LE 25 DÉCEMBRE, MITHRA

Publié le par N.L. Taram

Un petit rappel de l'Histoire...

mithra

Mithra, le Dieu-Soleil de Perse

 

L'histoire de Mithra précède la fable chrétienne d’au moins six cent ans. D’après Wheless, le culte de Mithra était, peu avant l’ère chrétienne, le plus populaire et répandu des religions ‘paiennes’ de l’époque. Mithra a les caractéristiques suivantes en commun avec le Christ:

- Mithra est né d'une vierge le 25 décembre. 

- Il était considéré comme un grand professeur et un maître itinérant. 

- Il était appelé "le Bon Berger." 

- Il était considéré comme "la Voie, la Vérité et la Lumière." 

- Il était encore considéré comme "le Rédempteur," "le Sauveur," "le Messie." 

- Il était identifié à la fois au Lion et à l'Agneau. 

- Son jour sacré était le dimanche, le "jour du Seigneur", des centaines d'années avant l'émergence du Christ. 

- Il avait sa fête principale à la date qui allait ensuite devenir Pâques, correspondant à sa résurrection. 

- Il avait 12 compagnons ou disciples. 

- Il effectuait des miracles. 

- Il a été enterré dans un tombeau. 

- Après trois jours, il s'est relevé. 

- Sa résurrection était célébrée chaque année. 

- Sa religion comportait une eucharistie ou "diner du Seigneur". 

…………

Extrait de « Les origines du christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique » par Acharya S

http://www.truthbeknown.com/francais.htm

 

----------o----------

Mithra et l’Empire

 

mithra2

« Si le christianisme eût été arrêté dans sa croissance par quelque maladie mortelle, le monde eût été mithriaste » Ernest Renan

 

Arrivé au temps de la République moribonde, Mithra connaîtra son plus fort développement aux deuxième et troisième siècles. Dans un Empire qui déjà craque aux entournures, le Dieu tauroctone multiplie les fidèles, jusque dans la cour impériale, jusqu’aux empereurs eux-mêmes : Néron peut-être, Commode et les Tétrarques sans aucun doute furent mithriastes. Pourquoi une telle faveur ? Dieu de la fidélité, du respect des hiérarchies, il a fasciné les militaires par ses valeurs et par la violence de ses rites. Dieu venu de Perse, colporté par les marchands et les étrangers, il a pour lui l’exotisme de l’Orient, cet éternel désir du Romain (Antoine et Cléopâtre !), jamais totalement assouvi. Dieu sauveur enfin, il sait répondre aux angoisses et aux questions du temps bien mieux qu’une religion romaine ritualiste et figée dans un formalisme mécanique aux froids cérémoniels. Dans l’Empire en quête de religieux plus que de religion, l’avantage est aux cultes les plus chargés de significations et d’étrangetés.

……….

Extrait de « Le Culte de Mithra »

http://www.heresie.com/mithra.htm

----------o----------

constantin

La conversion de Constantin

 

Les chrétiens ne constituent alors qu'une faible minorité des sujets de Constantin, répartis très inégalement à travers l'Empire, essentiellement en Orient et en Afrique du Nord. Constantin est un empereur païen , un monothéiste qui honore Sol Invictus mais qui s'intéresse depuis longtemps au christianisme puisqu'il finira par adopter comme religion personnelle en 312.

La progressive conversion de Constantin au christianisme s'accompagne d'une politique impériale favorable aux chrétiens mais le paganisme n'est jamais persécuté. Plusieurs indices témoignent de cette évolution : Constantin abandonne progressivement le monnayage au type de Soleil et fait fréquemment représenter sur ses monnaies des symboles chrétiens. Il reconnaît les tribunaux épiscopaux et fait du dimanche un jour férié obligatoire en 321, à l'exception des travaux des champs. L'Empereur accorde également des dons en argent et en terrains à l'Église, soutenant la construction de grandes basiliques.

