LE SERVICE MILITAIRE (6)

Publié le par N.L. Taram

Travail, soirées en boite, balades en montagne, pêche, baignades,... Les copains, les copines, les collègues de travail, les services pour l'armée, les lettres pour ma mère,...

"L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive ;

Il coule et nous passons !" (Lamartine)

 

Aorai 1965

(piste de l'Aorai)

 XI - Océanisation d'un petit soldat

 Je n'ai pas retrouvé mon ami d'enfance, Georges Trémoulet ; j'apprends par un ami commun qu'il est postier à Tubuai. C'est lui qui me retrouvera plus tard.

Ma mère m'envoie mes disques par petit colis ; dans quelques temps, j'aurai reconstitué ma discothèque à Tahiti.

 

----------o----------

 

Je reprends comme précédemment les lettres écrites à ma mère.

 

Le 03/04/1965 

"Chère maman,

... depuis le 1er avril, j'ai quitté mon bidonville et j'habite dans un joli "fare" (bungalow tahitien) tout neuf entre le camp et Papeete (en fait, une demi-lune du temps de l'armée américaine, sise chemin de l'hippodrome à Pirae)"

 

1965 Pirae 1 

 

Le 24/04/1965 

"... Dans une de tes lettres, tu me dis que je suis installé comme un bourgeois, c'est vrai sauf que je vis à la campagne et non dans une ville pleine de monde, de bruit et de véhicules..."

 

Le 2/05/1965 

"... Le 30 (fête de la légion "Camerone"), j'ai gardé le stand jusqu'à la fermeture à 23 heures..."

(Oh, le menteur ! je suis allé danser aux "Tropiques", dancing en plein air entre Papeete et Faa'a, avec deux amis, José (à ce moment-là civil mais qui travaillait avec moi en 1963 au chantier d'Arue) et Osmani (légionnaire que j'ai retrouvé en 1970 en Nouvelle-Calédonie) et quelques copines. Sur la photo ci-dessous, de gauche à droite, la tante qui surveille ses nièces, cachée par la tante celle qui mettra le grappin sur moi quelques jours plus tard et pour toujours (54 ans de bonheur * heart), ma pomme, Osmani, une cousine, une autre cousine, José. (*ajouté le 26/8/2020)

 

Camerone 65

 

EUG66-1Le 29/05/1965 

 

"... Bien sur, je ne regrette pas mon rengagement et ça serait à refaire, je referai pareil. D'ailleurs quelle différence y a-t-il entre l'armée et le civil ; moi, je passe dix heures au camp, mes copains passent huit heures, mais après ils vont faire le marché, la cuisine, etc... finalement, c'est moi qui ait le plus de temps de libre. Quand aux petits ennuis de service, je n'y attache aucune importance, il y a tellement de choses au dessus de ça. L'armée me sert à survivre (boire, manger, dormir) mais la tête est ailleurs. Physiquement, je suis entièrement militaire, mais moralement je suis toujours antimilitariste.... En ce moment, j'ai une jolie vahiné qui ne dit rien quand j'écoute mes disques de blues. Elle travaille le matin et l'après-midi, elle fait le ménage et la cuisine. Mais, bien entendu, ça ne durera pas longtemps (erreur profonde, 47 ans après ça dure toujours !)... Elle est très gentille mais elle a le défaut de ses compagnes : quand on va danser, pas moyen de rentrer avant la fermeture, c'est un coup de 3 heures du matin. Heureusement, elle ne boit pas une goutte d'alcool..."

 

Le 14/06/19651965 Pirae 4

 "... Au sujet "d'être gentil avec les vahinés", pour mon malheur, je suis justement trop gentil et ça pose parfois des problèmes quand les vahinés de mes amis veulent sortir avec moi (tiens donc ?)..."

 

Le 26/06/1965

 "... Cinq jours de pluies m'ont aussi handicapé pour mes affaires, sans compter la vahiné sur le dos à longueur de journée (sur le dos !!! je pense que ma mère aura compris :-) )

 

Le 17/07/1965

 "... En ce moment tout va très bien, le moral est au maximum, la santé est bonne, le travail intéressant, les copains sympathiques et la vahiné très gentille (elle craint la concurrence car la ville est envahie par des quantités de danseuses qui viennent des districts de Tahiti et de toutes les autres îles)..."

 

 Le 01/08/1965 

"... Bien sur, ici c'est toujours du camping, pas de cuisinière, de machine à laver, de frigidaire, de télévision,... mais il en faut si peu pour vivre et puis avec la "sieste" (hum !) une bonne partie de la journée, il reste peu de temps pour se servir de ces appareils..."

