GERRY MULLIGAN

Publié le par N.L. Taram

Mulligan-4.JPGGerald Joseph « Gerry » Mulligan, né le 6 avril 1927 à New-York et mort le 20 janvier 1996, est un musicien de jazz américain, saxophoniste baryton et soprano, pianiste, chef d'orchestre, compositeur et arrangeur.

Il est avant tout connu pour son jeu au saxophone baryton, léger et aérien, qui a marqué l'histoire du jazz. Son quartette sans piano du début des années 1950 avec le trompettiste Chet Baker est toujours considéré comme l'une des formations les plus importantes de l'époque du cool cool jazz. C'était également un arrangeur remarquable qui a travaillé avec des artistes aussi importants que Claude Thornhill, Miles Davis, Stan Kenton, entre autres.

 

Gerry Mulligan. (2013, juin 13). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 07:49, août 22, 2013 à partir de

 http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Gerry_Mulligan&oldid=94036097.

 

----------o----------

 

Le 18 septembre 1982, Gerry MULLIGAN place Tarahoi. JeanJo Scemla, de la Dépêche, titrait "UN GRAND MOMENT DE QUALITÉ".

(La Dépêche du 20 septembre 1982)

 

Mulligan-3.jpg

 

x Votre serviteur et son fiston

 

Le concert de Gerry Mulligan, samedi après-midi place Tarahoi, a tenu ses promesses. Le saxophoniste et sa petite formation qui avaient pris place tout normalement dans le kiosque municipal, ont interprété 9 morceaux devant un public heureux évalué à environ 600 personnes par les organisateurs.

Gerry Mulligan ponctuel et serein a attaqué avec une nouvelle et très belle composition : «Song for an unfinished woman». Disons tout de suite que si l'on avait un peu perdu le contact avec Gerry Mulligan, qui d'ailleurs donnait peu de ses nouvelles ces dernières années, on a retrouvé samedi dès les premières notes la célèbre sonorité du baryton comme si on ne l'avait jamais quitté. Sur la vaste esplanade de  Tarahoi, Gerry Mulligan ne pouvait pas s'imposer. Il s'est glissé dans la douce lumière se faufilant entre les groupes épars sur la pelouse pour les envelopper et tes captiver aussitôt.

 

 

Mulligan-5.jpg 

Incontestablement la musique de Gerry Mulligan est belle. A la faveur d'une certaine grâce rythmique, il aime entremêler tes voix, brouiller les lignes mélodiques/triompher de toutes les incompatibilités. A l'OTAC, vendredi prochain, nous serons dans de bien meilleures conditions pour apprécier la cohésion de la formation. Mais déjà ce premier concert nous a remis en contact avec la modernité de Gerry Mulligan. Les jeunes musiciens qui l'accompagnent (Richard   de   Rosa,  batterie, Mitchell Forman, piano, Frank Luther, basse) savent son habilité à doser tes sonorités. Sur scène, Gerry Mulligan est te patron. Il accélère te tempo de l'un ou calme tes ardeurs de l'autre.

Bref tout cela nous promet pour vendredi soir un autre moment de qualité qu'il faudrait être fou pour rater. Il est si rare qu'un musicien de ce talent vienne jusqu'à nous, qu'il faut espérer que la salle de l'OTAC sera ce soir là pleine à craquer.

Un dernier mot : samedi après-midi, M. Paul Noirot-Cosson, sortant de sa résidence est venu en voisin se perdre dans la foute.

 

Le 24 septembre 1982, Gerry MULLIGAN à l'OTAC, JeanJo titrait "UN CONCERT AU SOMMET".

 (La Dépêche du 27 septembre 1982)Mulligan-1.JPG

 

 

Tant pis pour les absents, mais il s'est passé quelque chose vendredi soir à l'OTAC où l'un des plus grands musiciens de l'histoire du jazz (prononcer seulement son nom vous donne le swing), Gerry Mulligan, donc a pris son public au sérieux en donnant avec élégance un concert magnifique.

Solidement accompagné à la basse par Frank Luther, au piano par le jeune et brillant Mitchell Forman, et à la batterie par Frank de Posa, Mulligan s'est livré à une très pure et très belle démonstration de son art devant un public ravi de quelque 300 personnes.

D'entrée on a vu que Gerry était venu pour se donner a fond et que ses musiciens étaient prêts à le suivre vers les sommets. Ce fut le cas aussitôt, en  effet, avec «Song for an unfînished woman»,    une nouvelle composition que l'on découvre pour la deuxième fois et dont le thème se révèle décidément aussi beau que celui de «My Funny Valentine». Qu'il serait bon de te réécouter quelquefois dans une radio. Le disque existe-t-il ? Mais on peut parier que vendredi soir, Mulligan en a donné l'une des plus belles versions.

 

RIGUEUR

 

 

Mulligan-2.JPG

 

Dès lors, il s'installait dans tes hauteurs pour ne plus tes quitter, Luther et Forman le rejoignant pour faire chorus.

Heureux de jouer et concentré, oubliant même très vite de présenter les titres des morceaux interprétés, Gerry Mulligan a montré tout le talent issu d'un travail rigoureux et d'une totale maîtrise technique. Celle ci le met au delà de la virtuosité le servant au contraire avec Sobriété et élégance dans des chorus inspirés ou bien pour rendre naturel tes contrepoints célèbres et inouïs qu'il sait jouer avec ses musiciens. La voix de Gerry Mulligan est bien l'une des plus mélodieuses du jazz. Avec sa sonorité, le long souffle du baryton, elle est aussi un chant unique qui traverse les époques. Bref, à la foi classique et actuel, Gerry nous a offert vendredi la démonstration de Mulligan. Le public ne s'y est pas trompé. Il lui a réservé une ovation. Les 300 personnes présentes faisant du bruit pour 800.

Ces applaudissements s'adressent indirectement à l'organisateur de ces concerts : Bernard Pollack, un homme qui a de bons amis et aussi de bonnes idées qu'il sait réaliser. Cela vaut bien un coup de chapeau ou un coup d'archet.

JeanJo Scemla

 

----------o----------

 

Je pense qu'il n'existe pas d'enregistrement vidéo de ces deux concerts, mais voici à peu prés les mêmes musiciens (+ une grande formation) et morceaux enregistrés à New-York en septembe 1980.

 "For An Unfinished Woman"

 

 

Gerry Mulligan - Five Brothers

Five Brothers par Gerry Mulligan à Stockholm en 1980
Gerry Mulligan (bs), Don Trenner (p), Peter Axelsson Sorvag (b), Ronnie Gardiner (dr)

Gerry Mulligan - Bernie's Tune

Gerry Mulligan - Out Back Of The Barn

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article