pneumatiques, essuies glaces, tapis de sol et autres... Un petit pourcentage seulement, qui se
reconvertira tout aussi bien qu'il le fait actuellement lorsque les modèles passent de mode, quelques fois même sur 2/3 ans. Certes il faudra un autre modèle de boîte de vitesse, une adaptation
de plus pour les bureaux d'études.


Compte tenu du remplacement intégral du parc, l'enjeu est considérable, gageons que les constructeurs ont leur petite idée là-dessus notamment pour ne pas fermer leurs stations services. Les
racks? Une marche arrière et hop la nouvelle batterie chasse l'ancienne qui tombe sur un tapis de récupération, on passe à la caisse et le tour est jouer en dix secondes. Regardez comment en 5/6
ans le parc mondial des appareils photos à basculé de l'argentique au numérique...



N.L. Taram 18/07/2011 12:09



Bonjour Claude,


Voilà un échange passionnant !


Nous construisons l'avenir... enfin, je l'espère.



christian Penilla y Perella 17/07/2011 23:20



Taram


 


Aussi curieux que cela paraisse, étant depuis ma plus jeune enfance un fana de la technique, ayant dans ma vie professionnelle été engagé jusqu'au bout des cheveux ( même  s'il en
reste peu ) dans l'électronique , la robotique et l'informatique j'achète toujours ce qui a de plus simple en électronique particulièrement.


Aprés avoir passé des journées à résoudre les problèmes des clients on aspire à se déconnecter pour décompresser, donc avoir le plus simple à son service. Ce que je déclare est presque
vrai puisque  ce qui touche ma maison et mon bureau   ressemble à un laboratoire.( contrôle des ouvertures et alarmes; et naturellement  informatique )


 Par contre j'ai un mini fougon SUZUKI qui est: électronique ZERO. Ce qui est rare à notre époque.


 


Pour en revenir aux voitures électriques et au tout électrique quand c'est nécessaire et utile; je pense que le virage de notre sociétée vers cette forme d'énergie est vitale.


Cette énergie est propre à condition que pour l'obtenir on  ait des moyens propres et renouvelables  qui n'utilisent pas de l'énergie fossile. Il ne faut pas oublier que
l'énergie fossile est à 90% irremplassable en chimie organique. Le pétrole est,  il ne faut pas l'oublier, d'origine organique ( époque carbonifère, durée 65 millions d'années et brûlé par
l'homme en trois ou quatre siècles ). C'est une honte de le brûler alors que sous les autres formes on peut le recycler, donc très largement  l'économiser. Il est sûr que le pétrole
durera encore long temps mais il sera un jour aussi, si ce n'est plus cher que l'or.


Il ne faut aussi pas tomber dans l'abérration ( folie ) de produire de l'agrocarburant ( 40% moins énergétique  pour le même volume  ) en utilisant de carburant
fossile.


La voiture électrique " plug and run"( * ) comme celle qui est sortie aux USA  ou ailleursest l'avenir. Vous rentrez chez vous, vous branchez votre voiture sur une prise de
courant type machine à laver et le courant de l'EDT ( Tahiti ) ou vos panneaux solaires rechargeront vos batteries de la voiture( le courant venant de vos batteries tampon chargées dans la
journée).


( * ) Toyota Prius, hybride.


Renault- Ze


Nissan , Honda , etc.  Des milliers de voitures parcourent déja les routes, sans compter le park des voitures électriques de l'EDF ou un pays comme Israël où les voitures électriques
se développent ( Renault ) en même temps qu'un réseau de recharge adaptés( 80 % de charge en 15 minutes, les 20 % restant étant le plus long, problème de force contre électro
motrice. Faisons simple : le courant déja chargé s'oppose au courant entrant en fin de charge.



christian Penilla y Perella 17/07/2011 14:47



Bonjour tout le monde.


 


Je connais toute l'histoire des voitures électriques. Le point faible des voitures électriques à toujours été les batteries. Il est quand même commercialisé en Asie des voitures
électriques qui peuvent parcourir  cent quatre vingt kilomètres ( 180 ) et montent à cent vingt à l'heure( 120 );


Pour des grands pays c'est un peu court mais pour Tahiti c'est pour énormément valable  pour la majorité des utilisateurs.


En réalité on construit déja aux USA des voitures électriques  de sport qui montent à 250 kilomètres à l'heure et qui peuvent parcourir 350 à 450 kilomètres. Ce nest pas pour
toutes les bourses, elles sont extrèmement chères.


Côté batteries l'évolution est actuellement  rapide.


Il il y aussi la solution des "racks de batteries " préchargées qui se changent en quelques minutes dans une station plus vite qu'un plein d'essence. Encore faut il mettre en place ces
stations.


Quoique il y ait en dehors des batteries, la construction d'une voiture électrique coûte le tiers d'une voiture à moteur thermique et le kilomètre parcouru coûte bien moins cher que pour
voiture à moteur thermique, essence ou diésel.


Le plus gros problème c'est que c'est des pans entiers de l'industrie automobile qui vont disparaitre: moteurs thermiques, boites de vitesse, circuits de freins, circuits de
refroidissement, embrayages, circuits de transmission mécaniques, etc, etc, pour un entretien minimum. 


Il n'y a pas plus simple qu'un moteur électrique, ( moteur électrique  rendement 90 % , moteur thermique rendement 25 % ). On récupère de l'énergie dans le freinage et les
descentes. Un moteur électrique est inusable en dehors de deux roulements à billes.


Heureux les pays ayant de l'hydro électricité à gogo  comme le Canada , le Brésil, certains pays d'Afrique, comme aussi ceux pouvant se payer  de l'énergie des mers:
vagues, courants, marées, énergie thermique des mers ou pour  l'éolien comme le Danemark qui exporte déja toute l'année son excédent d'énegie éolienne.


En Polynésie entre l'hydrolique et l'énergie des vagues nous pouvons faire face à toute l'énergie électrique nécessaire au pays.


Cela est une hypothése seulement valable que  si nous avons un jour des gens capables de gérer  normalement notre pays,........... ce n'est pas gagné, ni avec la France, ni avec
les polynésiens.


Je peux remplir des pages d'occasions ratées pour développer notre pays( ? )  par nos élus de quelque partis qu'ils soient. Là aussi la "lumière" manque.



N.L. Taram 17/07/2011 21:05



Bonjour Christian,


Cet article est tout spécialement dédié à Christian, grand spécialiste du sujet. En ce qui me concerne, mon intérêt pour mon "tas de ferraille", se limite à la clef de contact et je réserve toute
mon attention à l'autoradio et son entrée USB...