LA MEMOIRE COURTE (réponse)

Publié le par N.L. Taram

L’article précédant « La mémoire courte » a donné lieu à quelques commentaires intéressants. Voici celui de mon ami Claude :

Bonjour Taram,

 L'esprit de synthèse et d'économie n'est pas au programme, nulle part. Nous marchons sur la tête.

Départements

 Avant nous avions un conseil général par département avec à sa tête un préfet qui appliquait la loi et gérait le budget, aidé d'un conseil d'élus (un par canton) pour les priorités, les affectations et les demandes nouvelles. Maintenant, en plus, car nous avons conservé l'ancienne structure, nous avons un conseil régional regroupant plusieurs départements, une pléthore de conseillers qui s'occupent plus de la découpe des zones politiques en vue des prochaines élections que du terrain. Le chef est un mini président de la république (avec la pompe y afférent). Ils ont partagé le boulot entre copains et à ce titre ont créé des syndicats (eau, électricité, transports etc....) chaque syndicat étant lui aussi divisé (avec le copain adéquat à la tête) pour l'eau il y a la distribution, la qualité, le recyclage, les réseaux enfouis etc....paysd'augenormand

 

 Maintenant on parle de diviser encore les attributions : pour nous, il y aurait encore un nord pays d'Auge et un sud ?...Encore une mini mairie, une secrétaire et un photocopieur tout en oubliant pas la voiture de fonction et le représentant margé environ 3 000 €. Combien de postes de ce type là ont été créés dans un endroit qui auparavant se débrouillait tout seul en clôturant avec des comptes excédentaires. Combien de ces types, devenus intouchables (ils le croient eux), mélangés au moins à trois de ces "responsabilités" se partagent un gâteau de frais de fonctionnement sans s'occuper du travail à faire, sauf ces interminables palabres qui n'avancent à rien.

 

eau-robinet

Rien que sur l'eau, aucune mesure sérieuse de faite et quand elles le sont, s'il y en a les résultats sont tus  par ces pseudo autorités qui n'y connaissent rien. Les particuliers et les maires restent dans l'ignorance la plus totale. Exemple: 0.10 seuil limite autorisé pour les nitrates…. 0,7 de constaté.

Dans cette constatation ces types appellent le 0.10 qualité, et prétendent que après ce n'est plus de la qualité, ce n’est pas bien mais on améliore tous les jours... On a le droit de la consommer "par dérogation".

Effarant, des femmes enceinte, des nourrissons boivent une eau saturée de pesticides, de nitrates, de médicaments et plus grave d'aluminium sous le couvert de ces types qui sans cessent remettent en questions leurs salaires mais aucun de ces "responsables" n'avait eu l'idée de mesurer le radon dans un pays ou l'on sait qu'il existe (gaz chargé de particules nucléaires). Un journaliste, avec l'aval de la CRIAD, a trouvé 27 000 Bq alors que le seuil est de 1 000 Bq. Ces types qui n'ont pour seules connaissances que la soumission à leurs copains bien placés, ont pour toutes réponses "nos grands parents buvaient cette eau avant", ne paniquons pas.

Un rappel au passage de la certitude des tirs propres que tu connais si bien.

 

15822 une-senat2

Voilà nos institutions en France, celles dont nous sommes fiers et voulons exporter le modèle (chez vous entre autre). Y'en a quand même qui manquent pas d'air.

Chauffeur de bus

Il est bon de savoir, (il s'agit d'une anecdote) qu'ici on a refusé la titularisation d'un chauffeur modèle (de car), 18 ans de service (donc emploi précaire), ne refusant aucun travail supplémentaire, même celui de faire les poubelles etc... Et cette titularisation on l'a donnée à une nouvelle venue (6 mois d'ancienneté) et l'on vient de découvrir maintenant qu'elle n'a même pas le transport en commun pour conduire un car scolaire.... Tu vois Taram, nous aussi on crève de cette gestion aussi débile qu'inefficace mais chère.....Très chère

Claude SAINT ETIENNE

 

Bonjour Claude,

Au début de ton texte, je croyais que tu parlais de la Polynésie... Ben non c'est de la France !

Qu'est ce que ça y ressemble... Tu vois, pour une fois, nous avons suivi le "bon exemple" du bwana  ou plutôt 1976.jpg 

 

En fait ce commentaire était adressé à Christian, mais je l'ai piqué pour en faire un article. Excuses-moi Christian... 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SAINT ETIENNE Claude 20/05/2010 10:11



Bonjour à tous, en réalité je ne suis pas un timoré, j'avoue même ne pas être très écolo et hélas pas très regardant. Mais je lis et regarde tout ce qui
passe. Après sélection ou visualisation je me trouve quand même interloqué par le laissé faire, la gabegie et le manque d'intelligence dans la gérance des choses normalement simples.


