VOYAGES DU CAPITAINE COOK (2)

Publié le par N.L. Taram

Cook vue Papenoo

 

Motu Au et Papenoo vue de la pointe Vénus ?

 

Chapitre XVIII - Passage à Huaheine, et arrivée à cette île - Attachement d'Oedidée - Drame improvisé.

 

.......

 

 

Cook XVIII 34 

 

Cook XVIII 35 

Cook XVIII 36

Cook XVIII 37

Cook XVIII 38

Cook XVIII 39

 

 

 

 

à suivre...

 

Publié dans Histoire, Littérature

Commenter cet article

Susie 08/03/2014 12:49


Pierre ,


Excuse moi pour ce fond " flash " de bleu , ces derniers temps mon ordinateur n'en fait qu'a se tete et deviens aussi rebelle que moi .


Salutations , Susie.

N.L. Taram 08/03/2014 18:14



Susie,


pour le fond bleu, ce n'est pas grave, il suffit de surligner le texte avec la souris. Cela m'arrive fréquemment, en particulier si je fais un copier/coller d'un texte en provenance d'un autre
logiciel (par exemple Word). Mais je peux corriger ma publication, contrairement aux commentateurs extérieurs.


Amitiés



Susie 08/03/2014 12:42


jour Pierre ,


Très beau sujet que celui du C'aptain Cook , Sylvie-Anne et toi avez bien cerné le personnage , un régal .


Amitiés , Susie.

N.L. Taram 08/03/2014 18:09



Bonjour Susie,


cette édition du "Voyages du capitaine Cook" date de 1811, je n'ai malheureusement qu'un seul volume. C'est un ami qui l'a trouvé chez un bouquiniste et qui me l'a offert. Je vais continuer à
publier quelques passages intéressants.



SAINT ETIENNE Claude 05/03/2014 11:17


Bonjour Taram, Toutes ces vues de l'expension territoriale de l'homme sont revues et corrigées, car arrivés là ou fini la terre (Finistère) il y avait les glaces qui reliaient le continent
Europeen à la future Amérique. Ce qui laisse dire maintenant que les néandertaliens  seraient passés de l'autre coté à pied sur des bouts de banquises qui dérivaient d'est en ouest. la
certitude d'abord, la preuve faite, maintenant reste à convaincre le monde scientifique qui depuis Pasteur n'a pas beaucoup bougé et pour ce qui est du darwinisme force est restée en Amérique
très conservatrice...

SAINT ETIENNE Claude 05/03/2014 00:43


Certainement goth ou wisigoth (des cousins) à toi.


Le prunier n'est pas originaire de France et pourtant à Agen! C'était les croisés.


N'oublies pas qu'à la fin du moyen âge non seulement il n'y avait plus d'arbres mais que l'on crevait la faim, du nord comme au sud d'ailleurs. Le commerce s'est donc développé et comme les
morues vivaient en surabondance dans les fleuves Amérindiens ce sont les Portugais qui l'on salée pour le transport.


Au milieu du XVIème tout comme les épices, les nouveaux fruits et légumes, la morue séchée et salée touchait la France entière, pas les côtes mais tous les étals et colporteurs. La patate aussi
d'ailleurs, mais pour la bonne histoire elle suivra "un retard".


Et qui a dit que les voyages ne servaient à rien?

N.L. Taram 05/03/2014 01:32



La légende de la brandade de morue dit que les vikings venaient par la Rhone jusqu'à Nîmes pour échanger de la morue séchée avec la couleur pourpre tirée principalement du murex.


Mais peut-être sommes-nous des descendants des Améridiens. Ce qui est sur, c'est que nous venons tous d'Afrique (quoique certains sont restés au néandertal)






Claude de Rostassac 05/03/2014 00:05


Bonjour Pierre,
Presqu'un conte
Tu nous laisses sur la faim!
Dommage qu'il n'y ait pas d'appareil photo!

N.L. Taram 05/03/2014 00:15



Bonjour Claude,
la suite prochainement.
J'ai pas eu le courage de réécrire le texte d'autant que j'ai publié à 23 heures.
Mais on ne pourra pas me reprocher une atteinte aux droits d'éditeur (+ de 70 ans), ce qui peux arriver quand on "pique" un texte ancien mais réécrit ou traduit récemment.
Ils n'avaient pas d'appareil photo, mais le tableau représentant la longue plage de Papenoo et au fond le plateau où j'habite, est moins connu que celui de la baie de Matavai, entre le Taharaa et
la pointe Vénus (je pense que ce tableau est de William Hodges qui accompagnait Cook lors de ce voyage, mais je n'en trouve pas la trace).
http://fr.wikipedia.org/wiki/William_Hodges



SAINT ETIENNE Claude 04/03/2014 23:01


Bonjour Taram, la loi de la sélection naturelle est impitoyable, pour les hommes l'épreuve de force pour captiver des reproductrices et pour la femme les musclees la protection et la
sécurité(maintenant l'intelligence et le pognon), qu'ils soient bleu, blanc ou rouges.... Quoique en petite partie seulement pour les changements ethniques, car la masse dans son ensemble reste
attachée aux valeurs du clan

N.L. Taram 05/03/2014 00:27



Bonjour Claude (Saint Etienne),


C'est vrai que généralement les populations restent attachées au clan. Toutefois en ce qui concerne la Gaule du sud, devenu Gaule narbonnaise, ensuite Septimanie, parfois Omeyyades, après
Occitanie, pour finir en Languedoc et maintenant en Languedoc-Roussillon... tellement de fois envahie, que je doute de mes origines. Mon dermatologue m'a demandé si j'avais des ancêtres irlandais
; possible, mais peut-être vikings. Connais-tu l'histoire d'une spécialité de Nîmes, la brandade de morue, alors qu'il n'y a pas de morue en Méditerranée ? (peut-être à Marseille )



SAINT ETIENNE Claude 04/03/2014 13:38


Comme quoi cette Tahitienne était plus en sécurité avec les marins Européens sevrés qu'avec ses compatriotes.


C'est curieux quand même cette culture du vol.

N.L. Taram 04/03/2014 19:25



Bonjour Claude,


bien vu pour l'histoire de la Tahitienne, mais j'ajouterai "en sécurité aussi avec les militaires du génie"


Je crois que chez tous les "naturels" qu'ils soient maohi ou autres, même européens, il y a ce désir de connaître la nouveauté. D'où ce mélange des ethnies que nous trouvons en Gaule/France...


Pour cette culture du vol, je pense que cela n'est pas du vol mais plutôt une culture du partage. Cela est bien fini maintenant...