 

 

Le 08/08/1965EUG66-3

 "... A propos de ma prime d'éloignement, le ministère des armées m'a écrit, il a décidé de me reprendre ce que j'ai touché en trop la dernière fois, ce qui fait que je ne toucherai pas la 1ère fraction cette fois-ci. Je ne leur en veux pas, il faut bien qu'ils rattrapent les milliards gaspillés ici. J'ai justement la loi programme pour 65/70 sous les yeux, je te recopie quelques chiffres :

- Armes nucléaires....................  16 milliards

- Expérimentations...................     3,4 milliards

- Mirage IV...............................     3 milliards

- Sous-marin ........................      1,6 milliards

- Engins et fusées.....................     2,2 milliards

- Chars .....................................     2 milliards

- Véhicules, avions ..................     6 milliards

- Matériels marine....................     4 milliards

Le tout en NF bien sur et sans compter les dépenses militaires courantes..."

(Je commence à savoir qu'il est question de base nucléaire)

 

Anniversaire.jpgLe 17/08/1965

 "... Si tu as des ennuis financiers, vends les vignes car pour moi ça ne m'intéresse pas. Je n'ai pas de raison pour profiter du travail de mes prédécesseurs, nous devons partir à 0, voilà la base de la société..."

 

Le 22/08/1965

 "... Ces serviettes (genre celle que je t'ai laissée) sont importées pour les foyers de l'armée. Dans ta prochaine lettre, dis-moi si tu veux, malgré tout, ces serviettes qui sont importées ou des pièces de tissus "pareo" dont il existe une infinité de modèles..."

 

Je parle à ma mère de mon intention éventuelle de prendre un emploi civil à Tahiti mais après un congé en France.

 

----------o-----------

 

Je reprends le classement des lettres à ma mère pendant mon service militaire qui a quand même duré 5 ans. Surprenant pour un gars qui n'est pas très militariste (même pas du tout) ;  mais que ne ferait-on pas par amour ?

La  suite risque de devenir "routine" mais je relève quelques impressions et quelques anecdotes notables.

 

"J'aime mieux une pensée fausse qu'une routine vraie" (Émile Chartier dit Alain)

 

 

Rade Papeete

 

XII - Routine et prise de conscience

 

Je deviens un petit employé modèle : boulot, vespa, dodo... et sorties nocturnes moins fréquentes. Ma vahine travaille, elle a un solex, elle s'occupe du fare. Le fare est à Pirae, chemin de l'hippodrome à un kilomètre du camp d'Arue. Tous les midis, si je ne suis pas de service, je viens manger et ... au fare.

 

NEW-28

 

----------o----------

 Je reprends comme précédemment les lettres écrites à ma mère.

 

Le 02/09/1965 

"Chère maman,

... les copains ont profité de mon absence pour me siffler le pastis, mais c'est de bonne guerre.  Le pastis étant interdit à Tahiti, nous avons récupérer des extraits sur un bateau de Marseille et nous le faisons soit avec du gin, de la vodka ou du rhum blanc. Il est excellent et ne nous revient pas cher (la bouteille de rhum blanc coutant 600 francs français (anciens francs)..."

 

Le 14/09/1965 

Je demande à ma mère de m'envoyer mes disques par petits colis mensuels...

 

Lettre 14 08 1965

 

 Le 13/10/1965 

"... Ici, j'ai ce qu'il me faut et je ne manque de rien (à part de la pintade et du rosé celleneuvois, bien sur !)... Mon colocataire étant parti travailler à Hao, j'ai loué sa part du "Faré" à un copain nouvellement libéré et travaillant comme civil au C.E.P. ; c'est un grand amateur de "chanteurs de blues" et un excellent guitariste (Jean-Paul, si tu me lis, téléphones-moi)...

 

JP Vauche1JP Vauche2 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.... Mon rêve, après l'armée, c'est de travailler dans un district de Tahiti ou dans une île où il n'y a pas le CEP..."

 

Le 21/10/1965 

"... Les difficultés au travail viennent du fait que mon lieutenant chef de service est parti et que son remplaçant n'est pas encore arrivé, alors les autres en profitent pour semer la pagaille chez nous. Toujours la même histoire..."

 

Arue1966Le 26/10/1965

 "... Pour moi l'armée, c'est 1.500 engins et véhicules à comptabiliser quotidiennement ; pour mon chef de section, c'est un peu de poussière sur les armoires de la chambre dont je suis responsable..."

