LEO FERRE

Publié le par N.L. Taram

 

La chambre poème de René Baër

 

 

 

http://youtu.be/QBIopJ5Br2k 

 

NID.jpg

 

 

 

http://youtu.be/wQwEXa7I7ag

 

PAUVRE RUTEBEUF
Rutebeuf (XIIIème) - Léo Ferré, 1955

Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés ?
Ils ont été trop clairsemés,
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte.
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta.

Avec le temps qu'arbre défeuille
Quand il ne reste en branche feuille
Qui n'aille à terre
Avec pauvreté qui m'atterre
Qui de partout me fait la guerre
Au temps d'hiver.
Ne convient pas que vous raconte
Comment je me suis mis à honte
En quelle manière.
Rutebeuf
Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte.
Le mal ne sait pas seul venir
Tout ce qui m'était à venir
M'est avenu.

Pauvre sens et pauvre mémoire
M'a Dieu donné le roi de gloire
Et pauvre rente
Et droit au cul quand bise vente
Le vent me vient le vent m'évente
L'amour est morte.
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta.

L'espérance de lendemain
Ce sont mes fêtes.

 

NI DIEU NI MAÎTRE

 

 

.

http://youtu.be/zp92AapPfUk

Publié dans Littérature

Commenter cet article