Le processus de christianisation de l'Empire à partir de Constantin demeure un phénomène discuté quant à ses modalités concrètes comme en témoignent les travaux des historiens Ramsay McMullen et de Paul Veyne, cités en bibliographie, qui esquissent pour l'un une christianisation paisible et insensible (Veyne) et pour l'autre un processus forcé et accompagné - par un effet boomerang - d'une paganisation du christianisme (McMullen).

………..

Par la promotion du christianisme, il favorise l'extinction du culte de Mithra.

………..

Extrait de Wikipedia >>

http://fr.wikipedia.org/wiki/Constantin_Ier_(empereur_romain)#L.27empereur_pa.C3.AFen_converti

 

Mithra 1

----------o---------- mithra3b

Pour plus de détails sur le mithriacisme « Mithra à Rome »

http://www.musagora.education.fr/religion/religionfr/mithra.htm

 

ainsi que « Mithra, le Mithriacisme »

http://www.cosmovisions.com/$Mithra.htm

Publié dans Histoire, LIBRE PENSÉE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christian SAVEL 03/01/2011 05:36



 Bonjour Pierre,


Je retrouve avec beaucoup d'intérêt l'histoire du Dieu Mithra, que j'avais quelque peu oublié.


En effet, j'étais adolescent, lorsque mon oncle m'a fait découvrir un bas-relief très ancien qui lui est dédié. Il m'a conté son histoire d'une manière succincte, certes, mais tout à fait
conforme à ce que tu nous rapportes.


Ce bas-relief se trouve à Bourg-Saint-Andéol, en Ardèche. Il est situé au-dessus d'une fontaine que l'on appelle, « la fontaine du Dieu Mithra ».


 


http://bourgsaintandeol.free.fr/dieu%20mitra%20page%201.html



N.L. Taram 03/01/2011 09:42



Bonjour Christian,


Me connaissant, je ne pouvais passer autre chose que l'histoire du dieu Mithra un 25 décembre...


Je te souhaite une bonne année ainsi qu'à ta famille.



SAINT ETIENNE Claude 29/12/2010 06:46



croyance d'alors veut que Jésus soit né précisément à minuit. Bémol le jour? Égérie  en 381 a laissé un récit sur l' Epiphanie, nuit de la
célébration de la naissance du divin enfant(5 Janvier) et du lendemain 6, jour du baptême. Or, pas de bol, le calendrier était déjà pris à ces dates pour des fêtes païennes en l'honneur de
DYONISOS et d'ARTÉMIS.
Constantin (336) impose une distinction entre la naissance qu'il avance de 8 jours sur les autres. Coup de marketing avant l'heure, d'un coup il invente une nouvelle fête pour tous....Et de
l'autre il garde quand même le 6 pour l'adoration des mages. Pendant les premiers siècles de notre ère les chrétiens ont d'autres chats à fouetter que de s'occuper des ordres des prélats de cette
religion aussi inexistante que naissante, de plus, pourchassée et pourfendue. On sait que même actuellement, personne n'est capable de fixer le jour de naissance de jésus, les meilleures
hypothèses donnent le printemps. La seule célébration retenue par toutes les églises de l'époque était celles de Pâques qui rappellait la résurrection du messie. Pour la naissance Mars, Avril ou
bien Mai. aucune importance. Alors, quand cet empereur, ordonne la nuit du 24/25 pas beaucoup d'évêques le suivront puisque comme nous venons de le lire plus haut, Égérie 45 ans plus tard, à
Jérusalem même, le lieu saint par excellence, y a célébrer cette naissance un 6 janvier...
Contrairement a une idée reçue, Constantin ne s'est pas lui même convertit (il ne se fera baptiser que sur son lit de mort). C'est en fait un "syncrétiste", adepte de la religion solaire qui
sympathise avec le christianisme, dans cette période d'abandon de l'idolâtrie au profit de croyances plus rassurantes, il a l'ambition de superposer les piétés des uns à celles des autres,
d'où une fête unique pour les deux religions.