 

 Le 16/11/1965

 "... Je me demande ce que feraient les français s'ils savaient où passe leur pognon..." (sans commentaires)

 

 Le 07/12/1965 

"... Dimanche dernier, il y avait des élections : petits drapeaux, robes blanches et grand chapeaux de paille, tout le folklore, quoi ! Moi, pour pas manquer à la tradition, je suis allé à la pêche. Résultats : pas de poisson, 80% des voix pour 2 Gaulle, 30% d'abstentions.

Dans ta dernière lettre, tu me parlais de "choucroute" et de "petit colis de remède". Faute de remède, j'accepterais bien de la choucroute dans un bocal, ainsi que : pintades, pâté de grives, saucisson aux poivre, civet de lapin, etc... Je ne cracherai pas non plus sur quelques bonnes bouteilles de "coteaux celleneuvois" (ces coteaux que j'ai maintes fois parcourus et sur lesquels je retournerai un jour pour ne plus les quitter)..."  ("Quand reverrai-je hélas, de mon petit village, / Fumer la cheminée...", une larme...)

 

 (Celleneuve 1950, ma maison natale 2ème à partir de la droite) 

 

Le 14/12/1965 

"... Demain, on a la visite de quelques généraux qui viennent se balader à Tahiti avec le pognon des contribuables. La semaine dernière, c'était 2 colonels. Enfin ce qui me console, c'est de voir que certains en profitent et que tout n'est pas gaspillé..." 

 

Le 28/12/1965 (ma dernière lettre de 1965, j'hésite mais je vais quand même vous la passer en entier) 

"... Tout d'abord Noël, pour moi des congés comme les autres qui se sont passés assez tristement.

Le 24, le colonel avait décrété présence obligatoire de tous les militaires jusqu'à minuit ; tu parles ! cela a été assez mal reçu surtout de la part des s/officiers qui ont leur famille et leurs enfants ici. Bien sur, plusieurs ne sont pas venus, mais ça a jeté un froid. Nous, nous étions consignés du matin jusqu'à minuit, moi comme je ne travaillais pas l'après-midi, je suis sorti à midi, revenu à 22 heures et retourné chez moi à minuit (en plus, chez moi, il y avait "maman Noël", mais je ne le raconte pas à ma mère). Le 25, congé ---> pluie toute la journée, je suis resté au lit (avec maman Noël ) et j'ai écouté des disques ; j'ai mangé un ail avec un crouton de pain et du sel (je tiens cela de mon grand-père du Lot). Le 26, de garde au port du matin 7 h au lundi matin 7 h, , l'après-midi il a fait beau, je me suis baigné dans le port. Voilà le programme pas tellement marrant.

 

Garde Fare Ute2

 

 En plus de ça, le soir de Noël, j'ai été obligé de me mettre en tenue de sortie militaire ; c'était la première fois que je m'y mettais depuis que je suis revenu à l'armée : pantalon trop grand, chemise usée, épaulettes, écussons et fourragère empruntés à un ami qui était à l'infirmerie et galons absents parce qu'introuvables. Comme cadeau de Noël de la légion, surprise... une tenue de sortie en tergal (moi qui ne la mets jamais!). Sur le moment, je pensais la retailler pour en faire une chemise manches courtes et un short pour le travail (la seule tenue militaire que je mets quotidiennement). Puis ce matin, un gars m'a proposé de me l'échanger contre une montre qu'il avait eue comme cadeau, j'ai accepté. C'est une joli montre fabriquée sous patronage légion à Puyloubier (maison de retraite de la légion), 19 rubis, 2 ans de garantie. Je vais essayer de la changer au Foyer... " 

 

 

 Plus qu'un an à tirer (et 2 ou 3 épisodes de mon service militaire).

 

à suivre ....  LE_SERVICE_MILITAIRE_7

Publié dans Histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

thierry balouzat 11/04/2019 16:05

je suis a la recherche de photos de militaires de 1965 a 1966 a Tahiti ce sont des photos de mon pere Gilles Balouzat ne le 25.05.46 merci de me contacter thbalouzat69@gmail,com

N.L. Taram 11/04/2019 20:29

Bonjour Thierry,
les rares photos que j'ai pu faire durant cette période, figurent toutes dans mes articles "Le service militaire". J'ai été militaire à Tahiti de 1965 à 66, dans le Génie, détaché avec la légion (5ème RMP). Dans quelle arme était ton père ?
Tu pourras trouver des textes et des photos sur le forum "Les cobayes de la république" >>> http://www.lescobayesdelarepublique.org/forum
Un travail de recherche assez long, il existe depuis 2005 et il y a 323 membres et 5693 sujets. Il faut s'inscrire et se présenter. Bonne recherche, amicalement...