L'ermite de Papenoo

Publié le par NL.Taram

Mon-ermitage.JPG

Dernièrement, un ami me disait :

- Alors l’ermite ! Tu sors jamais de ton trou ? Tu n’aimerais pas aller quelque part ?

- Mais où aller pour être mieux que chez moi ? Chez moi à Papenoo, plateau Atohei, à 50 mètres d’altitude, face au nord et au soleil levant, les nuits y sont fraiches grâce au hupe, les odeurs et les bruits y sont uniques : odeurs de cuisine, de cochons, de fleurs, bruits du vent, de la pluie, des chiens qui aboient, des chants qui montent du temple en bas dans la plaine côtière, du bruit de la mer aussi, du vieux truck qui peine à monter la côte… Enfin de la vie, quoi !

 

I Te Hora Piti par Mariterangi 

 

DSC01923

 

Là, tout n'est que désordre et contraste,
Parcimonie, exubérance et ascétisme.

 

 

Le jardin est affolé, broussailleux, sauvage ; Derrière des branches mortes et des feuilles fanées, des trésors apparaissent, des poules s’enfuient en caquetant. Les oiseaux ne sont pas gênés de ce désordre, au contraire, ils jouent, se bagarrent, se nourrissent, s’aiment. Tous les soirs à la tombée du jour, je surveille un couple de u’upa  sur le ylang-ylang, ce sont les derniers survivants de la société de consommation.

 

 

Dsc01844

Rose de porcelaine

Et puis, dans ma hutte, à l’étage,  il y a des livres sur les étagères, des disques en quantité, des CD et autres DVD et tout ce nouveau matériel qui ouvre une fenêtre vers le monde. Sur les murs, des photos d’artistes, des tableaux (ou plutôt des reproductions ), des cartes postales et autocollants se disputent la place, vieux souvenirs de mes « batailles ». Dans un coin, sagement, roupille une guitare dont je n’ai jamais su me servir, mais aussi deux claviers qui, grâce à l’aide de l’ordinateur, me font rêver « j’aurais pu être un artiste… ».

 

Studio 4

 

Enfin, un grand lit toujours défait et prêt à m’accueillir…

NID
 

Voici des tapis d'ambition

Voici des tentures de rêve
Voici qu'un rideau se soulève
Sur un chevalet d'illusions
Voici des coussins de serments
Couvrant des fauteuils de promesses
Et puis des colliers de tendresse
Et des bouquets de sentiments
Voici le mirage de l'Art
Voici des songes en rasades
Le divan de Schéhérazade
Et le clavecin de Mozart.

(La chambre – R.Baer)

 

 

Il y a aussi le petit fare, au milieu de la verdure, avec son vieux sommier pour de petites siestes au moment de la grosse chaleur de la mi-journée. Avec son fauteuil et son petit bureau devant la fenêtre, d’où l’on aperçoit au travers des opuhi et oiseaux de paradis… le bleu de l’océan. Je me laisse aller à la rêverie.

Papenoo-9h40.jpg

 

Et tu voudrais que j’aille ailleurs ? Là, où il y a des voitures, du bitume, des immeubles ou alors des îles perdues, minuscules, où tout le monde se connait et se surveille, où il n’y a que du sable et de l’eau, où je ne pourrai pas trouver le dernier CD de Keith Jarrett, où je ne dégusterai pas des pizzas aux anchois et aux câpres,….

Non, je suis très bien à Papenoo !

Enfin, hum !….. J’essuie une larme…

Quand reverrai-je, hélas! de mon petit village

Fumer la cheminée, et en quelle saison

Reverrai-je le clos de ma pauvre maison...

(Du Bellay)

 

 

Les Junies

 

Les Junies, Lot - village de ma mère 

 

Un peu trop loin, je n’ai plus le courage de remonter à la source.

Dernièrement, ma petite fille a rallumé le feu dans la vieille cheminée, la relève est assurée.

 

 

Les Pradiers

 

Je peux aller dormir tranquille…

 

TANA PARAU
 
Ah, j’oubliais… Il y a aussi le rez-de-chaussée de mon cabanon : La cuisine, bien sur, avec son fouillis, ses odeurs d’huile d’olive, de poisson cru, de uru cuisant sur le réchaud et de… cassoulet. Mais ce qui me plait le plus, ce sont ces quantités de paniers, de chapeaux, de tressages, de colliers, de robes, de robes, de robes, une pièce remplie de robes, un vrai musée, Dior peut aller se rhabiller…

Et ma petite chienne Ina Ina, surnommée Foldingue et mon chat Rouquinas, feignant, toujours affamé, bagarreur. Que deviendraient-ils sans moi ? …

 

Ina Rouquin

 

EUG65-3

 

 

Heu !!! et Maiarii, ma compagne depuis 47 ans… ça laisse des traces.

 

Notes :

Hupe, vent de la montagne.

U’upa, pigeon forestier au plumage vert.

Fare, maison.

Opuhi, fleur (amonum cevuga).

Uru, fruit de l’arbre à pain.

 

(Code recherche : DIVPAP)

Publié dans POLYNÉSIE, Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Paul Vimare 12/10/2018 05:01

Merci Pierre pour ton article.. Une bien belle famille.. Le Hupe, vent de la montagne, dès qu'il tombait, on revenait vite fait de la pêche. Bien à toi...

N.L. Taram 12/10/2018 05:41

Bonjour Jean-Paul et merci de ta visite. Cet article a déjà 5 ans et le temps passe... Je me pose plus de questions et j'attends.... Amitiés

TevaTamahine 28/05/2015 08:50

La nostalgie est inévitable en fonction de l'humeur certains jours mais j'ai eu l'occasion une fois de revenir sur les lieux de mon enfance plus 20 ans plus tard et en fait j'ai été déçu de constater les bouleversements. Tout va trop vite surtout quand tu n'a pas assisté quotidiennement aux changements. Au final retourner en arrière n'apporte rien mais les souvenirs existent et il faut garder les meilleurs.

N.L. Taram 28/05/2015 09:26

Je suis retourné dans mon pays natal 18 ans après l'avoir quitté. J'ai, moi aussi, été déçu par "ma" ville (50.000 hbts à mon départ, 300.000 à mon retour). Par contre quand j'ai retrouvé la ferme de mes grands-parents 25 ans après ma dernière visite... immuable. Ce fut la plus grosse émotion de ma vie >>>
http://www.tehoanotenunaa.com/article-retour-vers-le-passe-119430623.html

TevaTamahine 27/05/2015 22:15

Salut Pierre, j'aime bien ta vision des choses. Pourquoi aller voir ailleurs ? J'ai vu Venise et pourtant je préfère mourir à Tahiti.

N.L. Taram 27/05/2015 22:43

Bonjour Teva, cela a été ma vision depuis que je vis à Tahiti (52 ans en juillet prochain). Mais avec l'âge, les souvenirs anciens remontent à la surface et j'ai, bien sur, de la nostalgie. Mes articles "Souvenirs" sont de plus en plus fréquents...