Au cours des siècles noël est devenu l'une des plus grandes fêtes du monde chrétien. Au fil des ans, le 25 décembre, s'est incrusté dans les
mémoires comme étant le jour de la nativité.
Par contre, il est indéniable que le réveillon, lui et sa cohorte indissociable de cadeaux, soit un élément profanateur de cette cérémonie.
Retenons simplement qu'il ne s'agit pas d'une date historique pour les chrétiens, mais d'une réalité à leurs yeux "Celle de la manifestation divine sur terre".


Ce que l'on sait réside dans le fait que Joseph était assez aisé, peut être même entrepreneur, que jésus a bien grandi à Nazareth petit bourg de
500 habitants, qu'il avait 4 frères et des sœurs dont on ignore le nombre et les noms(pas sympa pour elles).Jésus parle l'Araméen, connaît en plus l'hébreu et probablement le grec, certainement
est il aller à l'école, puisque sa science étonne les scribes, de plus la bible hébraïque lui est très familière puisqu'il renvoie sans cesse à celle-ci ou la cite en permanence pour lui donner
un nouveau sens (tiens tiens...) surtout lors des discussions qui l'opposeront aux pharisiens. Certainement a t-il appris le métier de son père, mais il est probable que des son jeune âge il a
été au contact avec le prophète du désert, Baptiste. Dans la trentaine il quitte définitivement les siens pour se rendre au bord du Jourdain et y être baptisé. Les évangélistes s'empareront de la
suite.....Et les historiens de la véracité des dires, faits et gestes. A l'heure actuelle, on doute même de son existance.....



N.L. Taram 29/12/2010 06:54



Merci Claude pour toutes ces précisions historiques. Elles confirment à peu près ce que j'ai pu lire par ailleurs.



SAINT ETIENNE Claude 27/12/2010 18:21



Cette religion(et les autres) est faite de petits rajouts des hommes, une sorte de compilation du meilleur, au fil du temps, chacun ajoutant une pierre à l'édifice. Ci dessous un calendrier parmi
tant d'autres qui vous permettra de mieux comprendre l'évolution et la montée en puissance d'une religion ou les plus grands pourfendeurs de celle-ci se retrouvent quelques fois même, leurs plus
grands défenseurs. Rien n'arrête la marche des hommes dans la soif du pouvoir et du commandement


http://beaujarret.fiftiz.fr/blog/12491,chronologie-de-la-chretiente-de-jc-a-l-an-1000.html



N.L. Taram 27/12/2010 19:15



le site de beaujarret, excellente référence, je l'ai gardé en "favoris" depuis Jeanne d'Arc...



SAINT ETIENNE Claude 27/12/2010 09:25



Constantin, je pense en me basant sur un article d'historia de ce mois ci, a surtout voulu ramener la bonne entente dans les murs Romains, évitant ainsi
la discorde et l'étripage régnant. Peut lui importe si la soldatesque se reconnaissait dans le soleil et la plèbe dans Jésus Christ, leurs fêtes tombaient de plus, le  même jour 25
décembre, d'une pierre deux coups. La naissance du christ n'a pas été de suite établie à cette date, bien souvent la date retenue était celle des pâques. Ce n'est qu'au IIIème siècle
qu'apparaitra la messe du 24 et que le jour de l'an sera établi au premier du mois qui suit noël.


En France il faudra attendre 1564 pour que dans ses attendus provençaux(certainement lors du fameux voyage) le roi Charles IX décide que le 1er Janvier
sera aussi le 1er de l'année.



N.L. Taram 27/12/2010 10:58



Bonjour Claude,


et merci pour ces précisions. D'après mes dernières lectures à ce sujet, il semblerait que Constantin, préférant adopter la religion chrétienne, est décidé de fixer la date du 25 décembre et le
jour du seigneur le dimanche pour contenter les mithraistes.


Toujours selon mon dernier bouquin sur l'histoire de Jésus, l'auteur, James Tabor, propose comme date le 8 janvier pour sa naissance...(s'il a existé ??)