LIBRE PENSÉE

Publié le par N.L. Taram

Tractations : la nouvelle assemblée de Polynésie française sans majorité

27 mai 2004
Brève en images. A une semaine de l'élection du Président de la Polynésie française, l'heure est aux tractations. La nouvelle assemblée élue n'a pas encore de majorité et l'opposition au leader historique, Gaston FLOSSE, négocie pour l'emporter...Images des membres de l'assemblée, à Tahiti, accompagnées des interviews de Nicole BOUTEAU, élue No Oe e te Nunaa, d'Oscar TEMARU, Président du Tavini Huiraatira, et de Philippe CHYLLE, Président du Fetia Api.

 

La vidéo de RFO-OUTRE MER (ina.fr) ne peut pas être visionnée sur ce blog. Veuillez cliquer sur le lien pour aller sur You Tube >>>

http://youtu.be/-sZwkcbtwsA

  

 

Un crucifix à l'Assemblée de Polynésie françaiseL'assemblée.jpg


L'Assemblée de Polynésie française a procédé à l'élection de son nouveau président le 3 juin 2004 et c'est le candidat indépendantiste qui a succédé à Gaston Flosse (Tahoeraa - UMP). Le nouveau président, Antony Géros (Union pour la Démocratie, coalition dominée par les indépendantistes du Tavini Huiraatira), a annoncé que, désormais, la croix chrétienne allait "accompagner" les travaux de l'assemblée. Sans négliger d'allier le geste à la parole, il a brandi un crucifix en pleine assemblée ! En outre, les bulletins de vote du Tavini Huiraatira comportaient une croix chrétienne, signe de la mission religieuse de la lutte pour l'indépendance.

Source : AFP 4 juin 2004

 

 

 

----------o----------

 

Le billet d'Opahi BUILLARD

 

Le pays va mal, c’est bien là le seul point qui fait l’unanimité dans l’opinion publique. Ce mal est la conséquence d’un choix de société en total décalage avec notre mode de vie, notre manière d’appréhender  les choses, et nos croyances.

Nous sommes majoritairement un peuple de croyants, nous avons pour la plupart d’entre nous des difficultés avec certaines notions sur lesquelles la République Française s’est construite. La laïcité par exemple, apparue au lendemain de la révolution française avec la  fin des privilèges ecclésiastiques.

Ainsi, nous sommes nombreux à n’avoir pas compris le tollé soulevé par l’actuel Vice-Président Anthony Géros, lorsqu’il accrocha la croix sur les murs de notre Assemblée. Souvenez-vous c’était en 2004 au lendemain du Taui. Par ce geste, il voulu affirmer aux yeux de tous sa foi en un Dieu unique comme seul guide de son engagement politique et apaiser les esprits et les débats.

Aux yeux des médias et des défenseurs des valeurs républicaines, quel crime ne venait-il pas de commettre. Oser braver la loi républicaine en rétablissant le lien entre le politique et  le religieux.

L’opposition en a profité pour s’engouffrer dans la brèche ouverte par les médias en faisant monter la mayonnaise. Cela conduira à la série de renversement de majorité, et à la période de d’errance politique que nous vivons depuis plus de huit ans.

Plus exactement, cela a commencé avec le retrait de la croix des murs de l’Assemblée. Un retrait qui accélèrera la chute de  la majorité. J’y vois là comme me le disait un ami un symbole qui devrait interpeller les chrétiens que nous sommes.

Car aujourd’hui on constate que depuis ce geste, nos élus de tout bord semblent désorientés. On ne sait plus dans quelle direction va le Pays. Qu’il s’agisse de Gaston Flosse, Gaston Tong Sang, Oscar Temaru, Jean-Christophe Bouissou pour ne citer que les principaux leaders ils nous ont tous déçus en s’illustrant par leur capacité à nous convaincre de tout et de son contraire. Quant à la relève, elle s’est malheureusement distinguée par sa propension à singer leurs aînés.

Mais ce qui m’étonne dans ce qui peut passer pour une simple coïncidence aux yeux des non croyants, c’est que ce retrait du symbole de la présence de Dieu au sein de l’hémicycle frappe surtout celui par qui tout a commencé : Oscar Temaru.

Jamais un Président n’a suscité tant d’attaques, et de railleries. Jamais un Président n’a été aussi rapidement coupé de sa population. Jamais un Président ne s’est autant ridiculisé par les propos qu’il a pu tenir ici où là. Jamais un Président n’a été aussi incompris des siens.

En 2004, la majorité d’entre nous avons porté nos espoirs sur sa personne, en croyant qu’il allait résoudre tous nos problèmes, et en oubliant un peu vite en tant que croyant que seul le Seigneur est en mesure de le faire. Oscar le sait, et aujourd’hui encore, certains disent qu’il continu à payer le prix pour l’avoir banni de l’hémicycle.

 

Opahi BUILLARD

 

----------o----------

 

Bonjour Opahi.

 

Je te remercie pour ton texte qui appelle à réflexion : est-ce la vraie raison de nos problèmes actuels ?

Bien sur, en tant qu'athée et, surtout, libre penseur, je ne partage pas tout à fait ta vision de la chose. Je pense que nos problèmes actuels ont des raisons beaucoup plus complexes et profondes, principalement une mauvaise préparation de notre avenir pendant la période "faste" et des difficultés de reconversion après la manne CEP.

 

Libre penséePour en revenir aux relations entre la laïcité et les religions, j'avais justement l'intention de sortir un texte à ce sujet.

Dans le débat actuel qu'il y a en France (et même chez nous) concernant le mariage civil, certains laïques voudraient museler les religions, en particulier la religion catholique, qui se prononcent contre ce projet. Hors, si je suis laïque, je suis avant tout pour la liberté de penser donc pour la liberté d'expression des religions d'être pour ou contre un projet comme tous les citoyens :

 

" Par un curieux retournement ironique de l’argumentation, des « laïques » déclament à tue tête : « Il faut interdire à l’Église catholique de s’exprimer. Elle ne doit pas faire de politique.» Si l’Église ne doit pas faire de « politique », c’est qu’elle n’est pas humaine puisque la politique, c’est l’organisation de la Cité humaine, mais d’une autre essence : divine peut-être ? Par un singulier clin d’œil de l’Histoire, ces « laïques » en viennent à vouloir faire croire à la nature extrahumaine de l’Église. Rappelons aussi, pour l’Histoire, que c’est le Concordat de 1801 qui a organisé la police des cultes en interdisant au clergé de s’exprimer en « politique » et non la loi du 9 décembre 1905. Ces « laïques répressifs » sont, en fait, des religieux qui s’ignorent. La vie ne fait jamais de cadeau à des gens qui oublient les principes fondamentaux de la République. Puisque la Libre Pensée défend le droit de tous de s’exprimer en démocratie, il convient maintenant de dire ce qu’elle pense des positions exprimées par l’Église catholique."

 

Extrait du site >>>

 

http://groupevictorhugo.over-blog.com/article-a-propos-de-l-attitude-actuelle-de-l-eglise-catholique-et-du-debat-sur-le-mariage-de-personnes-de-me-112710218.html

Publié dans LIBRE PENSÉE

Commenter cet article