NOTRE CHOIX : BÉTON OU TARO ?

Publié le par N.L. Taram

Bon, le choix est fait, il n'y a plus qu'à attendre...


Dans quelques années,
- ou notre économie sera du niveau de la Nouvelle-Calédonie, voire d'Hawaii,
- ou au niveau d'Haïti................. dont nous nous rapprochons actuellement.

 

 

Alors béton ou taro ?

 

NOTRE CHOIX : BÉTON OU TARO ?

..........

Le chantier nécessitera l’emploi cumulé d’au moins 10.500 personnes, dont 4.300 pour le gros œuvre et 2.800 pour les corps techniques, et au moins autant pour l’exploitation. Avec une superficie totale de 870.000 m2 de parking et de surface couverte, le projet est estimé à 251 milliards, dont 17 milliards sont consacrés à la construction d’un SWAC pour assurer la climatisation du complexe grâce à l’eau froide des profondeurs. 

 

See more at: http://tahitinews.co/tahiti-mahana-beach-le-jury-choisi-le-projet-hawaiien-du-group-70-international/#sthash.QDe86jN2.dpuf

 

NOTRE CHOIX : BÉTON OU TARO ?

TARO -

 

Source : "Politique Agricole pour la Polynésie Française - 2011/2020"

Production actuelle : 200 tonnes/an.

Objectif  pour 2020 : 2.400 tonnes/an.

 

Lire le document cité comme source. Il est question de la situation en 2010 et il propose un cadre pour accompagner l'agriculture de demain dans sa dimension stratégique.

Il concerne la filière "Maraîchère" (17 légumes), la filière "Fruitière" (13 fruits), la filière "Vivrière" (7 produits traditionnels), les filières "Cocotier", "Vanille", "Café", "Horticole", "Forestière", "Avicole", "Porcine", "Bovine", "Apicole", "Caprine" et "Cunicole".

 

Je pense que ce document intéressant doit être disponible au Ministère de l'Agriculture ou au Service de l'économie rurale.

 

Publié dans Economie PF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

wakrap 21/07/2014 05:51

Bonjour Pierre,
Ah, pour te répondre je dirai que nous aurons les deux, le béton et plus que le taro pour pouvoir rembourser. Pour l'instant ceci n'a aucun sens. Nous somme face à un projet qui représente les 3/4 du PIB de la Polynésie et bien 2 ou 3 fois son PIB marchand.
Bref, ce niveau rend le projet de fait hors des mains de la Polynésie et tout entier aux mains des investisseurs, si l'on en trouve prêts à se lancer dans un tel pari.
En l'état, c'est du niveau du Concorde, du TGV, du Minitel, de TDF1(pour ceux qui se souviennent des normes D2Mac/PAQUET http://www.ebay.fr/itm/Megahertz-N-45-D2-Mac-paquet-television-de-demain-Antennes-Yagi-decodeurs-3e-gen-/290845837201), un beau et magnifique machin économiquement du niveau de oui-oui qui a reçu mako investissement à noël.
Patientons en attendant un business plan complet avec les touristes, mais bon, là, à 75 ou 80% du PIB je vérifie le bon état de mes valises, pour la première fois.

N.L. Taram 18/06/2017 19:48

Notre gouvernement local n'a pas retenu la leçon de Michel Rocard (Qui paye, contrôle). Á vouloir imposer nos règlements absurdes aux investisseurs... ceux-là ont taillé la route.

Didier MOREAUX 18/06/2017 11:54

Qu' en est il de ce projet et au cas où , combien cela e t il coûté au territoire ?

N.L. Taram 21/07/2014 06:35

Bonjour Wakrap et merci pour ton commentaire.
J'ai déjà lu une partie de tes arguments sur Tahiti-infos. En ce qui concerne ce projet "béton", j'ai cru comprendre qu'il n'y aurait aucun endettement de la part du Pays, les investisseurs (qui seraient déjà connu ? les chinois ??) se chargeraient de rentabiliser leurs affaires ; disons, la même chose que le projet chinois mais avec deux (voire trois) origines différentes De toutes façon, c'est une nouvelle sorte de colonisation...
Mais avons-nous le choix ? Avec le projet chinois (promoteur, investisseur, gestionnaire, agence de tourisme et ligne aérienne), je craignais le risque de "mettre tous nos œufs dans le même panier".
Personnellement, j'aurais préféré procéder par étapes... dont le projet français me seyait mieux.