Comme quoi depuis l'époque de la bombe propre on me fait toujours avaler ce que l'on désire, je suis donc manipulé et influençable par manque d'intérêt
ou plus exactement parce que, je crois naïvement ce que l'on me dit. Il est vrai que de mon côté je suis un perfectionniste dans mon travail et je pense naturellement que les autres sont et font
comme moi.


Mais quelquefois le bon à tondre ouvre les yeux, et se rebiffe avec d'autant plus de hargne, qu'il est sur d'avoir en face de lui des gens de
mauvaise foi, des menteurs, des spolieurs de la pire espèce, des arrivistes au service de la mafia du dollars ou de celle de l'euro. D'ou, tous les avatars mis en place par nos dirigeants,
avatars destinés à mieux nous asservir.



alain corre 20/05/2010 03:29



trop d'info tue l'info et l'on s'en désinteresse, mieux avant ? je ne sais pas on était moins nombreux et la politique ne devait interresser que les hommes de bien.


alain



N.L. Taram 20/05/2010 04:11



Surement pas mieux avant... Quand les gens ne comprenaient pas, c'était la volonté divine. Maintenant nous sommes 1,1 milliard a ne plus croire en dieu (quant aux autres c'est par habitude), donc
nous nous posons des questions et nous devenons pessimistes.


"Je
voudrais avoir la foi, la foi de mon charbonnier,
Qui est heureux comme un pape et con comme un panier" (G.Brassens)



alain corre 20/05/2010 01:31



moi aussi en le lisant je me sentais bien ici, toujours plus, où l'homme pourra encore aller, jusqu'à total destruction


alain



N.L. Taram 20/05/2010 02:11



Bonjour Alain,


Je me demande si par le passé c'était mieux. Quand on lit l'Histoire, on s'apperçoit que l'homme n'a pas beaucoup changé (la femme non plus d'ailleurs ). En plus maintenant, le moindre petit "truc" est médiatisé à fond... est-ce un bien ou un mal ?


Peut-être vaudrait-il mieux ne pas savoir....



christian Penilla y Perella 19/05/2010 12:43



Claude , sais tu que certaines bouteilles plastique sont dangereuses . Les produits chimiques ( affaire des palettes de transport traitées avec un fongicide ) peuvent y pénétrer . L'affaire des
déjections de rats ayant souillé des bouteilles plastiques contenant de l'eau de boisson . Le fait que les bouteilles plastiques mal aérées aprés fabrication contiennent encore des vapeurs de
chlore . D'autres machines n'aèrent même plus les bouteilles avant de les remplir . J'ai professionnelement travaillé sur ces machines . Mais , rendement oblige  ! ! ......
Et l'eaux du robinet de certaines régions est plus potable et bien moins chere que les eaux vendue en bouteille  ( voir Science et Vie )



christian Penilla y Perella 19/05/2010 12:30



Claude , bonsoir .


Je vais faire encore de l'histoire " fast food ", en supper court , il y a tant à dire .


      Dans les années 70 j'étais conseiller municipal à Faa'a , Tahiti . L'étude de l'alimentation en eau de la commune par une autre commune celle de Punaauia était en
cours . Tout a été arrêté pour remplacer cette alimentation en eau par des stations de pompage dans la nappe phréatique en profondeur pour donner du travail à une société française qui commençait
à en manquer . Tout cela au frais de l'Etat français . Même il a été promis que le courant électrique pour faire marcher ces pompes serait payé par la France . Montant des premières factures
douze millions francs pacifique ( 12 000 000 fcp ) par an . Promis , juré , pas à la charge de la commune de Faa'a . Au bout de trois ans la commune n'était plus remboursée par la
métropole . Aujourd'hui nous payons cent quarante millions ( 140 000 000 fcp ) par an d'électricité alors que ces pompes pourraient être arrétées et nous aurions de l'eau à moins cher à acheter à
la commune de Punaauia . Qui comprendre , pourra ! ! ! . Le projet arrêté par l'Etat de la fourniture d'eau par la commune de Punaauia dans les années 70 a  été repris bien plus
tard à un montant des travaux à bien plus cher et nous fourni sans problème de l'eau à bien moins cher que les pompages maintenus jusqu'à ce jour .


      Cerise sur le gateau . En premier au bout de quinze jours le pompage de Vaitupa trop prés du lagon , pompait de l'eau de mer , il dû être arrété définitivement . En
second le pompage de Nuutania donnait une eau chargée en pesticides et contenait un taux d'arcenic ne la rendant plus consommable . Il ne faut pas oublier que pendant trés long temps les hauteurs
de Faa'a était la zone où il y avait le plus de maraichers en Polynésie .  Le pompage devait être aussi tôt arrété . Mais sous la pression de la demande la pompe a été remise en marche et
l'eau était redevenue par miracle consommable . Ce qui n'était pourtant pas le cas d'aprés les nouvelles analyses faites . Pour cette affaire j'ai été court , il s'était greffé d'autres affaires
tout aussi scandaleuse comme le problème de l'entretien à une certaine époque .


