POEMES OCCITANS

Publié le par N.L. Taram

   MOUNTSEGUR
SOUNET
 
Montségur ! Golgotha de la patrie romane.
Napoléon PEYRAT.
 
0 sant recatadou de nostris guerrejaires,
Qu'Esclarmoundo ajouquec ala-naut, prep del cel ;
0 Thabor des faidits, chivaliés e trouvaires,
Es encaro quilhat sus toun fier roucatel !
 
De nostro glorio d'Oc, ô glorious toumbel !
Tas parets an rajat la sang de nostris paires.
E, bey, escabassat, veuse de toun cranel,
De l'âmo del Miedjoun portos le dol as aires.
 
Mais, aprets sies cents ans, verdejo l'oulivié
Sul cendrum des Martyrs ; e l'escur debrenbie
A mes soun abrigalh sus tant d'ourrousos causos.
 
Mentre que, sus ta crinco, anturous, toutjoun fier,
Tu semblos dire al Tems, al trouneyre, à l'hiver :
« Moun roc es etcrnal, té : Toco-y se gausos ! »
 
AUGUSTO TEULIÉ
 
 
Montsegur.pg.jpg
 
Une traduction personnelle :
 

MONTSEGUR (sonnet)

 

Ô sans protection de nos guerroyeurs,
Qu'Esclarmonde  perchée là haut, prés du ciel ;
Ô Thabor des faidits, chevaliers et trouvères,
Tu es encore debout sur ton fier rocher !


De notre gloire d'Oc, ô glorieux tombeaux !
Tes murs ont coulé le sang de nos pères.
Et, bien, décapité, veuf de ton sommet,
De l'âme du Midi porte le deuil de ton allure.


Mais après six cent ans, verdoie l'olivier
Sur les cendres des Martyrs et l’obscur oubli
Je me suis abrité sous tant d'heureuses choses.


Montre que, sur ta crête autoritaire, toujours fière,
Tu sembles dire au Temps, au tonnerre, à l'hiver :
 « Mon rocher est éternel ,tiens: touches-y si tu oses ! »

 

 AUGUSTO TEULIÉ - 1905

 

Un article bien documenté sur le château de Montségur sur Wikipedia :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Monts%C3%A9gur

 

 

langue-occitane.jpg

 

Hymne occitan
SE CANTA
 
1. Dejós de ma fenèstra
I a un aucelon
Tota la nuèch canta
canta sa cançon.
 
Refrain
Se canta que cante
Canta pas per ieu
Canta per ma mia
Qu'es al luènh de ieu.
 
2. Aquelas montanhas
Que tan nautas son
M'empachan de veire
Mas amors ont son.
Refrain
 
3. Baissatz-vos montanhas
Planas, levatz-vos
Per que pòsque veire
Mas amors ont son.
Refrain
 
4. Aquelas montanhas
Lèu s'abaissaràn
E mas amoretas
Se raprocharàn.
Refrain
En français :
 
1. Sous ma fenêtre
Il y a un oiselet
Toute la nuit il chante,
Chante sa chanson
 
Refrain
S'il chante, qu'il chante,
Il ne chante pas pour moi,
Il chante pour ma mie
Qui est loin de moi.
 
2. Ces montagnes
Qui sont si hautes,
M'empêchent de voir
Où sont mes amours.
Refrain
 
3. Baissez-vous, montagnes,
Plaines, dressez-vous,
Pour que je puisse voir
Où sont mes amours.
Refrain
 
4. Ces montagnes
S'abaisseront bientôt,
Et mes amoureuses
Se rapprocheront.
Refrain
 
La Copa (Frédéric Mistral)
 
Provençaus, vaicí la copa
Que nos ven dei catalans :
A de rèng beguem en tropa
Lo vin pur de nòstre plant !

repic
Copa santa,
E versanta,
Vueja a plen bòrd,
Vueja abòrd
Leis estrambòrds
E l'enavans dei fòrts !

D'un vièlh pòble fièr e liure
Siam bensai la finicion ;
E se tomban lei felibres,
Tombarà nòstra nacion.

repic

D'una raça que regrelha
Siam bensai lei promiers greus ;
Siam bensai de la patria
Lei cepons e mai lei prieus.

repic

Vueja-nos leis esperanças
E lei raives dau jovent,
Dau passat la remembrança
E la fe dins l'an que ven.

repic

Vueja-nos la coneissença
Dau verai e mai dau bèu,
E leis autei joïssenças
Que se trufan dau tombèu.

repic
 
Vueja-nos la Poesia
Pèr cantar tot çò que viu,
Car es ela l'ambrosia
Que tremuda l'òme en dieu.

repic

Pèr la glòria dau terraire
Vautres enfin que siatz consents,
Catalans de luenh, ò fraires,
Comuniem toteis ensems !

repic

 
En français :
Provençaux, voici la coupe
Qui nous vient des Catalans.
Tour à tour buvons ensemble
Le vin pur de notre cru.

refrain
Coupe sainte
Et débordante
Verse à pleins bords,
Verse à flots
Les enthousiasmes
Et l'énergie des forts !

D'un ancien peuple fier et libre
Nous sommes peut-être la fin ;
Et, si les félibres tombent,
Tombera notre nation.

refrain

D'une race qui regerme
Peut-être sommes-nous les premiers jets ;
De la patrie, peut-être, nous sommes
Les piliers et les chefs.

refrain

Verse nous les espérances
Et les rêves de la jeunesse,
Le souvenir du passe
Et la foi dans l'an qui vient.

refrain

Verse-nous la connaissance
Du Vrai comme du Beau,
Et les hautes jouissances
Qui se rient de la tombe.

refrain

Verse-nous la Poésie
Pour chanter tout ce qui vit,
Car c'est elle l'ambroisie
Qui transforme l'homme en Dieu.

refrain

Pour la gloire du pays
Vous enfin qui êtes consentants nos alliés,
Catalan, de loin, ou frères,
Tous ensemble communions !

refrain


 
La lenga de nòstre Païs
 
Mas perqué, perqué
M'an pas dit a l'escòla
Lou noum de moun Païs?
Qu'aviâ tuat moun Païs
La lenga de moun Païs ?
La lenga de nòstre Païs?
(Claude MARTI)
Te reo i tô tåua Fenua *
 
Rå nô te ahu, nô te ahu
E parau huna i te fare ha'api'ira'a
Te oha tô'u Fenua
Nå råtou taparahi tô'u Fenua
Te reo i tô'u Fenua
Te reo i tô tåua Fenua
(* reo Tahiti : langue tahitienne)
 
La langue de notre Pays
Mais pourquoi, pourquoi
Ne m'ont-ils pas dit à l'école
Le nom de mon Pays ?
Qu'ils avaient tué mon Pays
La langue de mon Pays ?
La langue de notre Pays ?

 
«La langue n'est pas primordiale, ce n'est que le véhicule de la pensée, l'important ce sont les idées... » N.L. Taram
 
  

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article