LE BON SENS

Publié le par N.L. Taram

Descartes

René Descartes

Discours de la méthode (extrait)

PREMIERE PARTIE

Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée; car chacun pense en être si bien pourvu [122] que ceux même qui sont les plus difficiles à Contenter en toute autre chose n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. En quoi il n'est pas vraisemblable que tous se trompent: mais plutôt cela témoigne que la puissance de bien juger et distinguer le vrai d'avec le faux, qui est proprement ce qu'on nomme le bon sens ou la raison, est naturellement égale en tous les hommes; et ainsi que la diversité de nos opinions ne vient pas de ce que les uns sont plus raisonnables que les autres, mais seulement de ce que nous conduisons nos pensées par diverses voies, et ne considérons pas les mêmes choses. Car ce n'est pas assez d'avoir l'esprit bon, mais le principal est de l'appliquer bien. Les plus grandes âmes sont capables des plus grands vices aussi bien que des plus grandes vertus; et ceux qui ne marchent que fort lentement peuvent avancer beaucoup davantage, s'ils suivent toujours le droit chemin, que ne font ceux qui courent et qui s'en éloignent. Descartes Discours de la Methode

Pour moi, je n'ai jamais présumé que mon esprit fût en rien plus parfait que ceux du commun; même j'ai souvent souhaité d'avoir la pensée aussi prompte, ou l'imagination aussi nette et distincte ou la mémoire aussi ample ou aussi présente, que quelques autres. Et je ne sache point de qualités que celles-ci qui servent à la perfection de l'esprit; car pour la raison, ou le sens, d'autant qu'elle est [123] la seule chose qui nous rend hommes et nous distingue des bêtes, je veux croire qu'elle est tout entière en un chacun; et suivre en ceci l'opinion commune des philosophes, qui disent qu'il n'y a du plus et du moins qu'entre les accidents, et non point entre les formes ou natures des individus d'une même espèce.

Mais je ne craindrai pas de dire que je pense avoir eu beaucoup d'heur de m'être rencontré dès ma jeunesse en certains chemins qui m'ont conduit à des considérations et des maximes dont j'ai formé une méthode, par laquelle il me semble que j'ai moyen d'augmenter par degrés ma connaissance, et de l'élever peu à peu au plus haut point auquel la médiocrité de mon esprit et la courte durée de ma vie lui pourront permettre d'atteindre. Car j'en ai déjà recueilli de tels fruits, qu'encore qu'au jugement que je fais de moi-même je tâche toujours de pencher vers le côté de la défiance plutôt que vers celui de la présomption, et que, regardant d'un œil de philosophe les diverses actions et entreprises de tous les hommes, il n'y en ait quasi aucune qui ne me semble vaine et inutile, je ne laisse pas de recevoir une extrême satisfaction du progrès que je pense avoir déjà fait en la recherche de la vérité, et de concevoir de telles espérances pour l'avenir, que si, entre les occupations des hommes, purement hommes, il [124] y en a quelqu'une qui soit solidement bonne et importante, j'ose croire que c'est celle que j'ai choisie.
Bon-sens.jpg
Toutefois il se peut faire que je me trompe, et ce n'est peut-être qu'un peu de cuivre et de verre que je prends pour de l'or et des diamants. Je sais combien nous sommes sujets à nous méprendre en ce qui nous touche, et combien aussi les jugements de nos amis nous doivent être suspects, lorsqu'ils sont en notre faveur. Mais je serai bien aise de faire voir en ce discours quels sont les chemins que j'ai suivis, et d'y représenter ma vie comme en un tableau, afin que chacun en puisse juger, et qu'apprenant du bruit commun les opinions qu'on en aura, ce soit un nouveau moyen de m'instruire, que j'ajouterai à ceux dont j'ai coutume de me servir.

 

livre paysans racines

Un livre : Où le bon sens s'est-il perdu ? Lettre d’un Paysan Français  par Bernard Hervé

Notre avis  : Retrouver le bon usage de la langue, redonner sens au travail, placer l’homme au dessus de l’argent, telles sont les propositions… pleines de bon sens d’un citoyen lambda, soucieux de remédier aux dérives contemporaines. Il réaffirme ainsi le devoir de promouvoir « le caractère humaniste de chaque civilisation » : ces dernières sont diverses parce que façonnées par la géographie et l’histoire, mais toutes sont bâties autour d’une base commune : l’homme. N’oublions pas qu’en ne perdant jamais celui-ci de vue, on pourrait retrouver une qualité de vie incomparable !

Résumé : Le bon sens paysan est largement réputé. De nos jours, si nombre de paysans ont disparu, il apparaît que le bon sens collectif a suivi la même courbe descendante. Mais les gens «d’en-haut», qui s’affirment sans vergogne comme tels, n’ont rien perdu de leur assurance, eux ! Ce paysan, témoin d’un mode de vie qui s’éteint peu à peu, a pris la plume pour faire un tour d’horizon des problèmes de société, en essayant de retrouver ce bon sens originel perdu.

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C


Le sage du doigt montre la lune , l'ignorant regarde le doigt .



Répondre
S


Le sage comprend sans regarder, accomplit sans agir



Répondre
C


    En fin de compte DIEU est dans le modèle du virtuel ! ! !  


 


      Au début de l'évolution de l'homme , était le virtuel ,  pour tout ce qui l'entourait mais qu'il ne comprenait pas , compris DIEU tout puissant ou les
DIEU tout puissants .


Au sommet actuel de notre civilisation progressivement tout ou presque tout bascule de nouveau vers le virtuel . La boucle semble se boucler .



Répondre
C


      Méfions nous de nous laisser aller à des déclarations péremptoires .La passion peut aussi nous aveugler . Méfions nous  de ceux qui ne doutent
de rien , ce sont des gens dangereux .


     La connaîssance qui est une richesse  peut aussi aveugler si elle n'est pas acompagnée du bon sens . .



Répondre
N


Les déclarations péremptoires m'ont toujours énervées et je doute en permanence.


"Dieu
n'appartient pas au savant, au logicien, il est aux poètes, au rêve, il est le symbole de la Beauté, la Beauté même" de.... Paul Gauguin.



C


Taram


 


     Quand pour des raisons professionnelles je parcourais les îles j'ai étai surpris que trés souvent un petit pécheur des îles avait plus de bon sens qu'un citadin . Cela
m'a interrogé pendant long temps .


    Me retrouvant comme eux dans les îles dans des situations où on ne pouvait ni biaiser , ni tricher avec la nature, j'en ai déduit que cela faisait partie des raisons où le bon
sens doit primer . Face à la nature nous n'avons plus les moyens de la civilisation pour décider ou nous protéger . Nour raisonnons plus simplement  en ayant par la force des
choses les pieds bien sur terre .


   C'est le raisonnement sans floritures qui pousse au bon sens . La connaîssance qu'elle qu'elle soit ne peut être utile sans une base de bon sens . La connaissance sans bon sens est
la porte ouverte aux catastrophes . Nous en avons malheureusement la preuve trop souvent . .   



Répondre
C


 


       C'est pour cela qu'il semble si rare ! ! !



Répondre