     Claude nous avons de multitudes affaires semblables en Polynésie . Je sais que cela ne peut te consoler . 



SAINT ETIENNE Claude 18/05/2010 13:52



Ici c'est le binz, désolé,  mais c'est bien le mot approprier.


 On se demande à quoi sert le conseil Régional puisque, à l'origine, créé pour remplacer le conseil général et les tâches administratives des
préfectures ces derniers se sont au contraire développés. De plus, tous les jours ou presque, de nouvelles structures ou commissions  sont mises en place. Et je ne connais pas tout.


L'Electricité: syndicats (ou autres dénominations), pour les lignes aériennes, souterraines,
dessertes locales, grandes distributions, éoliennes, hydrauliques, solaires....


Partout de grands bâtiments rivalisant quelques fois même dans la médiocrité du style architectural, mais pas dans leur coût. Puis d'autres plus
petits, et encore d'autres, plus petits encore. Les voitures, le faste... A Rouen mais aussi partout en France, un type est occupé chaque semaine a changer les rideaux de la salle de réception le
reste du temps il les portent au lavage. Un autre s'occupe des gâteaux lors des réceptions, puis un autre du champagne. Ils n'ont que cela à faire sans autre travail et trouvent encore le moyen
de faire des heures supplémentaires et d'être considérés comme indispensables.


 D'autres abus, dans une petite ville que je traverse. Une rue, disons de plusieurs milliers de passages jours, s'est vue mettre un stop pour
laisser la priorité à un chemin bordé par quelques maisons(qui s'est trouvé goudronné pour l'occasion), alors que ce stop placé en biais à cet endroit, oblige le conducteur à avancé
dangereusement pour voir s'il y a un véhicule d'engagé sur le dit chemin. Explication que j'ai eue depuis, un de ces "fusibles" y réside.


Ils font ce qu'ils veulent.


 


En dehors de tout ça, des organismes de recherches font quand même leur travail (heureusement) mais avec
l'aval de ces commissions qui accordent aux chercheurs les fonds dont ils ont besoin.


Ex: un labo trouve une concentration anormale de 1234 particules d'aluminium dans l'eau de boisson, ( seuil à ne jamais dépasser 200). Ce labo met
formellement en évidence cette énorme concentration avec la maladie d'Alzheimer. Les "fusibles"  trouvent eux qu'il ne faut pas lancer des affirmations pareilles et continuent
leur désinformation. Le lendemain le directeur de ce labo affirme au jt de 20 heures, qu'il ne faut pas tirer des conclusions hâtives et qu'il y a eu emballement. Il nie ses propres travaux, ceux
de ses collègues et ceux des éminences internationales, pourquoi?... Parce que les crédits pour ses recherches sont dispensés par toutes ces commissions aussi occultes qu'administratives qui ont
à leur tête les copains des copains. Plus personne n'est responsable, chacun est le fusible de l'autre et pourtant, personne n'est élu par nous, sauf les conseillers régionaux et généraux.


Qui s'élève contre cet état de fait ou même porte plainte?... A ma connaissance une petite association a eu gain de cause contre la SAUR qui puisait
son eau dans un marigot, nitrites et pesticides à gogo (la SAUR, gros distributeur d'eau)  sur quelques centaines de milliers de personnes concernées, seules 11 familles ont
intenté un procès et obtenu une trentaine de milliers d'euros au titre de dédommagement pour les bouteilles d'eau achetées et encore, sur factures. Aucune de ces structures administratives n'a
été inquiétée alors que toutes les autorisations et les contrôles de A à Z  dépendent de celles-ci.


J'ai pris l'exemple de l'eau mais il est vrai que tous ces gens qui occupent des postes clés de par leur manque d'initiative, de savoir, pire, de
leur incompétence, ces gens ne font pas évolué les choses dans la bonne direction, mais sont des freins. Nos eaux contiennent de plus en plus de produits chimiques qui contaminent flores et
faunes tant en surface qu'en milieu aquatique, des œstrogènes libérés depuis des années (la pilule) rendent les femelles et les mâles stériles, des espèces de poissons disparaissent, quelques
fois même, sans que ces pseudos responsables le sachent car ils ignorent souvent de lire les rapports qu'ils ont eux même indirectement cautionnés.


Mais à l'heure ou les anti-dépresseurs se retrouvent eux aussi en grand nombre dans notre eau peut être que nous n'auront plus besoin de nous soigner
puisque personne ne fera plus de dépression. Un mal pour un bien?


En tous cas, le "responsable" que je connais ne fait pas confiance à l'eau qu'il affirme pourtant être saine, mais lui achète ses bouteilles
individuelles au rayon du commerce local